• Mieux vaut prévenir que guérir

    On pensait l’abri inutile depuis la fin de la guerre froide. Il pourrait pourtant séduire beaucoup de Français angoissés par le nucléaire civil et par l' escalade RPDC/USA.

    Abri anti atomique

     

    En France, pays du nucléaire civil, 58 réacteurs sont en service, répartis dans 19 centrales. La plupart date des années 1980, soit quarante années de fonctionnement. En théorie, ils approchent donc de leur fin de vie, et l’on dénombrerait seulement 600 abris militaires et 300 à 400 équivalents privés. Soit environ 1.000 abris pour 66,6 millions d’habitants. Le "taux de protection nucléaire" de la population serait ainsi proche de 0 %...

    Ce taux est de 40 % en Norvège et en Allemagne, de 50% aux Etats-Unis, de 70 % en Chine, en Suède et en Russie. Il avoisinerait les 100 % en Israël et, en Suisse, il est de 104 % ! Il faut dire que notre voisin a imposé leur construction par la loi, en 1963. Bien que cette installation ne soit plus obligatoire de nos jours, s’en dispenser implique le versement d’une taxe. De plus, sa fabrication reste soutenue par une aide gouvernementale… Pas étonnant dès lors que nos voisins helvètes soient les mieux couverts au monde en cas de guerre ou de catastrophe : la Confédération compterait entre 300.000 et 400.000 bunkers privés et publics capables d’accueillir plus de 8,6 millions d’individus.

    Pour vous équiper de votre propre abri, chaque société propose son système. Ainsi Home Protection commercialise des conteneurs maritimes de différentes tailles transformés en abris. Renforcés et étanchéifiés en atelier, ils sont transportés tout équipés chez les particuliers, où ils sont enfouis. Détail important : "Ils sont tous équipés d’un filtre nucléaire, bactériologique et chimique (NBC), du matériel que seuls des professionnels agréés peuvent poser", dit Patrick Courdier.

    Avantage de cette solution : aucune déclaration préalable ni permis de construire ne sont nécessaires pour l’installer. Evidemment, du côté d’Amesis, on juge les conteneurs "peu fiables", le constructeur préférant mettre en avant ses abris "en dur". Des refuges aux murs de 25 cm d’épaisseur en béton prise mer, directement bâtis chez l’habitant. Seuls points communs : ces abris doivent être entretenus très régulièrement pour fonctionner parfaitement le jour J… si besoin.

    Pour un 10 m 2 avec 6 lits et équipé (filtre à air, nourriture lyophilisée d’une durée de vie d’un quart de siècle…), comptez 55 000 € chez Amesis. "C’est un investissement à long terme, assure Enzo Petrone. Pour le prix d’un parking, vous avez une pièce à vivre en plus, qui peut servir de salle de loisirs ou de cave…"

    Dans son jardin


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :