• A ceux qui passent sur ce blog, je vous souhaite une bonne année 2019, une bonne santé et la réalisation de tous vos projets.

    Bonne année 2019

     

    Bonne année 2019

     

    Bonne année 2019

     

    Bonne année 2019

     

    Bonne année 2019 et meilleurs voeux


    5 commentaires
  • Je ne partage pas du tout les « analyses » qui expliquent en long en large et en travers, voire dans la quatrième dimension, combien notre pays est déprimé et qu’il va inexorablement « dans le mur », tout comme cette Europe moribonde.

     
    À ses débuts, le mouvement des gilets jaunes a été, effectivement, l’expression du terrible cri de souffrance d’une France « des territoires » qui n’en peut plus d’être ainsi méprisée et écrasée sous le joug d’un État « hors-sol ».
    Mais à présent, il s’agit d’un mouvement d’une tout autre nature : c’est un formidable élan d’espoir.
    Certes, il est fait de bric et de broc (ce que les « observateurs » se plaisent à souligner dans les débats avec une morgue qui frise souvent l’insulte : c’est le fameux « salauds de pauvres »).
    Certes, il n’est absolument pas structuré, ce qui laisse « pantois » ces mêmes observateurs, commentateurs et politiques car il n’a « pas de prise », pas de réel « angle d’attaque » selon les schémas de pensée traditionnels.
    Certes, il n’a probablement pas d’avenir politique, puisqu’il ne pourra pas, par essence même, se structurer comme un parti où « aucune tête de doit dépasser ».
    Mais cet « être politico-social » nouveau, né d’Internet, porte en lui les signes de la renaissance d’une société française que l’on croyait disparue à jamais.
    Il est vrai que cela ne se voit pas à Paris, mais dans nos campagnes : le rond-point a remplacé la place du village !
    C’est au rond-point que « les braves gens » ont plaisir à se retrouver pour discuter, faire de la musique, chanter, faire la fête.
    C’est au rond-point qu’on retrouve les valeurs de fraternité et de solidarité.
    C’est au rond-point que se tisse à nouveau ce fameux lien social si distendu.
    C’est au rond-point qu’on trouve des gens heureux de vivre, heureux de vivre ensemble !
    On a même vu des prêtres venir dire la messe de minuit sur les ronds-points ! Comme si l’Église, chassée du centre du village par ce que l’on sait, voulait enfin participer à la fête du peuple.
    J’entends déjà les esprits chagrins me dire qu’au rond-point, par définition, on « tourne en rond », comme ce mouvement des gilets jaunes.
    Mais c’est aussi à partir du rond-point que l’on peut choisir la bonne voie, la « bonne sortie » !

    Une france pleine d'espoir

     

    http://by-jipp.blogspot.com/2018/12/une-france-pleine-despoir.html#more


    votre commentaire
  • Payer des impôts pour financer les médiamenteurs OU faire un don déductible à Civitas pour financer vos idées, à vous de choisir !
    Il est difficile de connaître le montant total des subventions et autres cadeaux fiscaux accordés aux médiamenteurs. Nous avons néanmoins trouvé trois informations significatives.

    1) Le rapport annuel de la Cour des comptes, publié en mars 2018, signalait qu’en 2017, le montant total des aides de l’Etat attribuées à la presse écrite s’élevait entre 580 millions d’euros et 1,8 milliard d’euros – une fourchette importante justifiée par une “définition large” des aides à la presse.

    2) Le 27 novembre, entre deux grandes mobilisations des Gilets Jaunes, les parlementaires ont voté la suppression de trois taxes payées par les stations de radio et les chaînes de télévision.

    . Chaque spot publicitaire diffusé à la télé dans la tranche facturée entre 1.520 euros et 9.150 euros était frappé d’une taxe de 20,60 euros. Taxe supprimée.

    . Les radios qui réalisaient 10 M€ de chiffre d’affaires publicitaire par trimestre (Europe 1, NRJ, RTL) payaient une taxe de 54.435 euros. Taxe supprimée.

    . Les chaînes de télévision qui réalisaient 100 millions de recettes publicitaires tous les trois mois (c’est le cas de TF1 et de M6) payaient une taxe de 894.500 euros. Taxe supprimée.

    Ces trois taxes sur les grands médias audiovisuels rapportaient 50 millions d’euros à l’Etat.

    Comment la Macronie justifie-t-elle ce cadeau fait à des grands médias audiovisuels appartenant à quelques milliardaires ?

    « On est dans une logique de simplification et de rationalisation des petites taxes qui pèsent sur les télés. C’est le fruit d’une discussion avec Bercy et le ministère de la Culture, dans les projets de simplification de la vie des entreprises ».

    3) Et ce n’est pas tout ! Dans la nuit du 18 au 19 décembre, l’Assemblée Nationale a voté, sans débat, une hausse de 4 millions d’euros de la dotation allouée à l’Agence France-Presse au titre de ses missions d’intérêt général.

    Ce vote nocturne s’est déroulé dans le cadre de l’examen du projet de budget 2019 en nouvelle lecture, sur base d’un amendement du gouvernement destiné à augmenter de 4 millions d’euros la dotation allouée à l’AFP qui était déjà de « 111,8 millions d’euros », rappelle l’exposé des motifs de l’amendement.

    Et qui paye ? Les contribuables, dindons de cette mauvaise farce.

    2 milliards aux médias

     

    https://www.medias-presse.info/letat-offre-plus-de-deux-milliards-aux-medias-menteurs-quen-pensent-les-gilets-jaunes/102924/


    votre commentaire
  • Vous allez adorer! Vieux, grands, puissants et imprévisibles! Pas d'électricité ici!


    votre commentaire
  • Pour ceux qui passent sur ce blog, je vous souhaite de bonnes fêtes de Noêl, une bonne soirée, de belles agapes...

    Joyeux Noêl

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire

  • 1 commentaire
  • Quand la République tremble, qui reste-t-il pour la protéger? Poser la question, c’est déjà y répondre: deux associations de gendarmes mettent les pieds dans le plat, quelques jours après la mobilisation exceptionnelle des forces de l’ordre du samedi 8 décembre. L’Union nationale des personnels et retraités de la Gendarmerie (UNPRG) et l’association professionnelle Gendarmes et citoyens déplorent la faible participation policière à l’opération.

    Lorsque le ministère de l’Intérieur annonce la mobilisation de 89.000 personnels pour l’acte IV des Gilets jaunes, les deux associations retranchent à ce chiffre les 65.000 gendarmes qui y ont participé. 

    “Vous aurez vite fait le compte des policiers engagés: 24.000 sur les 150.000 que compte cette administration”, regrette Henri Martinez, président de l’UNPRG. 

    De son côté, Gendarmes et citoyens rapporte le nombre de policiers et gendarmes mobilisés à leur nombre total. “Quand la gendarmerie mobilise 65% de ses effectifs, la police engage moins de 20% des siens”, calcule l’association dans un communiqué publié lundi 10 décembre sur son site.

    Cette forte mobilisation de l’Arme a été rendue possible par le statut militaire des gendarmes, qui leur impose des sujétions exceptionnelles. Le rôle majeur de la Gendarmerie dans cette situation qualifiée d’insurectionnelle ne va pas passer inaperçue. Il y a deux ans, en pleine guerre des polices, l’intersyndicale Unsa-Police/SCPN raillait un “acteur mineur du champ de la sécurité : la Gendarmerie nationale”. Elle interroge également les choix stratégiques du quinquennat: sur les 10.000 recrutements prévus dans les forces de sécurité, 7.500 ont été attribués à la Police et  2.500 aux gendarmes.

    Trois quarts des policiers n’ont pas souhaité se porter volontaires

    Pour revenir à l’Acte IV des Gilets jaunes, Gendarmes et citoyens estime que, “a minima, on pouvait s’attendre à ce (que la Police) suspende également les indisponibilités de ses personnels dans une situation aussi grave. Ce ne fut pas le cas”. Pire, constate l’association, “en province, des policiers, sur ordre, ont fermé les grilles de leur commissariat, abandonnant le soin de gérer les manifestations aux gendarmes, dépêchés en urgence pour assurer le maintien de l’ordre sur un territoire dont ils sont exclus habituellement”.

    Côté Police, explique Gendarmes et citoyens, “les repos de la sûreté urbaine (n’ont) en aucun cas été suspendus, mais reportés sur la base du volontariat”. “Trois quart environ des fonctionnaires de police ont donc fait ce choix” de ne pas se porter volontaires, regrette l’association qui ajoute que “les maires des communes qui ont connu des débordements gravissimes seront ravis de l’apprendre”.

    Un boulet est passé. Il n’est pas dit qu’il n’y en aura pas d’autres

    La Police reste un “rempart de la République”, mais elle est “malade de sa cogestion” assure Henri Martinez qui demande que l’on “cesse de nous montrer ces syndicalistes avec une posture et un discours hors du cadre, comme par exemple celui qui annonce qu’après les Gilets jaunes ce seront les gilets bleus de la Police nationale”. 

    Regrettant l’obsolescence du parc de véhicules blindés à roues de la Gendarmerie (VBRG) le président de l’UNPRG avertit :“Un boulet est passé. Il n’est pas dit qu’il n’y en aura pas d’autres. Là il faudra peut être que tout le monde, policier ou gendarme, fasse le sacrifice de ses repos et mette un gilet pare balles, faute de blindés pour les protéger !”

    Matthieu Guyot

    Acte IV: gendarmes davantage mobilisés

    https://lessor.org/a-la-une/acte-iv-gendarmes-davantage-mobilises-que-policiers/?utm_source=email&utm_campaign=La_Lettre_de_LEssor_n98&utm_medium=email


    1 commentaire
  • Selon un sondage Elabe pour BFM TV, la perspective d'une mise en place d'un référendum d'initiative citoyenne rencontre un franc succès chez les Français. Ils verraient en grande majorité cette révolution constitutionnelle sous un jour favorable.

    Alors que l'approbation du mouvement de contestation des Gilets jaunes par les Français reste stable autour de 70% semaine après semaine, selon plusieurs sondages, une étude de l'Institut Elabe publiée le 20 décembre montre qu'une proportion élevée de Français est favorable au référendum d'initiative citoyenne (RIC).

    Pour 82% des personnes interrogées, ce dispositif est en effet le bienvenu pour que les citoyens proposent l'adoption d'une loi. Ils sont 80% à juger positivement la perspective de pouvoir utiliser le RIC pour demander l'abrogation d'un texte législatif. Environ trois quarts des Français seraient en outre prêts à approuver ou non des traités européens et internationaux par ce biais ainsi qu'à révoquer un élu – autrement dit lui retirer ses fonctions au cours de son mandat. Enfin selon Elabe, 67% des Français interrogés pensent que le RIC doit être utilisé pour modifier la Constitution.

    Le RIC, une des principales revendications des Gilets jaunes, permettrait à toute proposition d'un citoyen français – qu'elle soit législative, abrogatoire, révocatoire ou constituante – de faire l'objet d'un référendum national, si tant est qu'elle regroupe un nombre suffisant et restant à définir de signatures de ses compatriotes.

    82% y sont favorables

     https://francais.rt.com/france/57049-large-majorite-francais-favorables-referendum-initiative-citoyenne-sondage

     


    votre commentaire

  • 1 commentaire
  • La Banque de france épinglée

      

    L Cour des Comptes vient de publier un rapport sur la Banque de France, portant sur les exercices 2011 à 2017. Cette institution bancaire, dont le capital appartient à l’Etat, s’est lancée depuis une dizaine d’années dans le mécénat. La Cour des Comptes rappelle que ” ce soutien financier n’est pas toujours en lien avec son histoire ou ses missions “.

    Un chapitre intitulé ” Une politique de mécénat disparate qui a connu des dérives ” trouve sa place dans le rapport émis par la Cour des Comptes sur la Banque de France. La Cour des Comptes y épingle notamment l’achat par la Banque de France d’un tableau signé Rembrandt et appartenant à une branche de la famille Rothschild. En 2015, la Banque de France a conclu l’achat de ce tableau pour la modique somme de 80 millions d’euros.

    Mais comme le mécénat bénéficie d’une réduction fiscale à 90%, c’est le fisc qui a perdu dans l’affaire la bagatelle de 72 millions d’euros.

    Le rapport de la Cour des Comptes note que ” cette budgétisation est en outre susceptible de mettre la Banque de France en difficulté au regard des textes européens qui interdisent le financement des Etats par les banques centrales “.

    Car cette affaire, qui a avant tout profité à la famille Rothschild, a tout d’un jeu de passe-passe. Le rapport de la Cour des Comptes souligne d’ailleurs que, dans le compte rendu de la décision du Conseil général de la Banque de France approuvant ce mécénat, le gouverneur de la Banque de France prend bien soin de mentionner que la décision est prise avec l’accord du président de la République François Hollande et de son ministre des Finances Michel Sapin.

    A la même époque, le ministre de l’Economie n’était autre qu’un certain Emmanuel Macron, directement issu de la Banque Rotschild.

    https://www.medias-presse.info/la-cour-des-comptes-pointe-du-doigt-lachat-dun-tableau-paye-80-millions-deuros-aux-rothschild/102427/


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires