• Et s'ils payaient leurs séjours?

    Pensez-vous qu’il soit normal que la communauté nationale prenne en charge le coût du séjour en prison des détenus ? En cette période de restrictions budgétaires où chacun est invité à se serrer la ceinture, il est temps de demander aux personnes incarcérées de prendre en charge tout ou partie de leurs frais de détention.

    L’idée n’a rien d’incongru ni de scandaleux. Elle serait même plutôt dans l’air du temps. Puisque le gouvernement cherche de l’argent partout, opérant des coupes sombres dans les budgets des ministères, à commencer par celui des armées, qu’il remet en cause les indécents avantages et privilèges de nos chers députés, qu’il va jusqu’à amputer scandaleusement de 5 euros le montant de l’APL, et qu’il s’apprête à rogner le pouvoir d’achat des retraités avec la hausse de la CSG, il serait inconcevable qu’il laisse le coût financier de la population carcérale entièrement à la charge du contribuable.

    Aux Pays-Bas, depuis mai 2015, les détenus doivent payer leur séjour en prison. L’administration leur réclame une participation forfaitaire de 16 euros par jour d’incarcération. La somme est plafonnée à deux ans maximum, soit un total de 11680 euros que les prisonniers, ou leur famille s’ils sont mineurs, doivent régler dans un délai maximum de six semaines. Une contribution destinée à payer une partie des frais de justice et d’incarcération, mais également les dépenses liées à l’investigation des crimes qu’ils ont commis, jusqu’au dédommagement de leurs victimes. Une mesure qui rapporte chaque année 65 millions d’euros au budget du ministère Néerlandais de la justice.

    Qu’attend-on pour faire la même chose en France ? Une proposition de loi en ce sens avait bien été déposée en juin 2015 par Eric Ciotti et soutenue par plusieurs députés de l’UMP. Elle s’appuyait sur le rapport du sénateur Jean-René Lecerf pour le budget 2015 de l’administration pénitentiaire qui estimait le coût journalier moyen d’un prisonnier en France à 106 euros (chiffre 2013) soit 36500 euros par an. «Il n’est pas approprié que les détenus qui ont des moyens financiers soient intégralement entretenus par la société » soulignaient les députés proposant que « le montant de la participation (soit) proportionnel à leurs ressources et à leur patrimoine ».

    Le moment est venu de la relancer. Avec une population carcérale en constante augmentation qui atteint désormais 70 000 détenus, le gouvernement doit de toute urgence se pencher sur cette question de la participation financière des prisonniers à leurs frais de détention. Outre le fait que ce serait faire œuvre de justice et d’équité vis-à-vis des honnêtes gens qui, même en situation de précarité, doivent payer leur loyer, leur nourriture et les consultations chez le médecin, la menace de sanctions pécuniaires aurait, on peut l’espérer, un effet dissuasif sur les mineurs délinquants, car ce sont les parents qui devraient s’acquitter de leurs frais de séjour en prison s’ils venaient à être écroués.

    Cette contribution financière demandée aux détenus aurait aussi, sans doute, une répercussion sur la population carcérale. En France, on sait que les prisons sont surpeuplées. Le problème ne date pas d’hier. En 2006 il y avait 50 207 places de prison pour 60771 écroués.

    Construire toujours plus de prisons n’est pas une solution. Dans un entretien au Figaro du 17 février dernier, le candidat Macron affirmait vouloir construire 15 000 places supplémentaires pendant son quinquennat. Un coût de plus de trois milliards d’euros qui viendrait alourdir la dette de plus de six milliards contractée ces dernières années pour construire de nouvelles maisons d’arrêt.

    signé: Alain Marsauguy


  • Commentaires

    1
    Samedi 5 Août à 19:48

    malgré tout beaucoup sont insolvables... happy !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :