• Ne pas confondre

    Les Kabyles de France: Non à l’arabe pour nos enfants

    Par Ravah Amokrane  09/17/2018

     

    FRANCE (Tamurt) – Pour les Kabyles installés en France, « il est hors question que nos enfants apprennent l’arabe à l’école », comme le propose le Gouvernement. « On a laissé tout derrière nous en Kabylie, nos parents, nos biens, nos terres et nous sommes venus en France afin d’épargner à nos enfants ce qu’ils ont subi en Algérie. 

    Et voilà qu’on nous parle de l’enseignement de la langue arabe dans les écoles françaises! Jamais mes enfants n’apprendront un mot en langue arabe! Si cette proposition sera appliquée, nous allons quitter ce pays pour aller au Canada ou en Belgique; On n’a pas fuit l’arabe pour la retrouver en France quand même! Ils sont devenus malades ces Français », fulmine une Kabyle installée à Paris.

    « Je suis prêt à vendre un organe de mon corps afin que je puisse financer les études de mes enfants dans des écoles privées si jamais on leur impose l’apprentissage de la langue arabe dans les écoles publiques », tranche Rachid, un Kabyle installée à Paris que nous avons rencontré à Alger. La nouvelle d’enseigner l’arabe en France a provoqué de vive indignations chez les Français et chez beaucoup d’autres communauté étrangères installées en France, y compris chez les vrais Arabes.

    Pour les faux Arabes, c’est-à-dire les arabophones algériens et marocains, ils sont les seuls à applaudir cette nouvelle.

    Ravah Amokrane

    Source : https://tamurt.info/fr/les-kabyles-de-france-non-a-larabe-pour-nos-enfants/#comments 


  • Commentaires

    1
    Mardi 9 Octobre à 17:29

    aïe !! pauvres kabyles...  apprentissage de l'arabe, pourquoi pas, y a plein de langues dans le monde... mais l'imposer, pas d'accord!! (remarque, on m'a bien imposé le latin... meilleure note, 9/20, une seule fois... sinon, c'était entre 0 et 6 !!!:

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :