• Alors que Trump dit vouloir une loi pour encadrer davantage la vente d'armes à feu, certains produits à première vue inoffensifs sont tout bonnement interdits de séjour sur le territoire américain.

    À moins de 24 heures d’intervalle, les fusillades d’El Paso et de Dayton ont fait 31 morts et plus d’une soixantaine de blessés. Elles sont venues gonfler un chiffre qui ne cesse d’augmenter: depuis le début de l’année 2019, 308 fusillades de masse ont été perpétrées aux États-Unis.

    À chaque fois, ces tueries ne manquent pas de relancer le débat sur les armes à feu. Selon les états, elles sont en accès libre ou peuvent se procurer sur simple présentation d’un permis de port d’arme.

    En revanche, certains produits a priori inoffensifs sont considérés comme dangereux par les États-Unis, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus. Ainsi, vous ne pourrez pas entrer sur le sol américain avec des Kinder Surprise dans vos bagages, car les jouets qui sont cachés dans le célèbre œuf en chocolat présentent des risques d’étouffement selon les autorités.

    Il en va de même pour les fromages au lait cru, considérés comme de vrais nids à bactéries. Un débat qui agite régulièrement les relations commerciales franco-américaines. D’autres produits alimentaires comme certains fruits et charcuteries sont également interdits à l’import, pour les mêmes raisons.

    D’autres interdictions concernent seulement certains états, mais n’en restent pas moins étonnantes. Ainsi, “Le Petit Chaperon rouge” est prié de rester hors de l’état de Californie, à cause de la bouteille de vin que contient le panier de l’enfant. Le dodgeball, l’équivalent de notre balle aux prisonniers, est proscrit dans les cours d’école de plusieurs états, car considéré comme “agressif et dangereux”.

    L’une des interdictions les plus étonnantes et contradictoires concerne l’état du Nevada et plus particulièrement le “strip” de Las Vegas, l’avenue principale de la cité du jeu. En effet, il est interdit d’y circuler avec un jouet de type pistolet en plastique, pour éviter les vendeurs de rue illicites. En revanche, on peut s’y promener tranquillement avec une arme réelle à la ceinture, le Nevada ayant l’une des législations les plus permissives en matière de port d’arme.

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/toutes-ces-choses-interdites-aux-etats-unis-contrairement-aux-armes-a-feu_fr_5d511849e4b0fc06ace9f059?ncid=other_topvideos_cp1pj3fgmfs&utm_campaign=top_videos

     

     


    1 commentaire
  • Nouveaux martyrs de la bêtise humaine ?

    Comment ? Quoi ? Que dit-elle encore, cette illuminée ? Elle dit la vérité. À savoir que de pseudo-écolos, choisissant la campagne pour y passer qui des vacances, qui une retraite heureuse, n’en supportent pas la nature naturelle et livrent une guerre sans merci aux animaux qui n’en peuvent mais.

    La liste est longue et de plus en plus sidérante de ces affaires qui encombrent la Justice. Ces prétendus amoureux de la nature la voudraient en papier glacé ; pardon, en selfie : moi devant un champ de pâquerettes, moi dans une cour de ferme bien ripolinée, moi devant une meule de foin… Un joli décor, rien de plus. Pas la vie, juste la représentation proprette que les crétins s’en font.

    Se multiplient donc les démarches pour interdire ici le chant du coq, là le coassement des grenouilles, à côté les abeilles dont les déjections ont souillé un salon de jardin ; en Provence ou dans le Sud-Ouest, on prétend faire taire les cigales à grand renfort d’insecticide, ailleurs, c’est le bruit du tracteur qui dérange le vacancier dans sa grasse matinée, quand celui-ci ne réclame pas carrément qu’on reporte la moisson pour cause de nuisance sonore. On ne compte plus les grincheux qui demandent l’arrêt des cloches, quand bien même ils ont posé leurs valises dans l’annexe du presbytère, et ceux qui voudraient que les vaches ne meuglent point et que les ânes ravalassent leurs braiements…

    Pour couper court à ces requêtes et procédures délirantes qui, hélas, se multiplient, le maire de la commune de Gajac, en Gironde, avait adressé en mai dernier une lettre aux parlementaires français pour que « les bruits ruraux » soient inscrits au patrimoine national.

    Face aux grincheux incultes, le maire qui porte le joli nom de Bruno Dionis du Séjour, patronyme paradisiaque s’il en est, pointait alors « l’égocentrisme de ses nouveaux concitoyens, d’origine urbaine la plupart du temps, et découvrant la campagne comme le sot découvre que les œufs ne se cueillent pas dans les arbres ».

    Eh oui, la vie, c’est bruyant. Au début était le Verbe, dit la Genèse ; l’univers est né dans une onde sonore, good vibration… Les abrutis des générations X, Y, Z croient qu’elle se maîtrise derrière un écran : on, off, reset

    Se référant à l’article 11 de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, M. Dionis du Séjour souligne qu’« il appartient à chaque État partie de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel présent sur son territoire ».

    Il a été entendu. Le député de Lozère (UDI) Pierre Morel-À-L’Huissier vient d’annoncer qu’il entendait déposer une proposition de loi dans ce sens sous forme de résolution dans les jours qui viennent.

    Alors, chers amis lecteurs, je le clame haut et fort : soutenons ces défenseurs du patrimoine rural dans leur démarche ! Faisons la chasse aux crétins plutôt qu’aux cigales. Que les veaux, vaches, cochons, couvée puissent à leur aise meugler, bêler, grouiner, couiner, vrombir, glapir, grisoller, braire, cancaner, piauler, hululer ou hennir en toute quiétude, c’est tout ce qu’on leur souhaite.

    https://www.bvoltaire.fr/veaux-vaches-cochons-couvees-nouveaux-martyrs-de-la-betise-humaine/


    1 commentaire
  • A la suite du tollé provoqué sur Twitter par son hommage à Toni Morrison, la ministre du Travail a été forcée de modifier son message. Elle avait mis en avant une femme qui avait permis aux noirs d'«entrer par la grande porte dans la littérature».

    Muriel Pénicaud saura désormais qu’il faut tourner sept fois son pouce avant de tweeter. Après un message posté sur son compte en hommage à la romancière noire américaine Toni Morisson, prix Nobel de littérature en 1993 et décédée le 5 août, la ministre du Travail a déclenché une vive polémique. «Hommage à une très grande dame, écrivaine, poète et militante, Toni Morrison. Grâce à elle, les noirs ont enfin pu entrer par la grande porte dans la littérature. Les mots réveillent les consciences et les cœurs, ils font reculer le racisme et la haine. Les mots ont un pouvoir», avait-elle déclaré le 7 août sur le réseau social, avant de retirer son message.

    Touner son pouce 7 fois avant de tweter!

     

    Plusieurs internautes s'étaient indignés, faisant remarquer à la ministre que de nombreux auteurs noirs avaient précédé la lauréate du prix Pulitzer en 1988, comme Léopold Sédar Senghor, premier Africain à siéger à l’Académie française, ou encore le célèbre poète Aimé Césaire, disparu en 2008. L'auteur congolais lauréat du prix Renaudot 2006, Alain Mabanckou, a également rappelé à Muriel Pénicaud qu'avant Toni Morrison, l'écrivain nigérian Wole Soyinka avait été honoré du prix Nobel en 1986 soit six ans avant l'Américaine.

    D’autres ont été jusqu’à qualifier Muriel Pénicaud de raciste. «"Les mots ont un pouvoir" dixit Muriel Pénicaud. Et les siens en hommage à Toni Morrison étaient clairement ignorants et racistes envers les noirs», s’est alarmée une journaliste indépendante alors que Taha Bouhafs avait lui fustigé un «racisme dégoulinant», concluant son message par un «Shame on you Pénicaud» (Honte à vous Pénicaud).

    Ayant visiblement compris le message, l’ancienne DRH de Danone a par la suite remplacé son tweet par une version expurgée, ne comprenant pas son analyse sur la place des noirs dans la littérature.

    https://francais.rt.com/france/64902-muriel-penicaud-efface-tweet-juge-raciste-a-propos-de-romanciere-americaine-toni-morrison


    1 commentaire
  • Un député LREM condamné à six mois avec sursis et trois ans d'inéligibilité pour abus de confiance.

    Le tribunal correctionnel de Rennes a condamné le député Mustapha Laabid (LREM) à six mois de prison avec sursis et trois ans d'inéligibilité. Le parlementaire du parti présidentiel était poursuivi pour abus de confiance.

    Le député LREM Mustapha Laabid, poursuivi pour abus de confiance, a été condamné le 6 août à six mois de prison avec sursis, trois ans d'inéligibilité et 10 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Rennes.

    Le député d'Ille-et-Vilaine était poursuivi pour abus de confiance au préjudice d'une association d'insertion professionnelle qu'il présidait jusqu'à son élection en 2017. Le parquet avait requis six mois de prison avec sursis et cinq ans d'inéligibilité.

    Mustapha Laabid va faire appel de cette condamnation et reste député, a annoncé son avocat.

    Le 3 juin devant le tribunal correctionnel de Rennes, il avait plaidé une gestion «maladroite et approximative» des fonds de l'association qu'il présidait, tout en récusant toute volonté d'enrichissement personnel.

    Le montant du préjudice présumé est de 21 930 euros, entre 2015 et 2017. Parmi les dépenses personnelles qui auraient été effectuées par Mustapha Laabid : 15 000 euros de repas, mais aussi des achats dans des commerces, des frais de téléphonie et d'hôtels.

    Le parlementaire n'est pas un inconnu du grand public : quelques mois après son élection, il avait suscité la polémique en relayant des photos de tags hostiles à la police et à la mairie de Rennes. «Nique ta maire» pouvait-on par exemple lire sur l'une d'entre elles.

    Condamné mais il reste député

     

    https://francais.rt.com/france/64876-depute-lrem-condamne-six-mois


    1 commentaire
  • GiletsJaunes : Moscou exprime sa «préoccupation» concernant les «brutalités policières» en France.

    La réponse du berger à la bergère

     Après que la France a exprimé sa «préoccupation» quant à l'arrestation de manifestants lors de rassemblements non autorisés en Russie, Moscou a rappelé à Paris les épisodes de «brutalités policières» lors des mobilisations de Gilets jaunes.

    La Russie a renvoyé les autorités françaises, qui exprimaient leur «préoccupation» quant aux récentes arrestations de manifestants à Moscou, à la situation dans leur propre pays.

    «Nous exprimons à notre tour notre préoccupation face à l’état de santé des citoyens français (y compris des journalistes) régulièrement victimes de brutalités policières», a ainsi tweeté le 30 juillet le ministère des Affaires étrangère russes, ajoutant le hashtag #GiletsJaunes (en russe). 

    Le tweet renvoie vers une vidéo du Parisien, datant du 8 décembre 2018, intitulée : «Gilets jaunes : des blessés par tirs de flash-ball, dont deux journalistes du Parisien». Lors de cet acte 4 des Gilets jaunes, plusieurs manifestants avaient été blessés par des tirs de lanceur de balle de défense, indiquait alors le quotidien, ainsi que deux photoreporters du journal.

    «En ce qui concerne les actions "disproportionnées" de la police lors de manifestations, la France est malheureusement l’un des pionniers du monde», a également tweeté la diplomatie russe.

    Ces messages du ministère russe des Affaires étrangères répondent à un tweet du quai d'Orsay du 29 juillet, indiquant : «Un nombre important d’arrestations et de détentions ont suivi les manifestations pacifiques de ces derniers jours à Moscou. L’état de santé de M. Alexeï Navalny, incarcéré depuis le 23 juillet, s’est également brutalement dégradé.» Le tweet renvoie vers un communiqué du quai d'Orsay, qui précise : «La France appelle à leur libération rapide et exprime sa profonde préoccupation devant ces évolutions récentes.»

    https://francais.rt.com/international/64641-giletsjaunes-moscou-exprime-preoccupation-concernant-brutalites-policieres-france

     

     


    1 commentaire
  • Les images de la statue du général de Gaulle à terre ont fait le tour des réseaux sociaux, la semaine dernière. Les réactions politiques assurèrent le service minimum, il faut bien l’avouer. Du côté gouvernemental, un silence radio de circonstance. Curieux, quand on sait qu’Emmanuel Macron s’est approprié la croix de Lorraine pour la faire figurer sur les armes de la République. Idem chez Christophe Castaner, pourtant prompt à s’indigner. Silence, aussi, chez un certain Bruno Le Maire, pourtant député de la 1e circonscription de l’Eure, c’est-à-dire à… Évreux, ville où eut lieu l’acte de vandalisme. D’autant plus curieux qu’il est arrivé à Bruno « le Renouveau », à ses heures perdues, de se revendiquer du gaullisme. Rien de ce côté-là, donc. Pas la moindre émotion gouvernementale n’a transpiré sur les réseaux sociaux. La canicule, peut-être, et avec ces risques d’amalgames ou de stigmatisations, il ne servait à rien d’échauffer un peu plus l’atmosphère. À noter, tout de même, la réaction de l’autre député d’Évreux, Fabien Gouttefarde, de La République en marche, qui alla chercher ses références aux Amériques pour tweeter : « Vous ne pouvez maintenir quelqu’un à terre sans y rester avec lui » [Booker T. Washington]. Ce que symbolise le Général De Gaulle est indéboulonnable ! Ceux qui ont fait ça sont, eux, plus bas que terre… » Cela a dû beaucoup émouvoir les vandales…

    Donc, ne pas échauffer l’atmosphère, d’autant, comme l’a souligné Timour Veyri, l’opposant socialiste au conseil municipal d’Évreux, après avoir condamné le « désoclement de la statue du Général », que les propos haineux et racistes se seraient déchaînés sur les réseaux sociaux : « Je suis très inquiet de la vague de paroles racistes sur les réseaux sociaux à laquelle nous assistons depuis ce week-end… L’extrême droite n’a pas sa place dans notre belle ville d’Evreux », pouvait-on lire sur actu.fr/normandie du 22 juillet. Toujours ce Timour Veyri qui (toujours ce même actu.fr) souhaitait ne pas faire d’amalgame : « Pour le moment, on ne sait pas ce qui s’est passé et s’il s’agit d’un acte volontaire ou non. » Si, si, ça ne s’invente pas ! Et l’élu socialiste d’ajouter : « On attend l’analyse des images de vidéosurveillance de la ville. Mais on doit avoir une vraie réflexion sur la protection de la statue à l’avenir. » Une véritable réflexion pour protéger la statue face aux actes volontaires et/ou involontaires ?

    Bon, aujourd’hui, on sait. Jusque-là, la statue abattue du général de Gaulle pouvait donner libre cours à l’imagination débordante de tous ceux qui ne veulent surtout pas faire d’amalgame : une tempête, un accident de scooter, des enfants qui voulaient s’amuser, des supporters à la joie débordante mais maladroits, etc. Car la vidéo, si elle n’a pas fait le 20 Heures, a fait le tour des réseaux sociaux. Et là, on n’a plus de doute. Pourtant, en ce 27 juillet, l’élu socialiste d’Évreux n’a toujours pas réagi pour faire part de son analyse personnelle de ces images. Car il s’agit bien d’une bande d’ensauvagés qui s’est acharnée sur la statue de l’homme du 18 juin, encouragée par toute une foule hurlante autour d’elle. Une bande d’ensauvagés qui a recouvert cette statue du drapeau algérien, pas du drapeau tricolore, pour finalement la mettre à terre. Mais tout cela est peut-être un montage de l’extrême droite, qui sait.

    C’est là, en tout cas, que les propos, sur BFM TV, lundi dernier, de Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, prennent toute leur dimension surréaliste : « On met le focus sur le fait que des supporters algériens aient pu manifester leur joie… Il faut remettre les choses à plat. Est-ce qu’on a eu des débordements de la nature de ce qu’on a connu ? Avec les gilets jaunes, on a eu des centres-villes mis à sac ! Ce n’est pas le cas… » On a envie, alors, de poser une question à Sibeth Ndiaye : de quelle nature sont donc ces « débordements » d’Évreux ? Mais c’est les vacances. Réponse fin août, peut-être.

    https://www.bvoltaire.fr/statue-du-general-de-gaulle-deboulonnee-surtout-pas-damalgame/


    1 commentaire
  • La nouvelle du déboulonnage avait déjà été relatée dans la presse, mais les images n'avaient pas encore filtré : c'est chose faite dorénavant. Le député Eric Ciotti, notamment, a relayé sur Twitter la vidéo du moment où la statue du général bascule.

    Lors des manifestations de joie des supporters de l'Algérie après la victoire de leur équipe à la Coupe africaine des nations le soir du 19 juillet, la ville d'Evreux avait constaté des actes de vandalisme dont le déboulonnage de la statue du général de Gaulle. L'acte avait provoqué une vive émotion dans la ville et dans toute la France... Les images violentes de ce moment ont depuis été publiée sur les réseaux sociaux. Le député Les Républicains des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, a relayé cette vidéo le 25 juillet sur Twitter qu'il a assortie d'un commentaire indigné : «Images insoutenables du saccage de la statue du général de Gaulle à Evreux par des bandes qui crachent sur la France ! J’appelle à des sanctions exemplaires.»

    https://francais.rt.com/france/64255-evreux-deboulonnage-statue-charles-gaulle-filme

     


    1 commentaire
  • Face à face avec un exécuteur de l’État islamique

    https://www.bvoltaire.fr/video-terrifiante-face-a-face-executeur-de-letat-islamique/


    votre commentaire
  • Agression ultra violente

     

     

      C'est bien gentil les caméras de surveillance, mais cela ne décourage pas la richesse du multiculturalisme de s'enrichir d'avantage sur le dos de leurs victimes. Le principal défaut des caméras, c'est qu'elles sont statiques, elles témoignent d'une agression et puis c'est tout, les chances pour la France peuvent dormir tranquille. Et grâce à cette vidéo, ils pourront remercier les journalistes qui leur auront permis de comprendre l'importance de porter des gants. Ce genre d'agression est le lot quotidien des français, il faut donc rendre ces caméras plus dynamiques en les équipant du nécessaire pour rendre justice plus rapidement aux victimes. Imaginez les économies: plus besoin de procès aussi coûteux qu'inutiles, plus de place dans les prisons pour accueillir les membres indélicats de la Rem, et les victimes récupèrent leur bien immédiatement...

    Y a t-il une start-up intéressée..? elle aura droit au prix Nobel de la paisibilité de la nation.

    Ps: On peut noter au passage que l'article du Parisien identifie bien la victime en tant qu'asiatique, mais pas l'agresseur...seraient-ils racistes au Parisien..?

    http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/vitry-l-agression-ultraviolente-d-une-asiatique-resolue-grace-a-la-videosurveillance-18-07-2019-8119500.php

    http://pauvrefrance.centerblog.net/6571986-vitry-sur-seine-agression-ultra-violente-d-une-asiatique

     


    votre commentaire
  •  

    les injures de Griveaux envers ses concurrents à la mairie de Paris

                                                                                                Dans un article publié ce 17 juillet, Le Point rapporte que le candidat LREM à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, aurait proféré il y a quelques semaines, en privé, des insultes à l’égard de ses rivaux pour la course à la mairie de Paris.  

    Les dissensions affichées publiquement entre les prétendants La République en marche (LREM) à la mairie de Paris auraient-elles caché des coulisses bien peu reluisantes ? A en croire Le Point, ce fut bel et bien le cas. Dans un article publié ce 17 juillet, l’hebdomadaire attribue à l'ancien porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux des propos, pour certains injurieux, à l’égard des anciens aspirants de son camp.

    Si l'hebdomadaire ne précise pas quand exactement et dans quel contexte les propos en question ont été formulés, il indique qu'ils ont été tenus «il y a quelques semaines», alors que la bataille pour l'investiture de LREM à Paris faisait rage.

    «Il y a un abruti chaque jour qui veut être maire de Paris»

    En évoquant Cédric Villani, la désormais tête de liste officielle du parti présidentiel pour la municipale à Paris aurait confié : «Il n’a pas les épaules pour encaisser une campagne de cette nature. Il ne verra pas venir les balles, il va se faire désosser !» Hugues Renson ? «C’est un fils de p***, on le sait depuis le premier jour». De son ancien collègue au gouvernement Mounir Mahjoubi ? «Bon, no comment...»

    D’autres amabilités aurait également été proférées à l’encontre de ses concurrents hors LREM. Evoquant le député de centre-droit (Agir) Pierre-YvesBournazel, il aurait lâché : «Qui tient Bournazel par les c******* depuis le début, si ce n’est moi ? Pourquoi est-ce qu’on fait entrer [Frank] Riester au gouvernement ? Pour tenir les mecs d’Agir, tout cela n’est pas le fruit du hasard !» Ou encore : «Il y a un abruti chaque jour qui veut être maire de Paris.»

    Contacté par L’Obs, Benjamin Griveaux a déploré, via son entourage, «qu’une conversation privée se retrouve dans la presse». «Il a appelé des personnes citées pour s’excuser auprès d’elles. Le sujet est clos», a rapporté un journaliste de L'Obs, citant l’équipe du candidat. D’après la même source, le candidat marcheur n’aurait pas «démenti [...] la teneur des propos rapportés par Le Point

    https://francais.rt.com/france/63989-cest-fils-p-injures-griveaux-envers-concurrents-mairie-de-paris

    C'est un fils de p+++...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires