• L’acte XV des gilets jaunes retransmis par BFM TV, est devenu, grâce à la baguette élyséenne de la rédaction de cette chaîne d’info en continu, le match Macron au Salon de l’agriculture vs manifestations de gilets jaunes, sous l’angle de la violence.

     

     En bas, à droite de l’écran, nous avions d’un côté notre Président champêtre comme un taureau dans le pré, entouré de gentils agriculteurs, et de l’autre les méchants gilets jaunes, les dégradations et les affrontements avec les forces de police – en marge de la manifestation, comme ils disent.

    Et les présentateurs de cette info Pravda mettaient en évidence le calme remarquable de ce monde agricole alors que sa souffrance est du même ordre que celle des gilets jaunes.
    Cette mascarade de l’information fait honte à notre pays.
    Nous sommes toujours dans la stratégie de décrédibilisation de ce mouvement social inédit qui traduit un malaise profond de notre société.
    Et lorsque l’on voit, à Clermont-Ferrand, des casseurs détruire pendants de longues minutes du mobilier urbain, sans apercevoir un seul membre des forces de l’ordre pour venir s’interposer, sinon deux femmes et une personne âgée gilets jaunes, nous sommes en droit de nous demander si les débordements ne sont pas souhaités par les pouvoirs publics.
    Le monde agricole est moribond, un agriculteur se suicide tous les deux jours.
    Ce monde-là a sans doute été bien trop gentil pour en arriver là.
    Une petite anecdote personnelle, et vous allez comprendre.
    Il y a une trentaine d’années maintenant, je faisais partie d’une délégation de la FDSEA (branche départementale de la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire) du Gard qui était venue à la rencontre du président du conseil général.
    Nous lui demandions, entre autres, une subvention de 20.000 francs pour mettre en route le programme « informatique à la ferme ».
    Nous avons essuyé un refus alors que, dans la même journée, l’équipe de handball de la ville de Nîmes, qui jouait alors la coupe d’Europe, venait de percevoir une subvention de… 4 millions.
    Les gentils agriculteurs sont rentrés chez eux sans rien dire…
    En 1986, producteur de fruits et légumes, j’ai encaissé la rentrée, sans contreparties pour ces productions, de l’Espagne et du Portugal dans le Marché commun. Imaginez la réaction d’un ouvrier français de chez Renault à qui l’on demanderait de travailler pour le salaire de l’ouvrier roumain d’une usine Dacia !
    Aujourd’hui, le gentil syndicaliste d’hier n’est plus agriculteur.
    Les gilets jaunes ont bien compris la situation, et ils ne veulent pas gentiment mourir.
    Si Macron et son gouvernement ne veulent pas répondre à l’injustice qui règne dans notre pays par des mesures de bon sens, alors les « méchants » deviendront de vrais méchants.
    L’exemple doit venir d’en haut et le train de vie de l’État doit drastiquement baisser.
    L’enjeu, par exemple, n’est pas de supprimer le Sénat ou bien encore de réduire le nombre de sénateurs, mais de faire baisser très sensiblement son coût de fonctionnement.
    Gabrielle Cluzel a, d’ailleurs, fait la bonne analyse sur CNews.
    La stratégie qui consiste à laisser les violences s’installer lors des manifestations pour décrédibiliser et à jeter des cendres sur les braises de la contestation pourrait, à court terme, faire s’éteindre ce mouvement social, mais ce dernier reprendra un jour ou l’autre avec encore plus de vigueur.

    « Les gentils et les méchants » est peut-être une bonne stratégie médiatique au service du Président Macron, dans l’immédiat, mais gare au retour de bâton de la part des méchants.

    http://by-jipp.blogspot.com/2019/02/salon-de-lagriculture-contre-gilets.html#more


    1 commentaire
  • Mais qu’y avait-il dans le coffre d’Alexandre Benalla ?

    Un coffre blindé qui prend la poudre d’escampette, c’est plutôt drôle quand on apprend qu’il serait justement plein de poudre blanche. La coke sous la coque, cocasse non ?

    En même temps, il faut être aveugle et sourd pour ne pas s’apercevoir que Manu le poudré a traversé la rue pour suivre la ligne blanche.

    Il transpire, panique, les yeux écarquillés, la nuque rigide et ses performances de logorrhées sémantiques dans lesquelles il se noie sont un signe de plus qui rappelle les cocaïnomanes avérés.

    Certes on peut comprendre que devant son échec cuisant il recoure à des ressources chimiques, artificielles pour tenter de devenir le surhomme qu’il pensait être.

    Nous serions dirigés par un drogué ? La question se pose et tous autour de lui commencent à craindre de l’avoir perdu.
    Il délire, expose sa paranoïa, exprime sa peur de prendre une balle dans la tête…Mais Manu, personne ne te veut autant de mal ! On veut juste que tu partes et que tu ailles voir si l’herbe est plus grasse ailleurs, d’ailleurs ça te réussirait peut-être beaucoup mieux que le speed de Caroline !

    Pour quelqu’un qui n’a pas voulu légaliser le Cannabis, tu devrais te poser, fumer un joint et méditer sur les méfaits des drogues dures sur la santé, la tienne et celle de notre pays !
    Ils t’ont tous balancé, Manu, si l’information est parvenue jusqu’à moi, qui ne suis personne, tu imagines bien que c’est la fin.

    A part Castaner qui arpente les salles de classe pour terroriser les jeunes générations, en mode pédagogie à deux balles pour jeunesse hitlérienne, et Marlène qui voit des terroristes islamistes chez les cathos qui s’attachent au radiateur, on ne sait pas trop qui sniffe quoi à l’Élysée, mais le produit est bon, peut-être même de la coke du Vénézuela arrivée par la valise diplomatique.

    J’oubliais, Benjamin, qui ne manque pas d’à-propos, nous explique que le rapport qu’il n’a pas lu contient des contre-vérités et là on se dit que lui, son truc, c’est plutôt la fumette.
    Un petit bédo avant la conférence de presse et tout est beau à l’Élysée et les renards du Sénat n’ont qu’à bien se tenir avec leur rapport psychédélique.

    Sache Manu que la vague jaune du samedi ne fait pas partie des hallucinations collectives même si tu sembles être resté scotché par un buvard des années 70.

    De même, ta tentative de faire passer tous ceux qui ne votent pas pour toi pour des antisémites relève du délire et tu es en pleine descente, pas que dans les sondages, c’est le retour du crac et des craques.

    En résumé, il est temps de commencer le sevrage parce que nous on en a fini avec le servage !
    Donc prend rendez-vous pour ta cure de désintox et profites-en pour contacter le psy, toi qui ne subis pas les désagréments du manque de service public de proximité.

    Manu, un conseil, fais tourner la présidence, tu en as trop abusé !

    https://blogs.mediapart.fr/citoyen-spartacus/blog/230219/ca-plane-lelysee?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66&fbclid=IwAR1mvgaWIYlhk9y_tZSyZRpyibWfDXYC34vgf4vWlu-maCwgEQuWsO0I6Wk

    Benalla et le coffre magique

     


    1 commentaire
  • Un couple regarde la télé le soir et le mari mange des cacahuètes en les jetant en l'air pour les faire tomber dans sa bouche. A un certain moment, sa femme qui passe derrière le canapé, le heurte et la cacahuète atterrit dans son oreille plutôt que dans sa bouche.
    Il a beau essayer de l'enlever, mais plus il essaie, plus la cacahuète s'enfonce pour finalement se coincer au fond de son oreille. Ne sachant plus quoi faire ils s'apprêtent à appeler un médecin, quand leur fille revient à la maison avec son petit ami.
    Ce dernier examine l'oreille du père, lui met deux doigts dans le nez et lui demande de souffler… la cacahuète est alors expulsée de l'oreille.
     Quand la fille et son ami s'en vont, la femme demande à son mari
     - Ce garçon est doué, que penses-tu qu'il deviendra plus tard ? 
     Sur quoi le mari, remis de ses émotions répond, impassible : 
     - A en juger par l'odeur de ses doigts, probablement notre gendre !

    ======

    C'est une veuve de 75 ans qui va voir son médecin en lui expliquant qu'elle a des orgasmes à répétition.
    ll l'ausculte et lui dit :
    - Vous avez un abcès sur le clitoris.
    - Ah bon, dit- elle et c'est ça qui me fait jouir?
    - Non, lui répond le toubib, en fait c'est l'asticot qui tourne autour.

    ======

    Un curé va chez son médecin et lui dit qu'il a un petit bouton blanc sur le pénis.  Le médecin regarde et lui enlève la petite chose.
    Le curé très content demande ce que c'était et le médecin lui répond :
    - "Une dent de lait"

    ======

    Deux petits Somaliens discutent. 
    L'un s'écrie :
    J'en peux plus, on crève de faim ici ! Et dire qu'en France, à Nice,
    les enfants s'empiffrent de sandwichs et de sucreries sur la plage...Tant pis, moi, j'y vais!

    Il traverse tout d' abord la Mer Rouge et perd 4 kilos en nageant. Puis il longe le Canal de Suez et perd encore 2 kilos. Il traverse ensuite la Méditerranée et perd à nouveau 4 kilos. Il arrive enfin, complètement épuisé, sur la plage de Nice. Il ne lui reste vraiment plus que la peau sur les os......Il a perdu 10 kilos ! 
    Là, il se mélange à un groupe d'enfants en colonie de vacances.

    Une femme vient vers le petit groupe et crie aux enfants :
    - Qui n'a pas mangé ? "

    Tout joyeux, le petit Somalien s'écrie :
     - MOI, MOI, MOI !!! .
      - Alors c'est bon.... Tu peux aller te baigner.... !!!


    1 commentaire
  • Prise «dans l'urgence de l'agenda», Emmanuelle Wargon était pressée de rejoindre Paris.

    Son véhicule avec chauffeur a été contrôlé à 40km/h au-dessus de la vitesse autorisée sur l'autoroute A1, limitée à 110km/h en raison d'un pic de pollution.

    De retour d'un déplacement dans les Hauts-de-France le 21 février, le véhicule de la secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, a été contrôlé par des policiers à 150km/h sur l'autoroute A1 alors qu'un pic de pollution ramenait la limite de vitesse autorisée à 110km/h.
    Le chauffeur de la secrétaire d'Etat se trouvait au volant lorsque des policiers ont effectué ce contrôle.

     Cité par Ouest-France, l'un d'eux a déclaré : «C’était indiqué en gros sur tous les panneaux de signalisation et répété en boucle à la radio, sur 107.7.

    Dans l’absolu, seuls les véhicules des forces de l’ordre et de secours ne sont pas concernés par cette mesure.»
    Ces décisions de changement des limitations de vitesse en raison de la pollution sont prises par les préfets selon des critères précis en matière de pollution.

    Le cabinet de Wargon a réagi à la publication dans la presse
    Après que l'excès de vitesse du chauffeur de la secrétaire d'Etat a été révélé dans la presse, le cabinet de cette dernière a réagi et a fait savoir à Ouest-France : « Il y avait un pic de pollution et nous n’étions pas au courant.
    C’est une erreur de notre part.
    La ministre va régler l’amende dès qu’elle la recevra. 
    Ils ont dû rouler vite car ils étaient pris dans l’urgence de l’agenda mais ce n’est de toute façon pas une excuse.»

    La ministre va régler l’amende dès qu’elle la recevra

    Le cabinet a également assuré qu’il «redoublerait de vigilance pour que cela ne se reproduise plus.»

    http://by-jipp.blogspot.com/2019/02/la-secretaire-detat-lecologie-prise-en.html

    J'aime particulièrement la réponse du cabinet ministériel: ils n'étaient pas au courant d'un pic de pollution". Mais pollution ou pas, à cet endroit la vitesse est limitée  à 130 km/h!

     

     

     


    1 commentaire
  • L'ALGÉRIE FRANÇAISE, la guerre, le putsch des généraux, De Gaulle, l'indépendance : la grande histoire a oublié Robert Palmade. Mais lui se souvient parfaitement, depuis son petit appartement d'Argenteuil où il réside aujourd'hui, comment la France l'a laissé sur le bord de la route, il y a 46 ans. Aujourd'hui, il lui demande réparation. Abandonné à sa naissance, à l'hôpital d'Aumale (rebaptisé depuis El Ghozlan), à 120 km au sud d'Alger, il est passé de pouponnières en foyers et en familles d'accueil. Arrivé à Paris il y a seulement 22 ans, sans diplôme ni formation, il a aujourd'hui le sentiment que sa vie a été gâchée par la France. « Je voulais devenir quelqu'un. Je n'ai rien. » Robert Palmade arbore toujours un sourire franc qui ne cache pas toujours la profonde amertume qu'il ressent. « C'est une énorme injustice. Il y a un préjudice. La France, cela fait longtemps qu'elle m'a abandonné. J'attends une indemnisation. » Le cas de Mohamed Garne, 41 ans, né d'un viol collectif en Algérie, et qui réclame aujourd'hui réparation à l'Etat français, l'a incité à reprendre sa démarche. « Je serais peut-être devenu quelqu'un en France » confie-t-il, expliquant gagner aujourd'hui 6 300 F par mois (960,43 ?), après sept années comme cariste et des débuts « dans des sociétés minables ».
    « On ne peut rien faire pour vous »
    Il a écrit de multiples lettres au président de la République, au Premier ministre, à différents ministres et aux présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, aux maires, aux députés Il a obtenu de multiples réponses, se résumant toutes à « on ne peut rien faire pour vous ». L'histoire de Robert Palmade commence par un papier jauni, conservé précieusement dans une chemise. Il est daté du 24 juillet 1955, 13 heures. Une mère anonyme a signé ce court texte : « Je viens de donner naissance à un enfant et en raison des graves conséquences qui pourraient en résulter, il m'est impossible de l'élever. Je déclare en faire volontairement abandon à l'Assistance publique. » Au bas de la page, on lit difficilement un prénom et un nom ­ Robert Palmade ­ et la signature du directeur de l'hôpital. La suite est un enchaînement qui éloigne peu à peu le petit Robert de la France. La pouponnière d'Alger tout d'abord, puis plusieurs familles qui ne l'accueillent jamais durant plus d'un an et demi. « Je me souviens d'une mère adoptive qui m'avait brûlé à l'aine avec une cuillère chauffée sur le feu parce que j'avais fait pipi au lit. » Puis vint la dernière famille. « J'ai quitté l'école à 14 ans. La directrice avait tenté de s'y opposer mais mon père avait besoin de moi pour travailler la terre. Nous vivions très pauvrement, éloignés de tout. J'écoutais Led Zeppelin l'oreille collée à une petite radio. » Il y a aussi cette identité malmenée par un changement de nom décidé par les autorités. Plusieurs années durant, il a oscillé entre Robert Palmade et Abdelkader Acheli. Comme pour accentuer encore davantage ce sentiment « d'être rejeté des deux côtés ». A 24 ans, après maintes démarches auprès du consulat de France pour s'assurer de sa nationalité française, il a débarqué en région parisienne. « Je ne pouvais plus vivre là-bas. J'étais quelqu'un qui n'existait pas. Je suis arrivé en France, un pays inconnu, en 1979. Et aujourd'hui, l'affection me manque toujours. »

    http://www.leparisien.fr/val-d-oise/robert-l-enfant-d-algerie-oublie-par-la-france-30-01-2002-2002777011.php 

     

    1 commentaire
  • Malgré son passé judiciaire, Alain Juppé, condamné pour prise illégale d'intérêts en 2004, rejoint le Conseil constitutionnel. «On ne donne pas le bon exemple», dénonce Jean-Christophe Picard de l'association anti-fraude Anticor.

    Alain Juppé est appelé par le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand pour remplir une noble tâche : siéger au Conseil constitutionnel et vérifier la conformité des lois. Une nouvelle qui passerait presque inaperçue si on omettait de la mettre en perspective avec les démêlés du maire de Bordeaux avec la justice. Interrogé par RT France, le président de l'association anti-corruption Anticor Jean-Christophe Picard réagit : «La République pourrait au moins choisir d'autres personnes que ces élus, on pioche dans ces gens qui ont abusé de leurs fonctions».

    «Ce n'est pas un petit dossier qui l'a fait condamner, c'est un énorme problème, celui des emplois fictifs», poursuit Jean-Christophe Picard. «Pourquoi la France continue-t-elle à mettre à ces postes des personnalités qui ne sont pas irréprochables ? On pourrait nommer Eric Halphen (juge anti-corruption) ou René Dosière (ancien député PS), des hommes qui ont fait preuve de courage, qui ont un passé irréprochable ! Ça ne donne pas le bon exemple, cela veut dire qu'en tant que politiques, quoi que vous fassiez, vous pourrez obtenir des postes prestigieux. Il n'y a jamais de sanction, on ne prend jamais en compte les fautes passées, ce n'est pas très dissuasif. Au pire, les contrevenants sont condamnés à de la prison avec sursis. Il n'y a aucune conséquence», blâme-t-il.

    Il convient d'ajouter aux péripéties judiciaires d'Alain Juppé la mise en évidence de travaux effectués au bénéfice de son fils et de lui-même, dans leurs appartements parisiens respectifs, loués à bas prix. Ils furent exécutés avec des fonds publics, à hauteur de 1 381 000 millions des francs de l’époque (l'équivalent de 271 439,77 euros) sans que le justice ne décide de le poursuivre.

    Dans certains pays occidentaux, les juges sont moins cléments, et l'opinion publique fait souvent tomber des têtes. «Aux Etats-Unis, un homme qui trompe sa femme est rayé de la vie politique. C'est même parfois excessif ! En Scandinavie, un élu qui achète une barre de chocolat avec la carte bleue du ministère est obligé de démissionner... Mais en France, quel que soit le passé judiciaire, ils reviennent», fustige Jean-Christophe Picard.

    Et lorsque leurs méfaits sont découverts, les parquets peuvent aussi exprimer leurs réticences à poursuivre ces élus peu scrupuleux. «Anticor a obtenu la mise en examen de François Grosdidier contre l'avis du parquet», note l'associatif. Le sénateur LR de Moselle a en effet annoncé le 13 février avoir été mis en examen pour «prise illégale d’intérêts» et «détournements de fonds publics» pour une affaire datant de 2013. «Il y a parfois une certaine mansuétude, et le fait qu’Anticor insiste dans certains dossiers permet de passer outre cette tolérance», explique-t-il. C'est d'ailleurs grâce à leur persistance qu'une enquête visant Richard Ferrand a été ouverte.

    Et lorsqu'une enquête visant ces justiciables est effectivement ouverte, la durée de l’instruction dépasse parfois l'entendement. «L'affaire des sondages de l'Elysée, dans laquelle Nicolas Sarkozy est impliqué, date de 2010 et il n'y a toujours pas de date de procès en 2019. L'ancien maire de Paris Jacques Tibéri a été condamné au bout de 18 ans, alors que l'affaire était simplissime. Les condamnations tombent toujours avec sursis, et les pauvres hommes politiques deviennent grabataires à ce moment-là, ils ne feront pas une minute de prison. Voire ils n’assistent pas à leur procès, comme Jacques Chirac, qui s'est pourtant rendu à Saint-Tropez l’année suivante», explique le président d'Anticor.

    https://francais.rt.com/france/59078-alain-juppe-conseil-constitutionnel-republique-exemplaire-en-marche

    La république exemplaire en marche


    1 commentaire
  • Bonne fête les z'amoureux

       

    Célébrons également l’amour avec nos amis chinois puisque depuis le 5 février, nous sommes rentrés dans l’année du cochon, qui est, convenons-en, tout un symbole en la matière. En ces temps troublés (et même s’ils ne l’étaient pas), quel meilleur refuge que l’amour pour se protéger des problèmes et des cons en général ? J’ai voulu remonter aux origines de Valentin mais je n’ai pas appris beaucoup de choses. Simplement qu’un certain Valentin de Terni est à l’origine
    de cette fête et que c’est grâce au pape Alexandre VI qu’il devient le patron des amoureux en 1496. Mais c’est assez récemment que ce jour est devenu un événement planétaire. J’ai retenu qu’au Japon les femmes offrent des chocolats aux hommes. Finalement, ce pays est assez civilisé ! Vous me direz, chez nous, ceux qui sont amoureux ont encore 364 jours pour se démarquer et montrer leur originalité. Et n’oublions pas, pour ceux qui ont le sens pratique, que le lendemain de la Saint-Valentin, le 15 février, c’est la Saint-Claude, un jour rempli de traditions qui perdurent pour un plaisir partagé et qui parlent à tous, même sans visiter le Jura.
    L’amour, le rempart contre l’injustice au travail, le manque de reconnaissance de la société, les revendications qui n’aboutissent pas, l’amour la raison de vivre et le seul moteur pour avancer. Il faut ouvrir les yeux et se rendre compte de cette réalité même si les frustrés ont passé leur temps à dire que l’amour rend aveugle. La Saint-Valentin doit permettre de voir ses manques personnels pour mettre des étoiles dans les regards éteints; et un regard qui brille, c’est toute l’année qu’on le remarque. Alors, vive la saint-Valentin fêtée en toutes saisons, avec gourmandise. Ce qui n’empêche pas de se poser la même question que le faisait le célèbre philosophe chinois Qi Shi Tsu : « L ‘amour a-t-il plus de formes que de positions ? »
     

     


    1 commentaire
  • POLITIQUE - Qu'est-il advenu du slogan "et de droite, et de gauche"? Alors que les dernières figures de la sociale-écologie, Nicolas Hulot suivi de son bras droit Matthieu Orphelin, abandonnent le navire LREM, le capitaine Emmanuel Macron garde son cap à droite toute dans la tempête des gilets jaunes.

    Le refus de revenir sur la suppression de l'ISF, associé à un débat polarisé entre maintien de l'ordre républicain et violences policières, fait apparaître un président de la République plus droit dans ses bottes que jamais. Et cela se ressent sur son image.

    Après la dégringolade de l'automne, puis l'embellie de janvier à la faveur du retour de la trêve de Noël, la popularité d'Emmanuel Macron stagne en février à un score modeste de 21% d'opinions favorables dans le baromètre mensuel YouGov réalisé pour Le HuffPost et CNews.

    Popularité du président

     

    Une convalescence qui dissimule un équilibre précaire entre un électorat de droite séduit par la fermeté du président et un électorat de gauche qui décroche. Désormais, "le chef de l'État affiche deux visages bien distincts", relève l'institut YouGov. Quand il perd 1 point auprès des sympathisants de gauche (18% d'opinions favorables) et de ceux d'extrême gauche (4% d'opinions favorables), Emmanuel Macron en grignote un autre auprès des sympathisants centristes (74% d'opinions favorables), 3 points auprès des sympathisants de droite (27%) et 5 chez les électeurs d'extrême droite (11%).

    Une confirmation d'une tendance entamée en tout début d'année. En janvier, la cote d'Emmanuel Macron avait en effet repris de l'aplomb en raison d'un retour en grâce de 14 points dans l'électorat de droite, malgré un léger repli à gauche.

    Cette dichotomie s'observe dans des proportions quasi-identiques chez le premier ministre dont la popularité se maintient elle aussi à 22% en février. En baisse à gauche, Édouard Philippe compense à droite où il rebondit de 2 points dans l'électorat centriste (73% d'opinions favorables) et même de 4 à l'extrême droite (15%).

    Cette convalescence contrastée témoigne des doutes qui agitent la majorité LREM, elle-même tiraillée entre une aile gauche, désireuse d'un virage social à la faveur de la crise des gilets jaunes, et une aile droite qui se cramponne aux promesses de réformes libérales du début du quinquennat.

    En attendant, l'image du couple exécutif pâtit aussi des craintes que suscitent encore le grand débat national et les conclusions qui en émergeront. 58% des Français doutent que les propositions qui émaneront des débats infléchiront la politique du gouvernement et 54% qu'elles seront restituées en toute transparence et impartialité. Signe d'une volonté de l'opinion publique d'avoir le dernier mot, plus des deux tiers des personnes interrogées (71%) souhaitent que les décisions prises suite au grand débat soient soumises à référendum.

    Autre motif d'inquiétude pour l'exécutif, le soutien apporté au mouvement des gilets jaunes augmente de nouveau ce mois-ci (64%, +2 points) alors que les dernières tendances le montraient en perte de vitesse.

    https://www.huffingtonpost.fr/2019/02/06/la-popularite-demmanuel-macron-penche-toujours-plus-a-droite-sondage-exclusif_a_23663407/


    1 commentaire
  •  Tout le monde vous déteste! C'est en ces termes choisis qu'une meute hurlante a voulu pénétrer dans le musée de l'armée.


    1 commentaire
  • Problème de souveraineté

      

    Berlin bloque les licences d'exportation de matériels allemands intégrés sur le missile air-air longue portée Meteor, vers l'Arabie Saoudite. Les Allemands fabriquent notamment le système de propulsion et les charges militaires.

        La France n’est plus libre d’exporter ses armements où elle le souhaite.

    Bien entendu, lorsque l’on exporte des armes, ce n’est pas franchement moralement l’idéal, car nos armes ne font pas que rester sur des râteliers.

     Souvent, elles servent à tuer, comme c’est le cas actuellement au Yémen où une guerre civile fait rage, où l’Arabie saoudite est directement impliquée, et où cet allié de la France utilise sans restriction notre matériel militaire et en particulier nos munitions de toutes sortes pour tirer sur tout ce qui bouge, hommes, femmes et enfants inclus.

    Comme nous devons vraiment être des abrutis complets, Macron, notre président, a même dit, lors de son dernier voyage en Égypte à propos de nos ventes d’armes à l’Égypte que, et je cite, « Les armes françaises vendues à l’Égypte doivent être utilisées uniquement à des fins militaires » !!

    Relisez la phrase… « Les armes françaises vendues à l’Égypte doivent être utilisées uniquement à des fins militaires », et les journalistes, d’acquiescer comme des benêts imbéciles devant autant intelligence et de subtilité jupitérienne.

     Nous vendons des armes utilisées uniquement à des fins militaires…

     C’est sans doute beaucoup plus moral que des armes vendues à des fins non militaires…

     La différence c’est que dans un cas, on tue des hommes, des femmes et des enfants, dans l’autre cas, avec des armes à des fins militaires, eh bien on tue aussi des hommes, des femmes et des enfants !

     Alors forcément, voir des exportations d’armes bloquées, cela ne me fait pas non plus pleurer, surtout vers l’Arabie saoudite, mais vous voyez bien là les problèmes de souveraineté et d’indépendance qui se posent à nous.

     Charles SANNAT

     
    http://by-jipp.blogspot.com/2019/02/probleme-de-souverainete-lallemagne.html#more
     
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/l-allemagne-bloque-l-exportation-du-missile-meteor-de-mbda-vers-l-arabie-saoudite-806211.html
     
     

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires