• Transparent comme Cahuzac, Fillon, Le Roux,...

    "Néant". "Je ne suis pas sûr de comprendre la question". "Aucune idée". Le nouveau premier ministre d'Emmanuel Macron, Édouard Philippe, aurait-il eu quelques soucis à faire preuve d'une parfaite transparence ? Dans un article du site d'investigation Mediapart, on apprend que ce dernier aurait récolté un blâme de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) suite à une déclaration de patrimoine opaque en 2014.

    Le désormais locataire de Matignon, alors député de Seine-Maritime, devait notamment renseigner la valeur de ses biens immobiliers. Des documents qui ne sont pas publiés sur le site de la HATVP mais disponible en préfecture pour quiconque en ferait la demande. "La valeur de son appartement à Paris ? 'Aucune idée'. Ses parts dans une résidence de Seine-Maritime ? 'Aucune idée'. Son bien en Indre-et-Loire ? 'Aucune idée'", rapporte Mediapart. Malgré les relances de la Haute autorité, le député s'était toujours refusé à communiquer les valeurs ou le prix d'achat de ses propriétés.

    Ces vides, muent par un désintérêt pour la chose immobilière ou une farouche envie de protéger certaines informations qu'il estime privées, n'ont pas été apprécié par la Haute autorité. Sur un millier de députés et de déclarations, Édouard Philippe fait partie des 23 élus sermonnés par l’institution. "Les 'blancs' d’Édouard Philippe portaient atteinte au 'caractère exact' de sa déclaration sans estimer pour autant qu’ils justifiaient une quelconque saisine de la justice, arme lourde dégainée uniquement en cas de soupçons d’infractions pénales (soit une dizaine de fois, à l’encontre d’un Patrick Balkany ou de Marine Le Pen)", énonce Mediapart.

    Édouard Philippe n'est pas un amoureux de la transparence pure et parfaite. Député, il s'était érigé avec l'opposition de droite contre les lois de transparence post-Cahuzac. Dans sa déclaration d’intérêts et d’activités (document disponible sur Internet et reproduit ci-dessous), Édouard Philippe ne fait pas particulièrement preuve de diligence. Les députés doivent préciser leurs revenus sur les 5 années précédant leur élection. Les citoyens curieux n'y trouveront rien de précis. Rien sur son salaire comme directeur des affaires publiques d'Areva, rien sur ses salaires d'élus si ce n'est une annotation : "Indemnités fixées par le conseil municipal et le conseil communautaire. Indemnités parlementaires. Le tout évidemment dans le respect et sous le plafond fixé par la loi." Pas de chiffres. Même histoire pour ses honoraires d'avocat. Le député botte en touche : "Je ne suis pas certain de comprendre la question. Vous voulez connaître mon taux horaire au jour de l’élection ? Ma rémunération mensuelle moyenne ? Annuelle ?", écrit-il à l'encore noire.

    Provocation, sarcasme ? Édouard Philippe a reconnu auprès de nos confrères de Mediapart que ces déclarations tentaient de "concilier le respect de la loi et une forme de mauvaise humeur". Mais, promet-il, il n'y aurait aucune infraction.

    sources:

    http://www.rtl.fr/actu/politique/edouard-philippe-ses-nebuleuses-declarations-de-patrimoine-et-interets-7788544879

    http://www.rtl.fr/actu/politique/edouard-philippe-ses-nebuleuses-declarations-de-patrimoine-et-interets-7788544879

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 17 Mai à 10:48

    bonjour ! ça commence bien... les guerres fratricides sont relancées... s'il ne s'agissait pas du devenir du pays, ça me ferait rire... et je suis en retard des affaires politiques du havre... j'en étais encore à rufenach...  bon, on va bien voir la constitution du gouvernement... qui risque de ne pas trop avantager les français...

                 bonne journée, amicalement, daniel!

    pour la photo, je n'avais pas reconnu, c'est vrai, que, sans ses lunettes...

           pour le château, il s'agit d'un monument "privé" !!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :