• Il y en a vraiment qui ne s'emmerdent pas...

     

    Le directeur de cabinet du maire de Montluçon (Allier) et du président de Montluçon communauté, Yves Lasmartres, a été suspendu de ses fonctions par l'édile et le président de l'agglomération, dans l'attente des suites de la procédure judiciaire à son encontre, rapporte Europe 1. "Dans l’attente des résultats, de l’enquête judiciaire, le maire et le président de l’agglomération ont conjointement décidé la suspension administrative par arrêté du directeur de cabinet.", annoncent les deux élus, Frédéric Laporte et Daniel Dugléry, dans un communiqué paru hier. 

    En vacances en famille en Gironde, Yves Lasmartres avait été contrôlé par une patrouille de police sur le parking de la Dune du Pilat avec une voiture dotée d'équipements réservés à la police nationale. Garé sur une place réservé aux bus, le véhicule arborrait une plaque "police" sur un pare soleil déplié, ainsi que des "feux de pénétration", sorte de répétiteurs de gyrophare bleu dans la calandre. 

    Entendu au commissariat d'Arcachon, Yves Lasmartres explique qu'il a le droit d'utiliser ce véhicule, et que deux autres voitures de la mairie de Montluçon ont aussi ce dispositif. Or, la pratique constitue un délit passible d'un an de prison et de 15 000 euros d'amende, d'après l'article 433-14 du code pénal. Le directeur de cabinet a écopé d'une contravention pour stationnement interdit. Suite à l'audition, le parquet de Bordeaux a ouvert une enquête pour "usurpation de fonction".

    Interrogé par le journal La Montagne, le président de Montluçon Communauté assure qu’il ignorait que son directeur de cabinet disposait de cet équipement illicite. Cette pratique avait été interdite par l'ancien maire, précisent les élus de l'Allier dans leur communiqué. Frédéric Laporte et Daniel Dugléry expliquent que leur directeur de cabinet leur a adressé un mail lundi soir, dans lequel il justifie l'usage de la voiture de service en question et reconnaît "la présence irrégulière d'un plaque «Police» dans le véhicule". Ils précisent que si l'infraction est confirmée par l'enquête judiciare, Yves Lasmartres sera immédiatement sanctionné. 

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/08/15/97001-20180815FILWWW00021-montlucon-le-directeur-de-cabinet-de-la-mairie-suspendu-de-ses-fonctions.php

     


    votre commentaire
  • Humour dominical

     

    Humour dominical

     

    Humour dominical

     

    Humour dominical

     

    Humour dominical

     

    Humour dominical

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Lors du traditionnel pot de fin de session parlementaire offert par le président de l'Assemblée nationale, des députés LREM ont semble-t-il un peu trop bu. Après avoir défoncé une porte, ils ont provoqué l'intervention de la police pour tapage.

    Qui a dit qu'on ne faisait pas la fête à l'Assemblée nationale ? Lors de la soirée de fin de session parlementaire qu'organisait le président de l'Assemblée nationale François de Rugy le 31 juillet, les députés étaient conviés à célébrer une année de travail bien remplie. Certains auraient toutefois bu plus que de raison...

    Comme le rapporte Le Canard enchaîné, un groupe de députés LREM aurait en effet décidé de célébrer comme il se devait leur départ en vacances. Pierre Person, Sacha Houlié, Jean-Baptiste Djebbari et Pieyre-Alexandre Anglade ont semble-t-il oublié de boire avec modération. Un présentoir à gâteau aurait même été brisé dans la folle griserie des quatre élus.

    Plus tard dans la soirée, en petit comité une fois la fête terminée, c'est dans le grand bureau du rapporteur général des Affaires de la commission sociale Olivier Véran que les députés macronistes se seraient retrouvés. Un peu trop joyeux, l'un d'eux, apparemment très pressé de poursuivre leur beuverie, aurait même enfoncé la porte d'un grand coup d'épaule. Le vacarme ainsi provoqué aurait conduit les gendarmes de l'Assemblée à se rendre sur place afin de constater les dégâts.

    Loin de s'arrêter là, les joyeux drilles auraient alors décidé de mettre un peu de musique. Mais le volume trop élevé aurait fait sortir de leurs gonds les riverains du Palais Bourbon, situé dans un quartier habitué à la plus grande tranquillité à une heure aussi tardive. Aux environs de minuit et demi, selon Le Canard Enchaîné, les policiers de la Brigade Anti-criminalité (BAC) seraient alors intervenus pour demander aux parlementaire de mettre un terme à ce tapage.

    https://francais.rt.com/france/53293-tapage-nocturne-fete-deputes-lrem-assemblee-provoque-intervention-bac


    votre commentaire
  • Nagasaki


    votre commentaire
  • Etiquetage des fruits: significatrion

     

    Bon à savoir

     

     1- Si l'étiquette comporte 4 chiffres commençant par 3 ou 4 cela signifie :

     
    que le fruit a été cultivé en culture intensive, à savoir avec des engrais chimiques.
     
    2- Si le produit dispose de 5 chiffres, commençant avec le numéro 9, cela signifie :
     
    que le produit a été cultivé de façon traditionnelle, sans pesticides et sans fumier.
     

    3- Si le produit dispose de 5 chiffres, dont le premier numéro est le 8:
     
    le produit a été génétiquement modifié.
     
    Par conséquent, soyez extrêmement prudent lorsque vous achetez vos produits la prochaine fois que vous ferez des courses !

    1 commentaire
  • et après tous ces menteurs (je suis poli) du gouvernement et leur chef diront que c'est une tempête dans un verre d'eau et pas une affaire d'état! lisez plutôt:

    Une promotion au titre de “lieutenant-colonel” obtenue, selon nos informations, grâce à “un ordre venu de très haut” et contre l’avis défavorable de la gendarmerie.

    Alexandre Benalla et Vincent Crase, au cœur de la tourmente depuis les révélations du Monde sur les violences du 1er mai, sont tous les deux gendarmes de réserve. La gendarmerie nationale a publié samedi une note interne, consultée par le Parisien, qui précise leur statut de “réserviste”.

    En effet, Alexandre Benalla était bien engagé auprès de la réserve opérationnelle. La note précise qu’il en a toutefois été radié “à sa demande en 2017”. Mais l’ex-chargé de mission de l’Elysée n’a pas pour autant quitté la gendarmerie.

    Bien au contraire, il est depuis cette date consulté comme “expert” au sein d’un groupe de 74 personnes auxquelles fait appel la Direction nationale quand elle ne dispose pas de “ressources en interne”. A ce titre, Alexandre Benalla est ainsi intervenu pour une mission de travail lors des incendies et agressions de casernes de gendarmerie fin 2017.

    Une promotion fulgurante…

    Une expertise qui lui confère même un grade “temporaire” : celui de “lieutenant-colonel”. Une promotion fulgurante, demandée par l’Elysée en tant que spécialiste de “sécurité des installations”, qui n’a pas été facile à imposer à la direction de la Gendarmerie.

    En effet, selon une source ayant eu connaissance du dossier, l’impétrant qui a demandé lui même ce grade d’officier supérieur, ne répondait pas aux critères. Un avis défavorable avait été émis par le service des réserves à la direction générale, mais “un ordre venu de très haut” a contraint les gestionnaires du dossier à trouver une solution.

    “C’est notre rôle de rappeler les règles, mais en état-major nous sommes habitués à faire exécuter les ordres surtout quand ça vient de l’Elysée ou de Beauvau” témoigne cette source.

    C’est comme ça qu’un simple gendarme adjoint de réserve ayant suivi deux semaines de formation en Normandie lors d’une préparation militaire et ayant effectué quelques rares missions, avec un chef de peloton nommé Sébastien Lecornu, nommé depuis secrétaire d’état à la transition écologique, s’est retrouvé lieutenant-colonel sans passage par le journal officiel.

    ===============

    lisez aussi:

    Une promotion vertigineuse dans la gendarmerie permise grâce à l’Élysée

    Une promotion qui « ulcère » dans les rangs de la gendarmerie. C’est sur proposition de l’Élysée que le brigadier-chef de réserve a en effet été nommé en 2017 lieutenant-colonel de la réserve opérationnelle, la plus prestigieuse, au titre « de la sécurité des installations » sans aucune référence militaire ou universitaire reconnue ou même professionnelle. Une promotion vertigineuse surtout pour son âge.

    « Une hérésie. Nous on passe les concours de Saint-Cyr, d’autres l’École militaire inter-armes, ou de Polytechnique ! Au mieux on peut être colonel à 40 ans à quelques exceptions si on a réussi encore le concours de l’École de guerre. C’est plutôt vers 43/44 ans pour la plupart », s’étonne un patron de groupement de gendarmerie.

    https://blogs.mediapart.fr/vilmauve/blog/220718/benalla-lieutenant-colonel-grace-un-ordre-venu-de-tres-haut

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-benalla-il-revait-d-etre-indispensable-aux-stars-21-07-2018-7828875.php

     

     


    1 commentaire
  • 30 juillet 1940, création des chantiers de jeunesse.

     

    30 juillet 1940, création des chantiers de jeunesse.


    1 commentaire
  • Jusqu'où s'étendra l'ombre de l'affaire Benalla ? Un collaborateur de Gérard Collomb est à son tour suspecté par le site d'information LyonMag d'avoir arboré des insignes de la police nationale en octobre 2017. Le ministère de l'Intérieur se défend.

    En pleine affaire Benalla, le site LyonMag, spécialisé dans les nouvelles concernant le fief historique de Gérard Collomb, révèle qu'un collaborateur du ministre de l'Intérieur arborait les insignes de la police nationale lors d'une sortie sur le terrain médiatisée à Viry-Châtillon le 8 octobre 2017, sans faire partie des forces de l'ordre. Ironie du sort, le collaborateur en question, Arthur Empereur, postait lui-même les clichés le mettant en scène affublé de la sorte sur le réseau social Instagram, brassard police au bras et insigne sur le gilet pare-balles.

     Le ministère de l'Intérieur a cependant désamorcé très tôt toute polémique en opposant à LyonMag un droit de réponse dans lequel l'institution de la République fait savoir que cette situation n'est ni inhabituelle, ni cachée : «Comme nous l'avons précisé ce jour, à 13h25, ces brassards peuvent ainsi être utilisés par les collaborateurs du ministre [...] pour faciliter la circulation dans des zones faisant l'objet d'une protection accrue. Ils permettent de passer des barrages de police lors des déplacements des ministres.»

    Et Beauvau d'effectuer un recadrage : «Le port du gilet pare-balles et du brassard "police" par Arthur Empereur s'est inscrit dans le cadre, [...], d'un dispositif de protection assuré par les forces de sécurité intérieures, [...], exclusivement destiné à contribuer à assurer sa sécurité dans l'exercice de ses fonctions».

    Cependant, si le site d'information LyonMag reconnaît que la pratique est répandue, il estime qu'«en tant que contractuel, Arthur Empereur est dans l'illégalité».

    Et de souligner : «L'article 433-15 du code pénal rappelle par ailleurs qu'est puni de six mois d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende le fait, par toute personne, publiquement, de porter un costume ou un uniforme, d'utiliser un véhicule, ou de faire usage d'un insigne ou d'un document présentant, avec les costumes, uniformes, véhicules, insignes ou documents distinctifs réservés aux fonctionnaires de la police nationale ou aux militaires.»

    De surcroît, un arrêté datant de décembre 2013 encadre le port du brassard de police. Tout porteur d'un tel brassard est également soumis au port du numéro d'identification individuelle, c'est-à-dire le référentiel des identités et de l'organisation (RIO). «Une information visiblement manquante sur l'accessoire d'Arthur Empereur.», précise LyonMag.

    https://francais.rt.com/france/52960-collaborateur-gerard-collomb-epingle-pour-avoir-porte-brassard-police-2017


    1 commentaire
  • Lisez la vidéo en plain écran, c'est magnifique.

     

    https://vimeo.com/186483277

     

    Colorado


    1 commentaire
  • Le Premier ministre Edouard Philippe s'est rendu il y a peu sur la 13ème étape du Tour de France, qu'il a suivie depuis l'arrière d'une voiture. Les images de France 2 nous permettent de constater qu'il n'était pas attaché.

    Quelle vision étonnante, tant Edouard Philippe est l'homme fort de l'abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires sans séparateur central. Cela peut sauver 300 à 400 vies par an en France selon lui, ou plutôt sur la base d'une étude suédoise de 1982 sans que le gouvernement développe son extrapolation. Nos hommes politiques ne seraient-ils donc pas des modèles de probité ?

    Sécurité sélective

    La ceinture de sécurité est obligatoire à l'arrière en France depuis 1990. Pour ses 50 ans en 2009, on estimait qu'elle avait sauvé environ un million de vies dans le monde. Edouard Philippe ne serait-il pas encore convaincu ?

    https://www.youtube.com/watch?v=P-8QjS1o-CY

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires