• Tour de France 2018

     çà pourrait barder...

    http://video.lefigaro.fr/figaro/video/la-carte-du-tour-de-france-2018-en-video/5612874669001/

    Bien que le départ du Tour de France ne soit donné que le 7 juillet prochain à Noirmoutier, le duel entre Romain Bardet et Chris Froome a déjà commencé. Lors d’une interview accordée au quotidien belge Het Nieuwsblad, le Français a de nouveau attaqué le quadruple vainqueur de l’épreuve en raison de son contrôle anormal au salbutamol effectué en septembre dernier lors de la Vuelta lors de laquelle le Britannique s’était déjà imposé. «Si j'étais dans sa position, je n'envisagerais tout simplement pas d'être au départ du Tour de France et j'aurais honte de me retrouver lié à une telle affaire», a déclaré le troisième de la dernière «Grande Boucle». «Mais tout le monde réagit différemment et le fait est que le règlement autorise Froome à s'aligner en course. Tout le monde, lui y compris, veut que ce dossier se règle vite», a ajouté l’Auvergnat.

    Cette «affaire» évoquée par Bardet a débuté en décembre dernier lorsqu’un contrôle antidopage de Chris Froome présentant un taux «anormal» au salbutamol a été révélé. L’échantillon prélevé a indiqué que le leader de la Sky présentait un taux doublement supérieur à la normal de cette substance autorisée uniquement sur traitement médical afin de soigner l’asthme dont souffre le Britannique. Quelques semaines plus tard en janvier, Bardet attaquait déjà celui que l’on appelle «le kenyan blanc» lors d’un entretien accordé à L’Equipe. «J'ai du mal à imaginer qu'un coureur avec cette dose de salbutamol puisse être blanchi. Sinon pourquoi mettre des seuils ? (...) J'espère une enquête indépendante devant laquelle Froome rendra des comptes, pour faire toute la lumière, et un verdict indépendant. Je regrette que les règlements ne prévoient pas une mise à l'écart provisoire de la compétition en attendant le résultat (…) Je veux bien croire à la bonne foi de Chris Froome, mais quand le seuil est dépassé, les règlements prévoient une sanction. On ne peut plus se permettre de permissivité», avait-il rappelé.

    Plus récemment, la victoire, obtenue à l’arrachée par Froome lors du Giro en mai dernier, a une nouvelle fois jeté un malaise sur le cyclisme mondial. Devancé de plus de trois minutes à trois jours de l’arrivée à Rome par ses rivaux, l’ancien coureur de la Barloworld avait alors attaqué et réalisé une échappée solitaire de 80 kilomètres en creusant l’écart sur l’ensemble de tous ses poursuivants. Une performance régulièrement comparée à celle de Floyd Landis à Morzine en 2006 (quelques mois plus tard, l’Américain avait été rattrapé par la patrouille…). Cependant, pour Bardet, ce retournement de situation s’explique par un niveau moins élevé sur le Tour d’Italie. «Chaque équipe envoie ses meilleurs hommes (sur le Tour), les leaders ont plus de soutien, donc la probabilité de tout renverser en une étape est moins grande.» Toujours est-il que la venue de Chris Froome sur les routes françaises ne risque pas de faire l’unanimité et notamment auprès des spectateurs tricolores déjà hostiles à Froome l’an passé avant même la divulgation de ce contrôle anormal.

    Tour de France 2018


  • Commentaires

    1
    Dimanche 1er Juillet à 11:41

    pour moi, le vélo, c'est comme le football... j'aime pas... je les laisserai se doper comme ils veulent, suffit de rajouter un corbillard  après la voiture balai !!!

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :