• Ne pas juger sans savoir

    Depuis quelques jours il n’est question que de ces malheureux ROHINGYAS qui par dizaine de milliers se voient contraints de quitter « leur pays », la Birmanie, chassés par l’armée Myanmar Birman.
    C’est tout juste si on ne nous demande pas de les accueillir chez nous, en Europe, ces « pauvres musulmans » persécutés.
    Mais au fait, qui sont-ils très exactement ces Rohingyas ?
    Ce sont justement des « migrants » qui ont envahi la Birmanie au cours du 19e siècle parce qu’ils étaient chassés du Bengale par les Anglais, qui les considéraient comme une minorité religieuse « très dangereuse, prédatrice et parasitaire », en quelques mots des « criminal tribes » (Tribus criminelles).
    Depuis leur arrivée en Birmanie, il y a deux siècles, les Rohingyas vivent en communauté, refusent de s’intégrer, rejettent les traditions, la culture et le mode de vie birman, tout en revendiquant tous les avantages que leur accordait la citoyenneté birmane.
    Depuis le début de ce XXIe siècle et le développement mondial de l’islamisme, depuis le début de la guerre déclarée par l’État Islamique au reste du monde, les Rohingyas du sud de la Birmanie se révoltent : ils saccagent les élevages de porcs et les restaurants qui en servent, ils veulent imposer la charia et leurs mœurs dans cette Birmanie dont la majorité de la population est bouddhiste.
    Ce dernier mois de ramadan la violence, provoquée par le terrorisme islamiste, s’est accentuée : notamment une vingtaine de postes de police détruits par des djihadistes Rohingyas dans la région de Rakhine, et la décision a été prise par les autorités birmanes d’y mettre un terme et d’expulser cette minorité Rohingyas vers leur pays d’origine, le Bengladesh.
    Plus de deux cent mille clandestins Rohingyas ont déjà été expulsés.
    Bien entendu tous les pays musulmans du monde crient au génocide (et qui mieux qu’eux peuvent en parler puisqu’ils le pratiquent depuis des siècles et des siècles) contre cette campagne antiterroriste, et au premier rang les organisations islamistes internationales, suivis par certains autres pays qui se veulent démocratique, laïque, républicain, et soi-disant respectueux des droits de l’homme, comme par exemple la France et sa presse pro-musulmane, pro-chances pour la France !
    En revanche on se garde bien de vous informer sur la persécution permanente des chrétiens du Timor, en Indonésie, des coptes en Égypte, des Syriaques en Irak et des juifs, dans tous ces pays essentiellement musulmans.
    On passe sous silence les attentats répétés commis par une minorité musulmane islamiste, se revendiquant de l’État Islamique, dans ce pays, les Philippines, à majorité chrétienne !
    Nos médias critiquent ouvertement le silence de Aung San Suu Kyi, l’actuelle chef du gouvernement birman, qu’il y a peu de temps encore était encensée pour le Prix Nobel de la Paix qui lui était décerné.
    Même les bouddhistes, religion de paix et de sagesse s'il en est, se trouvent devant l'obligation de s'armer et de se défendre.
     
    Les pays qui, eux, sont parfaitement au courant de cette situation dramatique pour la Birmanie, comme l’Inde et la Chine, lui apportent un soutien inconditionnel.
    Gardons-nous de jeter la première pierre contre ces pays qui se défendent courageusement contre le terrorisme religieux islamique puisque nous sommes incapables d’y mettre un terme !
    Il est primordial que la population française soit informée sur ces évènements par d’autres médias que ceux « subventionnés » pour la désinformer quotidiennement.
     
     
     
     
     
     
     

  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Octobre à 19:42

    ... on ne nous dit que des choses bien orientées et orchestrées par certains !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :