• Des moutons qui pètent moins

    Des chercheurs scientifiques ont mis au point une génération de moutons plus propres et moins nocifs pour l'environnement.

    Selon le quotidien Ouest France, des chercheurs néo-zélandais ont mis au point une génération de moutons qui émettent moins de méthane que leurs congénères. Une avancée accueillie comme une bonne nouvelle dans ce pays qui compte 7 fois plus de moutons que d'humains !

     

    En effet, les pets et rots des quelques 30 millions de ces bêtes qui peuplent le pays produisent dans l'atmosphère un gaz à effet de serre qui contribue au réchauffement climatique.

    En s'appuyant sur la sélection génétique des animaux, les chercheurs ont ainsi mis au point une méthode permettant de réduire de 10 % la quantité de méthane émise par les pets et les rots des ovins.

    Des moutons moins nocifs pour l'environnement

    Pour ce faire, ils ont isolé les animaux identifiés comme rejetant le moins de méthane, les ont réunis et amené à se reproduire entre eux. Avec, à la clé, une génération de moutons moins nocive pour l'environnement.

    Si le procédé utilisé porte ses fruits, c'est parce que la spécificité des animaux émettant moins de gaz à effet de serre que les autres est une caractéristique déterminée à 20 % par la génétique, selon les scientifiques.

    Cette méthode par ailleurs fréquemment utilisée par les éleveurs pour favoriser d'autres profils a permis aux chercheurs d'arriver à la troisième génération de moutons sélectionnés génétiquement.

    Outre leur rejet de méthane limité, les animaux concernés présentent en moyenne un poids inférieur à leurs congénères tout en produisant une plus grande quantité de laine, précise Suzanne Rowe, principale responsable de l'étude, citée par Ouest France.

    http://www.midilibre.fr/2018/06/14/en-nouvelles-zelande-des-moutons-qui-rotent-et-petent-moins,1686701.php

     


  • Commentaires

    1
    Chantal-Jeanne
    Dimanche 17 Juin à 17:37

    Hé ben si péter et roter réchauffe, ils pourraient utiliser cette énergie pour le chauffage collectif. Il suffit de collecter tout ça dans les maisons de retraites (entre autres) car les vieux, ça se lache ! En revanche ceux qui pratiquent moins ne peuvent plus se reproduire. Il n'y a qu'à leur faire manger des pois chiches ! Ils pourront ainsi déjeuner en "pêts" !!! Hihihi !!!

    2
    Mardi 19 Juin à 17:34

    soit patiente ton tour viendra (lol).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :