• Après avoir nommé Nicolas Hulot, l'animateur vedette de l'émission «Ushuaïa», au poste de ministre de l'Ecologie, c'est au tour du non moins célèbre Stéphane Bern d'être chargé d'une mission de préservation du patrimoine par l'Elysée.

    Voici une nouvelle qui inquiète Twitter. Après avoir nommé l'ancien animateur de l'émission «Ushuaïa», Nicolas Hulot, au poste de ministre de l'Ecologie en mai dernier, Emmanuel Macron vient de confier à une autre star du PAF, Stéphane Bern, une mission bénévole pour identifier des monuments du patrimoine local en péril.

    Hanouna à la culture?

     «Je vais confier à Stéphane Bern une mission pour recenser notre patrimoine culturel qui n'est pas en état et réfléchir à des moyens innovants de financer ces restaurations, dans les mois et années qui viennent», a précisé le chef de l'Etat le 16 septembre à l’occasion de sa visite du château de Monte-Cristo, lors des Journées européennes du Patrimoine.

    A la question «Pourquoi Stéphane Bern ?», il a répondu : «Pourquoi pas ? Parce qu'il a cette passion, parce qu'il a montré dans ces dernières années son attachement au patrimoine culturel par ses émissions et donné goût à cela à nombre de nos concitoyens.»

    mmédiatement, de nombreux internautes ont vu dans cette nomination d'un animateur vedette «un nouveau coup de com'», soulignant que le chef de l'Etat aimait décidément s'entourer de personnages médiatiques. Manière peut-être aussi de donner un coup de boost à sa côte de popularité, en chute libre depuis plusieurs mois.

    Aussi, les twittos se sont amusés à imaginer que d'autres stars des plateaux de télévision seraient bientôt nommées à des postes importants par Emmanuel Macron. Cyril Hanouna à la Culture ? Ou encore Fred et Jamy (de l'émission «C'est pas sorcier» sur France 3) ? Michel Platini ou Pierre Ménès aux Sports ? Sur la toile, chacun y va de son hypothèse.


    votre commentaire
  • La chaîne CBS vient d’annoncer que les employés du consulat russe fermé de San Francisco auraient violé les normes d’«incinération des ordures». Les diplomates auraient-ils brûlé des documents secrets avant de partir? Décidément, rien n’arrête les amateurs de théories du complot… La Main du Kremlin a mené l’enquête!

    La fumée noire qui émanait le 1er septembre d'une cheminée du consulat russe à San Francisco, la veille de sa fermeture sur décision de Washington, préoccupe toujours les autorités américaines deux semaines après les faits.

    Le département de gestion de la qualité de l'air dans la région de la baie de San Francisco (Bay Area Air Quality Management District) a récemment adressé une note aux employés de la mission diplomatique russe suite à la violation présumée des normes d'«incinération des ordures», a annoncé la chaîne de télévision CBS. Les autorités locales reprochent aux diplomates d'avoir brûlé des «matériaux interdits ou des ordures».

    Le département d'État américain a annoncé le 31 août que la Russie devrait fermer avant le 2 septembre son consulat général à San Francisco et ses missions commerciales à Washington et New York. La fumée émanant d'une cheminée du consulat russe à la veille de sa fermeture a été l'objet de toutes les attentions. Les pompiers de la ville, qui sont intervenus à la suite d'appels alarmés, ont annoncé après vérification qu'il ne s'agissait pas d'un incendie.

    Les utilisateurs des réseaux sociaux avaient antérieurement supposé que les employés du consulat, qui n'avaient que quelques jours pour quitter la mission diplomatique, auraient détruit des documents secrets qui ne devaient pas tomber entre les mains des services secrets américains.
    Des agents du FBI ont perquisitionné le consulat le 2 septembre, considérant plus qu'il ne possédait plus l'immunité diplomatique. Comptaient-ils y découvrir des papiers capables de prouver l'ingérence présumée de Moscou dans la présidentielle américaine ou dans le piratage des systèmes du Comité national démocrate?
     
    Selon la représentante officielle du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, le personnel du consulat effectuait le 1er septembre des activités visant à préserver le bâtiment — débrancher les appareils, fermer les rideaux, se débarrasser des ordures, etc.

    Et voilà, le nouveau prétexte est tout trouvé! Les autorités accusent les Russes d'avoir maltraité leurs ordures!

    Si la fumée qui planait au-dessus de la mission diplomatique semblait somme toute inoffensive, on peut se demander si d'autres fumées, beaucoup plus planantes celles-là, n'ont pas altéré la faculté de jugement de certains observateurs sur place…

     

     

     


    votre commentaire
  • Le Venezuela envoie 10 tonnes d’aide humanitaire à Saint-Martin, malgré la position de Paris

     

    En dépit des propos de son homologue français, qui avait qualifié son gouvernement de dictature, le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé l'envoi d'aide humanitaire à l’île française dévastée par l’ouragan Irma.

    Le gouvernement du Venezuela a annoncé le 10 septembre qu'il ferait parvenir 10 tonnes d'aide humanitaire à l'île de Saint-Martin, ravagée par l'ouragan Irma. Des biens de première nécessité tel que de l’eau, de l'équipement de secours, des vêtements ou encore des matelas seront envoyés sur place.

    Le ministre des Relations intérieures, de la Justice et de la Paix Néstor Reverol a déclaré que ces aides seraient livrées par un avion des Forces armées nationales bolivariennes (FANB) selon le quotidien El Nacional.

    Face au désastre humanitaire à Saint-Martin, le ministre vénézuélien des Relations extérieures, Jorge Arreaza, s'est exprimé sur Twitter : «Le Venezuela et l'ALBA [Alliance bolivarienne des peuples de notre Amérique] seront toujours présents pour tendre leur main fraternelle face à toute difficulté. Nous sommes encore alertes dans les Caraïbes.»

    L'annonce de l'aide apportée à l'île française par le gouvernement vénézuélien survient alors que les relations sont au plus bas entre le pays d'Amérique latine, qui traverse une grave crise, et Paris.

    Le 29 août, dans un discours face aux ambassadeurs français, Emmanuel Macron avait notamment qualifié le Venezuela de «dictature qui tente de survivre au prix d'une détresse humanitaire sans précédent, alors même que les ressources de ce pays restent considérables».

    Réponse dès le lendemain du ministre Jorge Arreaza dans un communiqué : «Les propos du président de la République française démontrent une profonde méconnaissance de la réalité.»

    Le ministre vénézuélien avait alors appelé au «respect pour sa démocratie», estimant que l'intervention verbale du dirigeant français constituait une «ingérence» dans les affaires du Venezuela.

    Le ministre Néstor Reverol a souligné que l'initiative vénézuélienne faisait partie de la coopération internationale de l'ALBA, même si l'île de Saint-Martin n’en est pas membre.

    Initiée en 2004 par Fidel Castro et Hugo Chavez, l'ALBA est une organisation politique, culturelle, sociale et économique vouée au renforcement de la coopération économique et écologique entre certains pays d’Amérique latine et des Caraïbes, comme Cuba, la Bolivie, le Venezuela ou encore Sainte-Lucie. Une alliance par ailleurs chère à Jean-Luc Mélenchon, qui souhaitait y faire adhérer la Guyane et les Antilles françaises.

    https://francais.rt.com/international/43052-peu-rancunier-venezuela-humanitaire-saint-martin-ouragan-irma

    vidéo Saint-Marin:

    http://video.lefigaro.fr/figaro/video/irma-ce-qu-il-reste-de-saint-martin/5573580021001/


    1 commentaire

  • 1 commentaire
  • Le nucléaire est utilisé dans de nombreuses centrales, mais aussi pour fabriquer des armes. En cas d'accident ou d'attaque savez-vous vraiment où vous cacher ? Voici un petit top 10 des lieux où vous pourrez vous cacher si un nuage atomique venait à pointer le bout de son nez.

    10 LE FRIGO: Si vous êtes chez vous et que vous n'avez pas encore pu investir dans un abri antiatomique, il sera bien entendu trop tard. Du coup vous pouvez vous replier sur votre frigo. Votre conteneur à nourriture pourra vous protéger de la déflagration. Petit problème, il n'y a qu'une seule place et vous risquez vite de vous y sentir à l'étroit, surtout si vous devez y rester longtemps ! L'idée peut paraitre bête, mais deux scientifiques ont vraiment réfléchi à la question.

    9 LA BANQUE DE FRANCE: Un endroit blindé sera parfait pour vous protéger d'une explosion. La Banque de France dispose d'un énorme coffre fort en son sein, comme toutes les banques d'ailleurs. Vous pouvez éventuellement vous enfermer à l'intérieur, mais par contre il faudra trouver quelqu'un pour venir vous ouvrir... 

    8 Les égouts:    Sous la surface de la Terre, vous aurez plus de chance de vous en sortir. Les égouts ne sont pas l'endroit idéal pour votre odorat, mais au moins vous aurez de quoi manger avec les rats. Oui il faut choisir, des rats ou l'irradiation. Perso je pense que je vais choisir les petites boules de poils.                                     

     7 Le sous-marin le Redoutable: En cas de catastrophe nucléaire, l'un des meilleurs endroits pour ne pas se faire toucher est sous l'eau. Malheureusement la cité de l'Atlantide a disparu donc il faudra se tourner vers un moyen plus à notre portée. Pourquoi ne pas vous rendre à Cherbourg pour vous cacher dans le Redoutable ? Ce sous-marin français sera parfait pour se cacher du nuage.

    6 Les bunkers en Normandie: Les nazis les avaient fait construire afin de surveiller le littoral et se protéger des attaques aériennes de l'Alliance. On pourra les recycler pour se protéger du nuage nucléaire. Attention la vétusté et le manque d'entretien devrait vous réserver quelques surprises. Mais bon comme on est là pour survivre, on ne va pas se plaindre...

    5 L'Elysée: Le Président de la République dispose d'un abri de 250m2 situé sous le Palais de l'Élysée. Difficile d'accès me direz-vous, mais en cas d'attaque peut-être que le Président laisserait "le peuple" partager cet abri. Ce n'est pas très grand, mais il y a déjà de quoi faire.

    4 Les catacombes à Paris: Si le Président ne souhaite pas partager, vous pouvez toujours vous rabattre sur les catacombes. De nombreux morts seront déjà sur place, ce qui vous aidera à vous habituer pour quand vous devrez sortir. Rester sous terre devrait pouvoir vous sauver. Reste à savoir où se trouve l'entrée des catacombes...

    3 La maison de la radio à Paris: Lors de la construction des locaux de Radio France, on était en pleine Guerre Froide. L'architecture a donc été pensée pour construire 14 abris antiatomiques. Ces 14 abris sont toujours existants et ils sont accessibles par des galeries situées sous le bâtiment et sous les égouts.

    2 Les mines abandonnées: Les mines qui étaient utilisées dans le Nord de la France, en  Lorraine, en Languedoc, en Auvergne ,  pourront trouver une nouvelle utilité. Si certaines sont aujourd'hui condamnées, d'autres pourront vous permettre de survivre.

    1 Aller en Suisse: Pour les frontaliers, il existe une solution en franchissant la frontière vers la Suisse. Selon la loi fédérale de ce pays, il est obligatoire d'avoir un abri à proximité de son habitation. En 2006, la Suisse comptait environ 300 000 abris, soit 8,6 millions de places pour une population de 7,5 millions d'habitants. Étrange tout de même pour un pays neutre...

    Bonus:

    Le Cantal: Vous pouvez aller tranquillement dans le Cantal. Le nombre d'habitants au mètre carré est tellement faible que personne ne voudra lancer une bombe nucléaire à cet endroit...

    Attaque nucléaire, où se cacher?

     

    Attaque nucléaire, où se cacher?

     http://hitek.fr/actualite/ou-se-cacher-france-attaque-nucleaire_7332

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Absolument étonnant  ..  Longtemps avant Jésus Christ, en Grèce, ils utilisaient une technologie astrale complexe, de type horlogère, insoupçonnée jusqu'à la découverte de cet instrument extraordinaire de complexité.


    1 commentaire
  • M'Jid El Guerrab, candidat sur la 9ème circonscription des Français de l'étranger (Afrique du Nord, Afrique de l'Ouest) se présente comme un des initiateurs du Mouvement En Marche sur la zone, il était pourtant, il y a à peine 6 mois engagé sur la Primaire socialiste de désignation d'un candidat. En marche vers l'opportunisme ordinaire ? Emmanuel Macron a fait du renouvellement de la vie politique, et de ses pratiques, l'étendard de sa campagne présidentielle victorieuse.

     Je ne partage pas son projet présidentiel. Mais je salue cette volonté affichée de plus de transparence et d'éthique comportementale. Qui n'y souscrirait d’ailleurs ? Des intentions aux actes, il y a parfois un long chemin à parcourir. Une « longue marche »…

    Dirigeant de la Fédération des Français de l'étranger du PS, j'ai regardé de près le profil des candidats investis par En Marche, ou se revendiquant de la Majorité présidentielle, pour les législatives qui se profilent dans quelques jours à l’étranger.  J'espérais découvrir, parmi ces candidats, non des parangons de vertu, mais des personnes ayant prouvé, par leurs parcours et leurs actes, leur attachement à ce souci d'exemplarité politique souhaité par le nouveau président. Aucun sectarisme : Nul doute que certains de ces candidats rentrent dans le cadre du « renouvellement » souhaité. 

    Une candidature, celle de M'Jid El Guerrab, qui se revendique de la majorité présidentielle sur la 9ème circonscription (Français d'Afrique du nord et d'Afrique de l'Ouest), a retenu "toute mon attention", selon l'expression consacrée. Car elle relève d’un « opportunisme ordinaire », bien trop commun dans l’univers politique, et qui participe hélas de sa relative dépréciation :  M'Jid El Guerrab a "joué" sur  deux tableaux jusqu'au mois de Novembre 2016 : Se « parachutant » dans la Fédération des Français de l’étranger du PS à la fin de l’été 2016 alors qu’il est un militant d’une Fédération socialiste parisienne. Il espérait poser en « successeur » de Pouria Amirshahi, le député sortant qui avait décidé de ne pas se représenter. (Pour tous les éléments factuels, se référer à l’annexe sous l’article)

    Se faisant nommer auprès de Jean-Christophe Cambadélis comme chargé de mission en Octobre 2016, pour tenter « par de la diplomatie de coulisse » de se faire investir candidat du Parti socialiste.  Renonçant au dernier moment au vote devant les militants de la primaire de désignation PS organisée en novembre 2016, voyant qu’il n’allait pas l’emporter, après avoir tenté pendant près de deux mois de « délégitimer » le processus des primaires.

    Cherchant refuge,  dans "l'aventure En Marche" dont il fait mine d'être un des fondateurs en Afrique du Nord alors qu’il n’en est qu’une recrue tardive, ayant rejoint publiquement le Mouvement fin décembre 2016.

    Manoeuvrant, enfin, pour que Leila Aichi soit désinvestie par En Marche, en faisant jouer ses réseaux au Maroc, notamment dans la presse locale, pour entretenir la polémique sur les déclarations problématiques de la sénatrice à propos du  Sahara occidental.

     Il est donc triste de constater qu'en matière de "renouvellement" des mœurs politiques, on peut largement faire mieux. 

     Il ne m’appartient pas de juger cette personne que je connais depuis 2013 et avec qui j’ai jusque là toujours entretenu des relations cordiales.  Est il la seule personne à utiliser ce genre de procédés douteux ? Nullement. Hélas. 

     Manœuvres ordinaires, ambiguïté des positionnements, duplicité politique, « rideau de fumée » entretenu dans les « récits politiques personnels », approximations sur le fond des dossiers, absence caractérisée de sens éthique, c’est toutes ces « vieilles recettes » de la « cuisine politique » qu’il faut ranger au placard si l’on veut, enfin, réellement, « renouveler » la vie politique.

     Je souhaite avoir une pensée sincère pour tous les "marcheurs" de la première heure qui, en Afrique du nord et de l'Ouest, doivent largement se sentir floués par cette candidature qui, hélas, prend le risque, avec son maintien, de déconsidérer le mouvement de la République En Marche sur la 9ème circonscription. 

     Je ne confonds pas le comportement opportuniste d’un seul avec la conviction sincère de beaucoup d’autres. 

    Après la polémique ayant touché Leila Aïchi et ayant provoqué son apparente désinvestiture, alors qu'elle poursuit pourtant sa campagne, gageons que les progressistes d'En Marche, et toutes les personnes de "bonne volonté » sauront choisir  une candidature plus à même de porter ce renouveau que nous souhaitons tous, pour notre République et pour notre Démocratie. 

    Pour ma part, et avec conviction, je soutiens le candidat désigné par les militants socialistes à la primaire pour les représenter : Didier Le Bret. Un homme sérieux et compétent. Digne et droit.

    Boris Faure

    1er secrétaire fédéral FFE PS

     https://blogs.mediapart.fr/boris-faure/blog/250517/mjid-el-guerrab-portrait-dun-opportuniste-ordinaire

    https://fr.wikipedia.org/wiki/M%27jid_El_Guerrab

    Pour que l'info soit complète, Boris Faure auteur de ce billet sur Médiapart (25 mai 2017), est est la victime de El Guerrab.

    M'jid El Guerrab

     


    3 commentaires
  • Pas rebuté par les sanctions européennes contre la Russie, le géant français de l'agroalimentaire va expédier plusieurs milliers de vaches en Sibérie. Avec cette production locale, le groupe tente de résister à l’inflation du prix du lait en Russie.

    Alors que Danone n’investit généralement pas dans l’agriculture, le leader mondial de l'agroalimentaire a fait une exception pour la Russie. Ainsi, selon une information publiée par Bloomberg, Danone a commencé l’acheminement de 5 000 vaches à destination de sa ferme de 60 hectares exploitée avec le producteur russe Damate, à Tioumen, en Sibérie occidentale, à près de 2 000 km de Moscou. Les bovidés, tous de race Holstein, devront en parcourir jusqu’à 4 500 depuis les Pays-Bas et l’Allemagne.

    Le groupe souhaite ainsi faire face, pour sa production locale de produits laitiers, à l’inflation du prix du lait en Russie. «Les prix du lait ont augmenté régulièrement […] Cela met sous pression des produits comme le yaourt» fait remarquer Charlie Cappetti, directeur de la zone Russie chez Danone cité par Bloomberg.

    Avec une hausse de 14% en 2016, les prix du lait ont poursuivi en Russie leur augmentation causée en grande partie par l’embargo sur les produits agroalimentaires européens (dont le lait) décrété en 2014 en réponse aux sanctions européennes contre la Russie.  

    Alors que Danone connait en Russie une des plus fortes croissances de ses ventes, notamment de yaourts, pour ses marques internationales ou locales, comme le leader Prostokvaсhino, le groupe doit faire face au faible volume de la production laitière russe, assurée essentiellement par des exploitations de petite taille.  

    «Le volume de la production russe de lait cru représente près de 30 millions de tonnes. 40% sont produits dans des exploitations individuelles pour une consommation personnelle. Concrètement, sur 30 millions de tonnes de lait brut, un peu plus de 17 millions sont transformées, ce qui est loin d’être suffisant pour approvisionner le marché en produits laitiers», confiait cette année auCourrier de Russie Lioudmila Manitskaïa, directrice exécutive de l’Union laitière de Russie.

    Pas rebuté par les sanctions européennes, Danone, présent en Russie depuis 1992, continue d'investir dans le pays. Cette année-là, la marque avait ouvert son premier magasin dans le bas de l’actuelle rue Tverskaïa, auparavant connue sous le nom d’avenue Gorki et qui avait la réputation d’être les Champs-Elysées de Moscou.

    Le groupe a depuis construit, à Tchékhov près de Moscou, sa plus grande usine au monde, d’une capacité annuelle d’environ 30 000 tonnes de yaourts et fromages frais destinés au marché intérieur. Avec la prise de contrôle, en 2010, du groupe russe Unimilk, détenteur de Prostokvashino, Danone est devenu le leader des produits laitiers en Russie, son quatrième marché dans le monde. Il y possède actuellement 16 usines, (en plus de la ferme de Tioumen) et y emploie environ 10 000 personnes.

    La ferme aux 5000 vaches

     

    https://francais.rt.com/economie/42598-danone-deporte-5000-vaches-siberie-contre-sanctions-europeennes

     


    votre commentaire
  • Il est des symboles forts. Et la nomination du journaleux Bruno Roger-Petit comme porte-parole du gouvernement en est. Elle confirme d’abord les rapports incestueux entre le pouvoir politique et le pouvoir médiatique. D’autre part, elle n’intervient pas à n’importe quel moment.

    Nous sommes à une période charnière, où un véritable djihad européen, à petite échelle encore, se déroule sous nos yeux. Dans nombre de pays, des musulmans foncent avec des camions dans la foule, frappent aveuglément au couteau tout ce qui ressemble à un infidèle, ou crient Allah akbar en menaçant de tout faire sauter, ou de tuer tout le monde.

    Hier encore, sur notre sol, un « déséquilibré » en voiture, avec armes à l’intérieur, a défoncé la grille, avec sa voiture, d’un domaine militaire. A Cergy, un autre « déséquilibré » a menacé, avec un couteau à la main, le personnel scolaire.

    Et dans tous les pays européens, il se trouve, aux manettes des gouvernements ou de l’information, des collabos qui nient le phénomène, mentent à leurs compatriotes, voire accusent les pays victimes d’être les responsables de ce qui leur arrive, par un discours de culpabilisation mille fois répété.

    En France, nous avions déjà un ministre de l’Intérieur, qui paraît gâteux, et dépassé par les événements, qui expliquait que les psychiatres étaient la solution, faisant rire la France entière. Nous avions des journaleux qui, fidèles propagandistes du gouvernement, relayaient la thèse des « déséquilibrés » qui n’avaient rien à voir avec l’islam.

    Il fallait, pour les collabos qui gouvernent ce pays, une autre pièce à ce puzzle, et cette pièce s’appelle Bruno Roger-Petit. Macron aime certes la diversité, mais Sibeth N’Diaye et son « Yes, la meuf est dead », cela faisait quand même un peu désordre !

    En 2013, dans l’esprit de Pierre Bergé, il appelait ouvertement au meurtre contre les militants de La Manif Pour Tous.

    Mais par contre, il gémit d’épouvante qu’un bijoutier ait préféré tirer sur son agresseur armé, plutôt que de se laisser tuer, et que les Français paraissent le soutenir…

    En 2014, il éructait contre Eric Zemmour, et appelait à l’extinction de tous les soutiens du journaliste, symboles à ses yeux d’une France rance.

    Fin 2014, quelques jours avant les assassinats de Charlie Hebdo, dans le même esprit, il appelait de ses vœux une France dont le président de la République s’appellerait Mohamed.

    Porte-parole, mais laquelle

     

    De tels états de service de ce collabo de compétition ne pouvaient qu’être récompensés par Macron, qui a fait une campagne haineuse contre notre pays, niant toute idée de culture française, et comparant l’action de notre pays en Algérie à celle des nazis.

    http://ripostelaique.com/bruno-roger-petit-porte-parole-de-lelysee-la-consecration-dun-vendu-a-lislam.html

     


    votre commentaire
  • On pensait l’abri inutile depuis la fin de la guerre froide. Il pourrait pourtant séduire beaucoup de Français angoissés par le nucléaire civil et par l' escalade RPDC/USA.

    Abri anti atomique

     

    En France, pays du nucléaire civil, 58 réacteurs sont en service, répartis dans 19 centrales. La plupart date des années 1980, soit quarante années de fonctionnement. En théorie, ils approchent donc de leur fin de vie, et l’on dénombrerait seulement 600 abris militaires et 300 à 400 équivalents privés. Soit environ 1.000 abris pour 66,6 millions d’habitants. Le "taux de protection nucléaire" de la population serait ainsi proche de 0 %...

    Ce taux est de 40 % en Norvège et en Allemagne, de 50% aux Etats-Unis, de 70 % en Chine, en Suède et en Russie. Il avoisinerait les 100 % en Israël et, en Suisse, il est de 104 % ! Il faut dire que notre voisin a imposé leur construction par la loi, en 1963. Bien que cette installation ne soit plus obligatoire de nos jours, s’en dispenser implique le versement d’une taxe. De plus, sa fabrication reste soutenue par une aide gouvernementale… Pas étonnant dès lors que nos voisins helvètes soient les mieux couverts au monde en cas de guerre ou de catastrophe : la Confédération compterait entre 300.000 et 400.000 bunkers privés et publics capables d’accueillir plus de 8,6 millions d’individus.

    Pour vous équiper de votre propre abri, chaque société propose son système. Ainsi Home Protection commercialise des conteneurs maritimes de différentes tailles transformés en abris. Renforcés et étanchéifiés en atelier, ils sont transportés tout équipés chez les particuliers, où ils sont enfouis. Détail important : "Ils sont tous équipés d’un filtre nucléaire, bactériologique et chimique (NBC), du matériel que seuls des professionnels agréés peuvent poser", dit Patrick Courdier.

    Avantage de cette solution : aucune déclaration préalable ni permis de construire ne sont nécessaires pour l’installer. Evidemment, du côté d’Amesis, on juge les conteneurs "peu fiables", le constructeur préférant mettre en avant ses abris "en dur". Des refuges aux murs de 25 cm d’épaisseur en béton prise mer, directement bâtis chez l’habitant. Seuls points communs : ces abris doivent être entretenus très régulièrement pour fonctionner parfaitement le jour J… si besoin.

    Pour un 10 m 2 avec 6 lits et équipé (filtre à air, nourriture lyophilisée d’une durée de vie d’un quart de siècle…), comptez 55 000 € chez Amesis. "C’est un investissement à long terme, assure Enzo Petrone. Pour le prix d’un parking, vous avez une pièce à vivre en plus, qui peut servir de salle de loisirs ou de cave…"

    Dans son jardin


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires