• A peine nommé, déjà ses casseroles

    Ce 24 novembre, Olivier Dussopt a été nommé au poste de secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique. Une promotion pour ce socialiste devenu macron-compatible. Sauf que ses votes à l'Assemblée trahissent des convictions... pas très claires.

    Olivier Dussopt a été nommé secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique ce 23 novembre. Jusque-là socialiste (exclu pour être entré au gouvernement), il appartenait au groupe de la Nouvelle gauche à l'Assemblée nationale, considéré comme faisant partie de l'opposition à la politique d'Emmanuel Macron.

    Un paradoxe ? Pas tant que cela si l'on regarde de plus près les différents votes d'Olivier Dussopt à l'Assemblée nationale : on serait même tenté de se demander ce qui a pu pousser Emmanuel Macron à l'inclure dans sa nouvelle équipe gouvernementale, tant les positionnements de ce nouveau secrétaire d'Etat semblent refléter son ancrage dans l'opposition.

    En effet, le 4 juillet déjà, soit moins de trois semaines après sa victoire aux législatives (contre une député de La République en marche d'ailleurs), il s'abstient sur le vote de confiance sur la déclaration de politique générale du gouvernement d'Edouard Philippe (son actuel Premier ministre). Ce vote fait généralement office de marqueur distinguant l'opposition de la majorité : en ne soutenant pas le président, Olivier Dussopt semble donc se positionner.

    Le 1er août, il vote contre les ordonnances engageant la réforme du droit du travail. Il s'agissait pourtant d'une promesse centrale du programme d'Emmanuel Macron. En votant contre, Olivier Dussopt semble une fois de plus s'inscrire dans l'opposition à la politique gouvernementale.

    Puis, le député de l'Ardèche enchaîne les votes d'opposition. Il vote contre la première partie du projet de loi de finances 2018 le 24 octobre, puis définitivement contre le 21 novembre (soit trois jours avant sa nomination) sur l'ensemble du projet. Entre-temps, Olivier Dussopt a bien sûr voté contre l'ensemble du projet de loi de financement de la sécurité sociale.

    Les archives recèlent également des éléments embarrassants pour le nouveau secrétaire d'Etat. En 2014, alors qu'Emmanuel Macron était seulement ministre de l'Economie, le député interpelle le jeune ministre dans les couloirs de l'Assemblée nationale à propos de sa sortie polémique sur les ouvrières «illettrées» de l'entreprise Gad. Selon Le Canard enchaîné, qui rapporte des propos confirmés par Olivier Dussopt lui-même, l'élu lui a notamment reproché d'avoir eu «un comportement de "connard" et d'avoir fait preuve de "mépris"».

    Auparavant aubryste, puis vallsiste, Olivier Dussopt aura eu une trajectoire politique marquée par des changements de conviction considérables. Ce parcours flirtant avec l'opportunisme n'est pas sans rappeler celui de Jean-Vincent Placé, ancien secrétaire d'Etat ayant occupé des fonctions similaires à celle que s'apprête à endosser Olivier Dussopt après avoir viré de bord à plusieurs reprises, dans l'espoir affiché d'obtenir un poste gouvernemental.

    https://francais.rt.com/france/45938-a-peine-nomme-olivier-dussopt-a-deja-ses-casseroles

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Décembre 2017 à 18:54

    ... donc, tous les même...!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :