• Pace e Salute a tutti

    Pace e Salute a tutti

    Bon bou d'an et a l'an que ven, si sian pas maï que sian pas men


    9 commentaires
  • Vous saviez, vous, que Christiane Taubira, la star du tout-Paris bobo, la Walkyrie des nuits parlementaires, la passionaria des cours de justice, la pourfendeuse de Front, la déclameuse de poèmes exotiques, l'amnésique des barbaresques, la mordue du mur des cons, la chouchoute des récidivistes, était candidate aux régionales ???


    Ce n’est pas un gag. Elle était candidate en 11e position sur la liste « Guyane, de toutes nos forces ! », section Cayenne, menée par Line Létard.

     

    Et avoir Christiane Taubira sur sa liste, c’est un cadeau du ciel, un message divin ; c’est comme un morceau de la vraie croix planté à côté de l’urne, on se dit que rien de mal ne peut arriver avec un tel talisman, on flotte en lévitation, extatique, dégoulinant de reconnaissance.
    « Savoir que Christiane est là, c’est déjà énorme. Cela va rassurer les gens qui étaient un peu déçus de ne pas la voir tête de liste dans la campagne »
    jubile Line.
    Et, comme la boursouflure est une marque locale, elle ajoute : « Nous sommes très fiers de sa présence sur notre liste. Elle est dans la logique d’une transmission entre les générations, elle est là pour nous accompagner. »

    Ah Christiane !..... l'Excellence : comme un  subtil Vosne-Romanée dans son verre de baccarat avec sa fine tranche de jambon Pata Negra, montrant du doigt la voute de la chapelle Sixtine sur un Magnificat de Vivaldi,
    Une madone !
    Allons-y carrément ; Sainte Geneviève face aux Huns, ou bien Ste Jeanne d’Arc boutant les Anglois, ou Charles Martel… euh, passons !  Napoléon au Pont d’Arcole !.., de Gaulle descendant les Champs Élysées!....  « Ah ! Christiane ! On t’aime ! Accompagne-nous ! Sauve-nous ! »
    Et Christiane fit.
    On allait voir ce qu’on allait voir !
    Et l’on vit.

    7,1 % ! Vous avez bien lu ! Il ne manque pas un chiffre avant le 7. La liste du parti Walwari, qu’elle a fondé en 1993 et pour lequel elle s’était engagée, s’est pris la grosse, la méchante gamelle : 7,1 %, c’est kiki, c’est croupion, c’est rachot,.... un peu comme si Usaïn Bolt, aux JO, courait le 100 mètres en 18 secondes 2 dixièmes !!! 


     En 2010, au premier tour des régionales, le parti Machin avait recueilli 23 %...
    Seulement voilà : réchauffement climatique oblige, il y a eu grosse évaporation de votants en cinq ans : 70 % des partisans de Christiane ont fichu le camp. C’est bête, quand même, quand on veut assurer une transmission entre générations. Rien à transmettre, à personne : ça fait désordre. La marque « Taubira » ne fait plus rêver.


    Le frère de Christiane présentait également une liste, fièrement baptisée « La Guyane en perspective » : il a fait 0,97 %. Beau tir groupé familial !

    Pour une "perspective", il a inexorablement trouvé le point de fuite....

    Mais que diable allait-elle faire dans cette galère ? La prétentieuse croit-elle qu’il lui suffit de paraître pour que les électeurs s’inclinent bien bas sur son passage, confondus d'émotions et de gratitude!!. Cette bouffissure de l’ego, insupportable en temps ordinaire, devient insignifiante après les résultats de dimanche : les Guyanais, « ses » Guyanais, l’ont envoyée balader comme aucun métropolitain ici-bas n’aurait osé le faire sans encourir les foudres de la dame. Bravo à eux.

      Le plus surprenant, dans cette histoire, c’est quand même le silence absolu des médias sur ce gros bide taubiresque. Après tout, ils ont peut-être sagement agi : elle les aurait collés devant la XVIIe correctionnelle pour racisme, et avec sarcasmes, circonstance aggravante.


    10 commentaires
  • Extrait du site testu.fr

    C'est mal parti


    5 commentaires
  • A vous toutes et tous qui passez sur ce blog, je vous souhaite ainsi qu'à vos familles, un joyeux réveillon de Noêl. Vous me connaissez, alors je vous ai préparé une page d'accueil originale. Bizzzzzzzzzzz à tout le monde.

    C'est Noêl

    Pour vous mes chéries...

    C'est Noêl

    Pour vous mes amis...

    C'est Noêl

    Pour tous les goûts...

    C'est Noêl

    C'est Noêl

    Pour les catho....

    C'est Noêl


    4 commentaires
  • Les promesses n'engagent que ceux qui y croient

    Les promesses n'engagent que ceux qui y croient


    3 commentaires
  • Un fléau

    Un fléau

    Un fléau

    Un fléau


    26 commentaires
  • Notre sauveur est là

    Notre sauveur est là


    3 commentaires
  • cet article est un copié-collé du site testu.fr. le "roi rené" est René Souchon , ex-président de la région auvergne.

    Bilan


    6 commentaires
  • à indemniser ses voleurs...faut plus s'étonner du vote fn dans les campagnes.

    L'homme avait perdu ses nerfs et réduit à l'état d'épave le fourgon d'un couple, qui avaient tenté de lui dérober du matériel, en le poussant dans un ruisseau avec un tractopelle.

    Un agriculteur du Béarn a été condamné mercredi à indemniser, à hauteur de 2400 euros, des voleurs qui avaient tenté de lui dérober du matériel. Un jugement qui conclut une affaire rocambolesque.

    Le 31 juillet, un homme et une femme s'introduisent dans un champ à Labastide-Cézeracq. Ils volent une batterie ainsi qu'un panneau solaire. Mais au même moment, l'agriculteur qui rentre chez lui, les repère. Un échange musclé débute, alors que les voleurs tentent de prendre la fuite. Dans la précipitation, ils arrachent un câble d'irrigation. Excédé, l'agriculteur sort totalement de ses gonds. Il monte dans un tractopelle, pousse le fourgon du couple dans un ruisseau et le réduit à l'état d'épave.

    Les voleurs décident de porter plainte. Avant le procès de mercredi, qui devait statuer sur les intérêts civils réclamés par chaque parti, un premier jugement avait été rendu par le tribunal correctionnel de Pau le 2 décembre. L'agriculteur, qui avait tenté de justifier son geste par l'enchaînement des vols contre les agriculteurs, a été condamné à 3000 euros d'amende avec sursis tandis que les deux voleurs ont écopé de 70 heures de travail pour la femme et à trois mois de prison ferme pour l'homme.

    Épilogue

    Ce nouveau procès sur les intérêts civils de ce dossier était donc en quelque sorte l'épilogue de cette affaire. La justice n'a pas tranché en faveur de l'agriculteur. En effet, ce dernier a été condamné à verser à la femme du couple 1500 euros pour préjudice matériel car elle était propriétaire du fourgon, 500 euros pour préjudice moral et 400 euros pour sa «perte de chance à caractère professionnel». En contrepartie, le couple a également été condamné à verser solidairement 449,39 euros à l'agriculteur pour le préjudice matériel.

     


    6 commentaires