• Face à face avec un exécuteur de l’État islamique

    https://www.bvoltaire.fr/video-terrifiante-face-a-face-executeur-de-letat-islamique/


    votre commentaire
  • L’armistice franco-allemand du 25 juin 1940 consacre l’échec de nos armées sur terre ; notre flotte, une des plus puissantes -qui n’avait pas été vaincue- est libre. Ni l’amiral Darlan, ni le général Weygand n’ont l’intention « …de livrer à l’ennemi une unité quelconque de notre flotte de guerre » et de Gaulle le dira, le 16 juin à Churchill en ces termes  « La flotte ne sera jamais livrée, d’ailleurs, c’est le fief de Darlan ; un féodal ne livre pas son fief. Pétain lui-même n’y consentirait pas ».

    Les Anglais, de leur côté, désirent que notre flotte, riche en unités lourdes et légères, se rende dans leurs ports. Elle aurait pu le faire, le 16 juin 1940, mais personne ne lui en donne l’ordre et la Marine reçoit l’assurance, « qu’en aucun cas, la flotte ne sera livrée intacte », mais qu’elle se repliera probablement en Afrique ou sera coulée précise l’Amiral Darlan. Hitler ne demande pas livraison de notre flotte (le projet d’armistice ne le prévoyant d’ailleurs pas), pas plus que de nos colonies, sachant qu’il n’est pas dans nos intentions d’accepter de telles exigences.

    Le 27 juin, Churchill, en dépit des assurances données par le gouvernement Français du Maréchal Pétain, décide, dans le plus grand secret, de mettre « hors d’état de nuire » la marine française. Cette opération aura pour nom Catapult… et conduira, le 3 juillet 1940, à la destruction totale, à Mers El-Kébir, de notre flotte au mouillage et désarmée, causant la mort de 1380 marins Français. Le 6 juillet 1940, 24h seulement après l’inhumation de nos marins, l’aviation britannique, par vagues successives, largue sur la rade de Kébir des mines magnétiques et prend  pour cibles les navires rescapés du premier assaut. 205 tués seront de nouveau dénombrés, soit au total 1927 morts et des centaines de blessés, la plupart atrocement brûlés.

    Ce qui est horrible, c’est que nos « alliés » Anglais ont tué en deux jours plus de soldats français que la Flotte allemande pendant toute la seconde guerre mondiale. Nous ne sommes pas loin des 2403 morts du drame de Pearl Harbor, l’un des grands événements de ce conflit puisqu’il décida de l’entrée en guerre des Etats-Unis d’Amérique. Mais les Japonais étaient leurs ennemis, les Anglais étaient nos alliés. C’est là un crime inqualifiable… impardonnable.

    Le 31 Août 1940, soit près de deux mois après cette lâche agression, la force navale M (M comme « Menace ») britannique où se trouvait de Gaulle quitta l’Angleterre et se présenta devant Dakar le 23 septembre, à l’aube, dans le but de s’emparer de la garnison française fidèle au Maréchal Pétain.

                Face à l’armada britannique qui se préparait au combat, la France disposait, cette fois, de solides moyens navals ainsi qu’une sérieuse défense côtière. On en n’était plus aux conditions dramatiques de Mers El-Kebir où la flotte désarmée avait été littéralement assassinée. Cette fois, les marins français étaient prêts au combat et animés, de surcroît, d’un esprit de revanche parfaitement perceptible… et compréhensible. Avant la tragédie de Mers El-Kébir, la flotte française était la 4ème plus puissante flotte du monde ; elle était décidée à le prouver et cela d’autant plus qu’elle n’avait jamais été vaincue…

                Durant deux jours, les échanges de coups d’artillerie de marine entre les deux flottes firent rage. Les navires de la force M s’approchèrent afin de poursuivre leur œuvre de destruction, mais se frottèrent aux bâtiments français (Vichystes, diront les gaullistes !) qui leur infligèrent de sérieux dégâts et cela d’autant plus que l’aviation française était maîtresse du ciel.

                C’en était trop ! De Gaulle écrira sur cette bataille : « L’amiral Cunningham décida d’arrêter les frais. Je ne pouvais que m’en accommoder. Nous mîmes le cap sur Freetown. »

                L’armée française sortait vainqueur de cette confrontation en dépit de ses 203 morts et 393 blessés. Les 1927 morts de Mers-El-Kébir étaient en partie vengés.

                    Le 8 Juin 1941 débuta l’attaque des Alliés contre le Liban et la Syrie occupés par les troupes françaises. Auparavant, la Division navale du Levant que commandait l’amiral Gouton avait dû affronter au prix de lourdes pertes, une puissante force aéronavale britannique.  

    Dans la nuit du 24 au 25, le Souffleur, en surface près de Beyrouth, faisait route pour recharger ses batteries, avec à son bord 57 marins. Cinq hommes se trouvaient sur la passerelle. Quatre sillages de torpilles, lancées par le sous-marin anglais HMS Parthian, furent aperçus à bâbord. L'enseigne de vaisseau Morange, officier de quart, fit immédiatement mettre la barre toute à droite, mais le sous-marin ne put éviter l'une des torpilles : celle-ci explosa sous l'avant du kiosque et coupa en deux le sous-marin qui coula instantanément entraînant dans la mort cinquante deux marins. Les cinq hommes qui se trouvaient sur la passerelle furent éjectés vers la mer et tentèrent de regagner la côte à la nage située à quatre kilomètres. Seuls quatre y parviendront.

    Les historiens, les politiques, les « moralistes » et les censeurs qui ont eu à juger des hommes, des gouvernants, et à écrire l’Histoire, ont dédaigné de prendre en considération le traumatisme dévastateur que la tragédie de Mers El-Kébir avait produit dans les esprits…

    Mers El-Kébir explique en grande partie l’attitude de bon nombre de nos gouvernants de Vichy durant le conflit comme elle explique aussi celle des autorités civiles et militaires d’Algérie en 1942-1943 et d’une population acquise au Maréchal Pétain mais volontaire pour poursuivre la lutte avec Darlan et Giraud contre les puissances de l’Axe.

    http://jose.castano.over-blog.com/

    le Souffleur

    Le devoir de mémoire

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Après le nouvel épisode de violences sur les Champs-Élysées en marge de "l'acte XVIII" des gilets jaunes samedi, le gouvernement a annoncé ce lundi le remplacement de Michel Delpuech par Didier Lallement à la tête de la préfecture de police de Paris. Lequel pourrait intéresser les enquêteurs dans l'affaire des marchés de la Société du Grand Paris.

    « Est-ce une décision prise très vite ? En tout cas, je ne pensais pas que l’on retrouverait Didier Lallement comme préfet de police de Paris. Ce ne sont pas vraiment ses réseaux qui sont aujourd’hui au pouvoir », juge un haut fonctionnaire qui connaît bien « ce cynique froid ». Il faut dire que la nomination, annoncée ce lundi 18 mars par Edouard Philippe, de l’actuel préfet de Nouvelle-Aquitaine au poste très convoité, est assez inattendue.

    « Un frangin », selon la description qu’en font les auteurs de Bienvenue place Beauvau, qui dispose encore de très bonnes entrées malgré son parcours atypique dans la préfectorale où la case ENA n’est pas cochée. Mais également de casseroles… Cela a-t-il échappé à Matignon et à l’Elysée ? Le futur patron de la PP pourrait bientôt être entendu dans le cadre de l'enquête sur les soupçons de favoritisme qui pèsent sur les marchés de la Société du Grand Paris. Comme Marianne l’a récemment révélé, le parquet national financier PNF a été saisi de cette affaire par le parquet près de la Cour des comptes.

    Le plus grand chantier d’Europe, 38 milliards d’euros de travaux pour la construction du nouveau métro de la capitale, semble en effet avoir été un peu léger dans l'attribution de ses mégas marchés. Marchés « pour lesquels les procédures et les grands principes de mise en concurrence n’avaient pas été respectés, soit attribuant un marché à une entreprise dont l’offre aurait dû être rejetée pour irrecevabilité, soit en modifiant en cours de procédure les modalités de calcul des offres financières, ce qui a eu pour effet de modifier l’ordre de sélection des candidats », note le rapport de la Cour des comptes, réalisé à la fin 2017.. Autrement dit : des faits constitutifs d'un possible délit de favoritisme.

    Au cœur des dysfonctionnements, on retrouve la Commission d’examen des offres (CEO), qui fut présidée par… Didier Lallement, alors lui-même en service à la Cour des comptes. Or note le rapport, « le fonctionnement et le rôle de la CEO sont insatisfaisants à plusieurs titres et ne permettent pas de disposer d'une assurance externe suffisante sur la régularité et les conditions d'attribution des marchés, l'équilibre concurrentiel et la préservation des intérêts économiques de la SGP ». Pas non plus de procès-verbaux des réunions, mais une simple feuille blanche avec une croix pour dire oui/non. Selon nos informations, si la question d’une procédure disciplinaire au sein même de la vénérable institution de la rue Cambon, procédure extrêmement rare, a été évoquée, celle-ci a finalement été écartée. Détail croustillant : le préfet de police pourrait donc se voir convoqué par la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), l’une des sept « brigades du fric », laquelle a été saisie par le PNF. Des flics qui sont désormais sous ses ordres….

    https://marianne.net/societe/didier-lallement-prefet-police-paris-enquete


    1 commentaire
  • Déplacement de Macron 1er pour un grand débat dans le Morvan! Il ne manque que nos agriculteurs...

     

    17 voitures (à raison de 4 par voiture), 1 ambulance, 17 motocyclistes , 2  ou 3 hélicoptères donc une centaine d'accompagnants au sol,  des gendarmes dans tous les carrefours,  plus 2 ou 3 compagnies de CRS ou gendarmes mobiles sur place à attendre Monseigneur...

     

     


    1 commentaire
  • Un sujet pour ceux qui se plaisent à comparer nos deux sociétés:

    Allemagne : un chien saisi et vendu aux enchères pour éponger les dettes de ses maîtres

    Et en France, çà se passe comment?

     

    ils ont saisi un chien baptisé "Edda". Des huissiers ont vendu l'animal de compagnie d'une famille pour éponger ses dettes à Ahlen (Allemagne), selon plusieurs médias allemands. C'est un journal local, Ahlener Tageblatt, qui a donné l'information en premier, le 23 février. Elle a ensuite été reprise par Die Glockele Süddeutsche Zeitung (articles en allemand) et d'autres médias européens comme la BBC (en anglais).

    Le chien a été vendu sur le site de vente aux enchères eBay pour 750 euros, la moitié de ce qu'espérait la propriétaire. Ce prix bas a d'abord alerté la nouvelle propriétaire du chien, Michaela Jordan, une policière citée par Die Glocke. Elle explique au journal local qu'elle a appelé le numéro associé à l'annonce. C'est à ce moment-là qu'elle a appris que le chien était vendu pour recouvrer les dettes de sa famille et la taxe sur les chiens, car certains pays ont un impôt sur les animaux.

    Une enquête lancée

    Au téléphone, l'employé de la mairie lui assure que l'animal est en bonne santé. Michaela Jordan est rassurée et achète le chien. Mais depuis, elle a déjà déboursé 1 800 euros pour le faire opérer des yeux, dont une fois en urgence, l'animal ayant failli devenir aveugle. Elle réclame donc des indemnités à la ville d'Ahlen.

    Des médias allemands assurent que les huissiers auraient d’abord envisagé de saisir le fauteuil roulant du mari de la famille, mais ils ont renoncé car celui-ci ne leur appartenait pas véritablement. Néanmoins, le porte-parole de la ville conteste ce point et parle d'une rumeur. Il ajoute que "l’incident fera l’objet d’une enquête approfondie" et que l’utilisation d’un compte eBay privé pour la vente d’un être vivant sera également examinée.

    https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/allemagne/en-allemagne-des-huissiers-saisissent-le-chien-d-une-famille-et-le-vendent-pour-couvrir-ses-dettes_3214731.html


    1 commentaire
  • Mais qu’y avait-il dans le coffre d’Alexandre Benalla ?

    Un coffre blindé qui prend la poudre d’escampette, c’est plutôt drôle quand on apprend qu’il serait justement plein de poudre blanche. La coke sous la coque, cocasse non ?

    En même temps, il faut être aveugle et sourd pour ne pas s’apercevoir que Manu le poudré a traversé la rue pour suivre la ligne blanche.

    Il transpire, panique, les yeux écarquillés, la nuque rigide et ses performances de logorrhées sémantiques dans lesquelles il se noie sont un signe de plus qui rappelle les cocaïnomanes avérés.

    Certes on peut comprendre que devant son échec cuisant il recoure à des ressources chimiques, artificielles pour tenter de devenir le surhomme qu’il pensait être.

    Nous serions dirigés par un drogué ? La question se pose et tous autour de lui commencent à craindre de l’avoir perdu.
    Il délire, expose sa paranoïa, exprime sa peur de prendre une balle dans la tête…Mais Manu, personne ne te veut autant de mal ! On veut juste que tu partes et que tu ailles voir si l’herbe est plus grasse ailleurs, d’ailleurs ça te réussirait peut-être beaucoup mieux que le speed de Caroline !

    Pour quelqu’un qui n’a pas voulu légaliser le Cannabis, tu devrais te poser, fumer un joint et méditer sur les méfaits des drogues dures sur la santé, la tienne et celle de notre pays !
    Ils t’ont tous balancé, Manu, si l’information est parvenue jusqu’à moi, qui ne suis personne, tu imagines bien que c’est la fin.

    A part Castaner qui arpente les salles de classe pour terroriser les jeunes générations, en mode pédagogie à deux balles pour jeunesse hitlérienne, et Marlène qui voit des terroristes islamistes chez les cathos qui s’attachent au radiateur, on ne sait pas trop qui sniffe quoi à l’Élysée, mais le produit est bon, peut-être même de la coke du Vénézuela arrivée par la valise diplomatique.

    J’oubliais, Benjamin, qui ne manque pas d’à-propos, nous explique que le rapport qu’il n’a pas lu contient des contre-vérités et là on se dit que lui, son truc, c’est plutôt la fumette.
    Un petit bédo avant la conférence de presse et tout est beau à l’Élysée et les renards du Sénat n’ont qu’à bien se tenir avec leur rapport psychédélique.

    Sache Manu que la vague jaune du samedi ne fait pas partie des hallucinations collectives même si tu sembles être resté scotché par un buvard des années 70.

    De même, ta tentative de faire passer tous ceux qui ne votent pas pour toi pour des antisémites relève du délire et tu es en pleine descente, pas que dans les sondages, c’est le retour du crac et des craques.

    En résumé, il est temps de commencer le sevrage parce que nous on en a fini avec le servage !
    Donc prend rendez-vous pour ta cure de désintox et profites-en pour contacter le psy, toi qui ne subis pas les désagréments du manque de service public de proximité.

    Manu, un conseil, fais tourner la présidence, tu en as trop abusé !

    https://blogs.mediapart.fr/citoyen-spartacus/blog/230219/ca-plane-lelysee?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66&fbclid=IwAR1mvgaWIYlhk9y_tZSyZRpyibWfDXYC34vgf4vWlu-maCwgEQuWsO0I6Wk

    Benalla et le coffre magique

     


    1 commentaire
  • Prise «dans l'urgence de l'agenda», Emmanuelle Wargon était pressée de rejoindre Paris.

    Son véhicule avec chauffeur a été contrôlé à 40km/h au-dessus de la vitesse autorisée sur l'autoroute A1, limitée à 110km/h en raison d'un pic de pollution.

    De retour d'un déplacement dans les Hauts-de-France le 21 février, le véhicule de la secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, a été contrôlé par des policiers à 150km/h sur l'autoroute A1 alors qu'un pic de pollution ramenait la limite de vitesse autorisée à 110km/h.
    Le chauffeur de la secrétaire d'Etat se trouvait au volant lorsque des policiers ont effectué ce contrôle.

     Cité par Ouest-France, l'un d'eux a déclaré : «C’était indiqué en gros sur tous les panneaux de signalisation et répété en boucle à la radio, sur 107.7.

    Dans l’absolu, seuls les véhicules des forces de l’ordre et de secours ne sont pas concernés par cette mesure.»
    Ces décisions de changement des limitations de vitesse en raison de la pollution sont prises par les préfets selon des critères précis en matière de pollution.

    Le cabinet de Wargon a réagi à la publication dans la presse
    Après que l'excès de vitesse du chauffeur de la secrétaire d'Etat a été révélé dans la presse, le cabinet de cette dernière a réagi et a fait savoir à Ouest-France : « Il y avait un pic de pollution et nous n’étions pas au courant.
    C’est une erreur de notre part.
    La ministre va régler l’amende dès qu’elle la recevra. 
    Ils ont dû rouler vite car ils étaient pris dans l’urgence de l’agenda mais ce n’est de toute façon pas une excuse.»

    La ministre va régler l’amende dès qu’elle la recevra

    Le cabinet a également assuré qu’il «redoublerait de vigilance pour que cela ne se reproduise plus.»

    http://by-jipp.blogspot.com/2019/02/la-secretaire-detat-lecologie-prise-en.html

    J'aime particulièrement la réponse du cabinet ministériel: ils n'étaient pas au courant d'un pic de pollution". Mais pollution ou pas, à cet endroit la vitesse est limitée  à 130 km/h!

     

     

     


    1 commentaire
  • L'ALGÉRIE FRANÇAISE, la guerre, le putsch des généraux, De Gaulle, l'indépendance : la grande histoire a oublié Robert Palmade. Mais lui se souvient parfaitement, depuis son petit appartement d'Argenteuil où il réside aujourd'hui, comment la France l'a laissé sur le bord de la route, il y a 46 ans. Aujourd'hui, il lui demande réparation. Abandonné à sa naissance, à l'hôpital d'Aumale (rebaptisé depuis El Ghozlan), à 120 km au sud d'Alger, il est passé de pouponnières en foyers et en familles d'accueil. Arrivé à Paris il y a seulement 22 ans, sans diplôme ni formation, il a aujourd'hui le sentiment que sa vie a été gâchée par la France. « Je voulais devenir quelqu'un. Je n'ai rien. » Robert Palmade arbore toujours un sourire franc qui ne cache pas toujours la profonde amertume qu'il ressent. « C'est une énorme injustice. Il y a un préjudice. La France, cela fait longtemps qu'elle m'a abandonné. J'attends une indemnisation. » Le cas de Mohamed Garne, 41 ans, né d'un viol collectif en Algérie, et qui réclame aujourd'hui réparation à l'Etat français, l'a incité à reprendre sa démarche. « Je serais peut-être devenu quelqu'un en France » confie-t-il, expliquant gagner aujourd'hui 6 300 F par mois (960,43 ?), après sept années comme cariste et des débuts « dans des sociétés minables ».
    « On ne peut rien faire pour vous »
    Il a écrit de multiples lettres au président de la République, au Premier ministre, à différents ministres et aux présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, aux maires, aux députés Il a obtenu de multiples réponses, se résumant toutes à « on ne peut rien faire pour vous ». L'histoire de Robert Palmade commence par un papier jauni, conservé précieusement dans une chemise. Il est daté du 24 juillet 1955, 13 heures. Une mère anonyme a signé ce court texte : « Je viens de donner naissance à un enfant et en raison des graves conséquences qui pourraient en résulter, il m'est impossible de l'élever. Je déclare en faire volontairement abandon à l'Assistance publique. » Au bas de la page, on lit difficilement un prénom et un nom ­ Robert Palmade ­ et la signature du directeur de l'hôpital. La suite est un enchaînement qui éloigne peu à peu le petit Robert de la France. La pouponnière d'Alger tout d'abord, puis plusieurs familles qui ne l'accueillent jamais durant plus d'un an et demi. « Je me souviens d'une mère adoptive qui m'avait brûlé à l'aine avec une cuillère chauffée sur le feu parce que j'avais fait pipi au lit. » Puis vint la dernière famille. « J'ai quitté l'école à 14 ans. La directrice avait tenté de s'y opposer mais mon père avait besoin de moi pour travailler la terre. Nous vivions très pauvrement, éloignés de tout. J'écoutais Led Zeppelin l'oreille collée à une petite radio. » Il y a aussi cette identité malmenée par un changement de nom décidé par les autorités. Plusieurs années durant, il a oscillé entre Robert Palmade et Abdelkader Acheli. Comme pour accentuer encore davantage ce sentiment « d'être rejeté des deux côtés ». A 24 ans, après maintes démarches auprès du consulat de France pour s'assurer de sa nationalité française, il a débarqué en région parisienne. « Je ne pouvais plus vivre là-bas. J'étais quelqu'un qui n'existait pas. Je suis arrivé en France, un pays inconnu, en 1979. Et aujourd'hui, l'affection me manque toujours. »

    http://www.leparisien.fr/val-d-oise/robert-l-enfant-d-algerie-oublie-par-la-france-30-01-2002-2002777011.php 

     

    1 commentaire
  • POLITIQUE - Qu'est-il advenu du slogan "et de droite, et de gauche"? Alors que les dernières figures de la sociale-écologie, Nicolas Hulot suivi de son bras droit Matthieu Orphelin, abandonnent le navire LREM, le capitaine Emmanuel Macron garde son cap à droite toute dans la tempête des gilets jaunes.

    Le refus de revenir sur la suppression de l'ISF, associé à un débat polarisé entre maintien de l'ordre républicain et violences policières, fait apparaître un président de la République plus droit dans ses bottes que jamais. Et cela se ressent sur son image.

    Après la dégringolade de l'automne, puis l'embellie de janvier à la faveur du retour de la trêve de Noël, la popularité d'Emmanuel Macron stagne en février à un score modeste de 21% d'opinions favorables dans le baromètre mensuel YouGov réalisé pour Le HuffPost et CNews.

    Popularité du président

     

    Une convalescence qui dissimule un équilibre précaire entre un électorat de droite séduit par la fermeté du président et un électorat de gauche qui décroche. Désormais, "le chef de l'État affiche deux visages bien distincts", relève l'institut YouGov. Quand il perd 1 point auprès des sympathisants de gauche (18% d'opinions favorables) et de ceux d'extrême gauche (4% d'opinions favorables), Emmanuel Macron en grignote un autre auprès des sympathisants centristes (74% d'opinions favorables), 3 points auprès des sympathisants de droite (27%) et 5 chez les électeurs d'extrême droite (11%).

    Une confirmation d'une tendance entamée en tout début d'année. En janvier, la cote d'Emmanuel Macron avait en effet repris de l'aplomb en raison d'un retour en grâce de 14 points dans l'électorat de droite, malgré un léger repli à gauche.

    Cette dichotomie s'observe dans des proportions quasi-identiques chez le premier ministre dont la popularité se maintient elle aussi à 22% en février. En baisse à gauche, Édouard Philippe compense à droite où il rebondit de 2 points dans l'électorat centriste (73% d'opinions favorables) et même de 4 à l'extrême droite (15%).

    Cette convalescence contrastée témoigne des doutes qui agitent la majorité LREM, elle-même tiraillée entre une aile gauche, désireuse d'un virage social à la faveur de la crise des gilets jaunes, et une aile droite qui se cramponne aux promesses de réformes libérales du début du quinquennat.

    En attendant, l'image du couple exécutif pâtit aussi des craintes que suscitent encore le grand débat national et les conclusions qui en émergeront. 58% des Français doutent que les propositions qui émaneront des débats infléchiront la politique du gouvernement et 54% qu'elles seront restituées en toute transparence et impartialité. Signe d'une volonté de l'opinion publique d'avoir le dernier mot, plus des deux tiers des personnes interrogées (71%) souhaitent que les décisions prises suite au grand débat soient soumises à référendum.

    Autre motif d'inquiétude pour l'exécutif, le soutien apporté au mouvement des gilets jaunes augmente de nouveau ce mois-ci (64%, +2 points) alors que les dernières tendances le montraient en perte de vitesse.

    https://www.huffingtonpost.fr/2019/02/06/la-popularite-demmanuel-macron-penche-toujours-plus-a-droite-sondage-exclusif_a_23663407/


    1 commentaire
  • Problème de souveraineté

      

    Berlin bloque les licences d'exportation de matériels allemands intégrés sur le missile air-air longue portée Meteor, vers l'Arabie Saoudite. Les Allemands fabriquent notamment le système de propulsion et les charges militaires.

        La France n’est plus libre d’exporter ses armements où elle le souhaite.

    Bien entendu, lorsque l’on exporte des armes, ce n’est pas franchement moralement l’idéal, car nos armes ne font pas que rester sur des râteliers.

     Souvent, elles servent à tuer, comme c’est le cas actuellement au Yémen où une guerre civile fait rage, où l’Arabie saoudite est directement impliquée, et où cet allié de la France utilise sans restriction notre matériel militaire et en particulier nos munitions de toutes sortes pour tirer sur tout ce qui bouge, hommes, femmes et enfants inclus.

    Comme nous devons vraiment être des abrutis complets, Macron, notre président, a même dit, lors de son dernier voyage en Égypte à propos de nos ventes d’armes à l’Égypte que, et je cite, « Les armes françaises vendues à l’Égypte doivent être utilisées uniquement à des fins militaires » !!

    Relisez la phrase… « Les armes françaises vendues à l’Égypte doivent être utilisées uniquement à des fins militaires », et les journalistes, d’acquiescer comme des benêts imbéciles devant autant intelligence et de subtilité jupitérienne.

     Nous vendons des armes utilisées uniquement à des fins militaires…

     C’est sans doute beaucoup plus moral que des armes vendues à des fins non militaires…

     La différence c’est que dans un cas, on tue des hommes, des femmes et des enfants, dans l’autre cas, avec des armes à des fins militaires, eh bien on tue aussi des hommes, des femmes et des enfants !

     Alors forcément, voir des exportations d’armes bloquées, cela ne me fait pas non plus pleurer, surtout vers l’Arabie saoudite, mais vous voyez bien là les problèmes de souveraineté et d’indépendance qui se posent à nous.

     Charles SANNAT

     
    http://by-jipp.blogspot.com/2019/02/probleme-de-souverainete-lallemagne.html#more
     
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/l-allemagne-bloque-l-exportation-du-missile-meteor-de-mbda-vers-l-arabie-saoudite-806211.html
     
     

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique