• Pour compléter le bilan de santé de son patient, le médecin l'informe qu'il faudrait une analyse de son sperme.

     L'octogénaire reçoit un flacon stérilisé de son médecin qui lui dit :
    "Apportez ça chez vous et ramenez-moi demain un échantillon de sperme."
    Le patient de 80 ans retourne au bureau de son médecin, comme prévu, mais il lui remet le pot aussi vide et propre que la veille.

    Le médecin le regarde et lui demande ce qui s'est passé.
     
     Le vieillard lui répond :
    - "Bien docteur, c'est arrivé comme ça, j'ai commencé avec ma main gauche et ça n'a pas abouti.
    J'ai ensuite essayé avec ma main droite, mais je n'étais pas plus avancé.

     Alors, j'ai demandé à ma femme de m'aider. Elle a essayé avec sa main droite et ça n'a rien donné. Elle a changé de main, mais le résultat était le même. Elle a pensé que ça marcherait avec la bouche, mais non.
    Elle a essayé de nouveau sans son dentier mais ça n'a rien fait.

     En dernier recours, j'ai demandé à Marlène, la voisine, si elle voulait m'aider... Elle y est allée à deux mains, puis dans le creux de son bras et puis elle a essayé encore en le serrant entre ses cuisses, mais il  n'y avait rien à faire.
    J'ai finalement abandonné."
    Le docteur n'en revenait pas !
    - "Vous avez même demandé à une voisine ?"
    - "Oui répond le vieil  homme, et personne n'a été capable d'ouvrir ce maudit flacon !!!"

     

     QUAND JE VOUS DIS QUE VIEILLIR, C'EST L'ENFER..!!!!  

    A QUOI AVIEZ VOUS PENSE?



     


     

     


    votre commentaire
  • Lafarge en Syrie: de l'eau de javel sur les ordinateurs pour "empêcher la justice de travailler"?

    Le détail est totalement secondaire dans cette affaire gravissime, mais suffisamment cocasse : certains journalistes ont vraiment cru que Lafarge pouvait avoir utilisé de l'eau de javel pour détruire les preuves informatiques de sa présumée collaboration avec Daech. Pourquoi de l'eau de javel en particulier ? Le produit fait disparaître les tâches d'une manière plutôt « radicalisée », mais il n'a aucune efficacité particulière dans le formatage de disques durs. C'était une formule à comprendre au sens figuré, mais que certains journalistes ont pris au premier degré, ce qui nous a bien fait rire.

    La confusion vient des récentes déclarations de Maître Marie Dosé à la presse : « les ordinateurs ont été passés à l’eau de javel pour empêcher la justice de travailler ». De quoi lire certains titres hilarants chez nos confrères de la presse généraliste. Contactée par nos soins, l'associée de l'avocate de l'ONG Sherpa nous a bien confirmé que c'était juste une expression.

    Quitte à faire preuve d'originalité pour détruire ses disques durs, on conseille au cimentier Lafarge la méthode à l'ancienne, avec les moyens du bord : les couler dans du béton !

    http://www.tomshardware.fr/articles/lafarge-daech-hdd-javel,1-66219.html


    votre commentaire
  • Quand on aime...

      

    Les voisins pensaient bien faire en alertant la police après avoir entendu des pleurs insistants. 

    Fausse alerte. Dans la soirée de mercredi, aux alentours de 22h40, les policiers d'Arras (Pas-de-Calais) ont reçu un appel d'habitants des quartiers ouest de la ville, rapporte La Voix du Nord. Ces derniers signalent des pleurs en provenance du logement de leurs voisins, et craignent des violences conjugales.

    Le commissariat dépêche alors une équipe de la brigade de nuit sur place. Arrivées à destination, les forces de l'ordre ne constatent ni blessure ni dommage, mais un homme et une femme effondrés, les larmes aux yeux. Ces derniers expliquent qu'ils ne se disputent pas, mais pleurent la mort de leur idole Johnny Hallyday. Les policiers ont alors quitté les lieux, et le couple a pu entamer son deuil dans l'intimité.

     


    votre commentaire
  •  

    Je vous jure que je me suis posé la question en regardant les images à la télé, et en lisant les journaux : un million de personnes sur les Champs-Élysées et pas une seule vitrine brisée, pas une seule bagnole ou une poubelle brûlée, même pas un flic caillassé ? Comment est-ce possible ? Tous les ans pour la nuit de la Saint-Sylvestre, ou à chaque manif plus ou moins autorisée entre Bastille et République, on y a droit. Alors pourquoi pas cette fois-ci ?

    La réponse, je l’ai trouvée dans un article de Boulevard Voltaire joliment intitulé « La France moisie aux obsèques de Johnny » et dont je vous livre ici les extraits les plus savoureux :

    « Formidable ! Inoubliable ! Exceptionnel ! Historique ! Une journée à la démesure du chanteur. Du jamais-vu que l’on ne reverra jamais. Il y a eu Victor Hugo. Il y aura désormais Johnny Hallyday. Les médias ont rivalisé en superlatifs pour rendre compte de la mobilisation populaire lors des obsèques de l’idole des jeunes. Un million de personnes. Des Champs-Élysées à la rue Royale. Les caméras filment. Les images défilent. Et le constat s’impose. Brutal. Incroyable. Invraisemblable. Effrayant. La France de Johnny, celle qui suscite soudainement l’admiration des journalistes et de la classe politique, est celle qu’ils abhorrent habituellement. Ce 9 décembre 2017, Paris a rendez-vous avec la France des années 1960 et 1970. La France d’avant. La France moisie. La France du passé. La France repliée sur elle-même. Frileuse. Égoïste. La France des beaufs et des Dupont-Lajoie. Celle de la Renault 12 et de la R 8 Gordini. Celle du paquet de Gauloises bleu et du vin qui rend heureux. La France qui s’est figée. La France qui doit disparaître. Le spectacle est saisissant. Pas de voiles. Pas de racailles. Pas de diversité. Pas de bandes qui cassent et qui pillent.

    Il n’y a que la France de l’entre-soi. Celle du vivre-ensemble est restée à la porte. Quoi, ma gueule, qu’est-ce qu’elle a, ma gueule ? Les micros se tendent. Et les témoignages se succèdent. René. Marc. Laurence. Jean-Paul. Lucienne. Éric. Chacun raconte son anecdote. Souvent tendre. Parfois naïve. Toujours rafraîchissante. Mais le constat reste le même. Aux abonnés absents les prénoms venus d’ailleurs… La richesse du 9-3 n’est pas là. La jeunesse issue des quartiers, qui doit revivifier un pays à bout de souffle, ne vibre pas aux charmes de Gabrielle. »

    Intéressant, non, comme constat ? Un million de « faces de craie » dans la rue et pas une merde. Les autres, les « chances pour la France », dès qu'il y en a une vingtaine sur un trottoir, c'est le bordel ! Rhoooo…

    http://adieu-vieille-europe.tumblr.com/post/168468282671/alain-monard


     

    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    Ça y 'est j'ai reçu mon PV pour excès de vitesse: 92 km/h au lieu de 90 sur une double-voie à 23h28.


    >
    Je suis un délinquant,

    et parce que je suis un délinquant j'ai dû m'acquitter de 90 euros et 1 point a été retiré de mon permis

      Ce permis m'avait été attribué, en son temps, à titre permanent, ce qui n'est plus le cas avec la législation sur le permis à points qui est intervenue bien après l'obtention de mon permis.

     Ce qui me fait redouter, que demain, une législation nouvelle peut me supprimer partiellement ou totalement ma retraite (que j'ai payée),comme cela vient d'être fait en Grèce..

     

     En même temps que je me faisais flasher, une équipe de gendarmerie (que je paie) qui avait mis en place un radar mobile (que je paie) arrêtait un quidam sans permis qui s'est fait radariser à 142 km/h au lieu de 90 dans une voiture volée......

     Le lendemain, ce quidam en comparution immédiate assisté d' un avocat désigné d'office (que je paie) a été condamné par le juge (que je paie) à 2 mois de prison avec sursis et à 0 euro d'amende car non solvable!!!

     

     Bien entendu il n'a pas eu de retrait de points sur un permis qu'il n'a pas encore passé.

    Et le mec est rentré tranquillement à la maison, il n'a pas dépensé un centime et pourra recommencer jusqu'à ce que sa peine ait atteint au moins 2 ans de prison ferme (peine qui, en France, commence à être exécutoire). 

    Ouf ! J'ai économisé les frais de prison (que je paie)

     Ayons aussi une pensée émue pour le propriétaire de la voiture volée qui se bat avec la justice (que je paie) pour ne pas payer les nombreuses contraventions de radars qu'il a reçues ou va recevoir...


     

     

         

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

           

     

     


    votre commentaire
  • Ce 24 novembre, Olivier Dussopt a été nommé au poste de secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique. Une promotion pour ce socialiste devenu macron-compatible. Sauf que ses votes à l'Assemblée trahissent des convictions... pas très claires.

    Olivier Dussopt a été nommé secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique ce 23 novembre. Jusque-là socialiste (exclu pour être entré au gouvernement), il appartenait au groupe de la Nouvelle gauche à l'Assemblée nationale, considéré comme faisant partie de l'opposition à la politique d'Emmanuel Macron.

    Un paradoxe ? Pas tant que cela si l'on regarde de plus près les différents votes d'Olivier Dussopt à l'Assemblée nationale : on serait même tenté de se demander ce qui a pu pousser Emmanuel Macron à l'inclure dans sa nouvelle équipe gouvernementale, tant les positionnements de ce nouveau secrétaire d'Etat semblent refléter son ancrage dans l'opposition.

    En effet, le 4 juillet déjà, soit moins de trois semaines après sa victoire aux législatives (contre une député de La République en marche d'ailleurs), il s'abstient sur le vote de confiance sur la déclaration de politique générale du gouvernement d'Edouard Philippe (son actuel Premier ministre). Ce vote fait généralement office de marqueur distinguant l'opposition de la majorité : en ne soutenant pas le président, Olivier Dussopt semble donc se positionner.

    Le 1er août, il vote contre les ordonnances engageant la réforme du droit du travail. Il s'agissait pourtant d'une promesse centrale du programme d'Emmanuel Macron. En votant contre, Olivier Dussopt semble une fois de plus s'inscrire dans l'opposition à la politique gouvernementale.

    Puis, le député de l'Ardèche enchaîne les votes d'opposition. Il vote contre la première partie du projet de loi de finances 2018 le 24 octobre, puis définitivement contre le 21 novembre (soit trois jours avant sa nomination) sur l'ensemble du projet. Entre-temps, Olivier Dussopt a bien sûr voté contre l'ensemble du projet de loi de financement de la sécurité sociale.

    Les archives recèlent également des éléments embarrassants pour le nouveau secrétaire d'Etat. En 2014, alors qu'Emmanuel Macron était seulement ministre de l'Economie, le député interpelle le jeune ministre dans les couloirs de l'Assemblée nationale à propos de sa sortie polémique sur les ouvrières «illettrées» de l'entreprise Gad. Selon Le Canard enchaîné, qui rapporte des propos confirmés par Olivier Dussopt lui-même, l'élu lui a notamment reproché d'avoir eu «un comportement de "connard" et d'avoir fait preuve de "mépris"».

    Auparavant aubryste, puis vallsiste, Olivier Dussopt aura eu une trajectoire politique marquée par des changements de conviction considérables. Ce parcours flirtant avec l'opportunisme n'est pas sans rappeler celui de Jean-Vincent Placé, ancien secrétaire d'Etat ayant occupé des fonctions similaires à celle que s'apprête à endosser Olivier Dussopt après avoir viré de bord à plusieurs reprises, dans l'espoir affiché d'obtenir un poste gouvernemental.

    https://francais.rt.com/france/45938-a-peine-nomme-olivier-dussopt-a-deja-ses-casseroles

     


    votre commentaire
  • Gêné dans son sommeil par le bruit du robinet de la salle de bain laissant échapper quelques gouttes, le président français n’a pas hésité à faire appel aux compétences de son homologue burkinabé pour régler le problème.

    « Je suis capable de m’adapter à toutes les situations, même les plus extrêmes, mais le « ploc-ploc » d’un robinet a toujours été ma limite » a expliqué le chef de l’Etat au cours d’une conférence de presse organisée pour l’occasion. « J’ai tout de suite compris que Kaboré était un manuel quand je l’ai vu ne pas hésiter à sortir de la salle pour aller réparer la clim’ » a détaillé Emmanuel Macron avant d’ajouter : « Du coup, plutôt que de téléphoner à une entreprise ou de réveiller bêtement des gens de l’hôtel, j’ai naturellement pensé à lui. Surtout qu’ici, il n’y a pas de Portugais. Ni de Polonais ! ».

    Un début de polémique vite étouffé

    Devant les réactions de certains journalistes l’accusant de condescendance voire de mépris, le chef de l’Etat a tenu à se justifier : « Je ne suis pas un goujat : je n’allais quand même pas le réveiller en pleine nuit uniquement pour un problème de robinet ! Je lui ai donc donné du linge à repasser et mes chaussures à cirer ». Puis le président de la République de conclure : « D’ailleurs, je vous laisse car j’ai très faim et à l’heure qu’il est, il doit avoir terminé de préparer le poulet-bicyclette ».

    http://www.legorafi.fr/


    votre commentaire
  • Devant les étudiants de l'université de Ougadougou, Emmanuel Macron a déclenché l'hilarité de l'assistance aux dépens du président du Burkina Faso. De nombreux internautes ont jugé que le dirigeant burkinabè avait été «humilié» par son homologue.

    Emmanuel Macron a-t-il fini par brouiller le message qu'il souhaitait faire passer devant les étudiants de l'université de Ouagadougou au Burkina Faso ce 28 novembre 2017 ?

    Venu pour parler sur un pied d'égalité avec les Africains, le président français a pourtant flirté dangereusement avec les limites diplomatiques à plusieurs reprises. «Mais vous m'avez parlé comme si j'étais le président du Burkina Faso», a-t-il ainsi lancé en réponse à une question de l'assistance sur le mauvais état de l'université de Ougadougou. Alors que, précisément, les liens entre la France, la Françafrique et le néo-colonialisme étaient au cœur de ce déplacement.

    https://twitter.com/DamienRieu/status/935522973758443523/video/1

    Apprécierait-il la même humiliation de Merkel, Poutine ou Trump? Sans doute pas, des indiscrétions le concernant font état d'un être colérique et soupçonneux, Adolf en somme.

    https://francais.rt.com/international/46032-vous-me-parlez-comme-si-president-burkina-faso-macron


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires