• Quelque 11.000 grenades, dont 10.000 lacrymogènes, ont été tirées ou lancées par les gendarmes depuis le début de leur intervention sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, selon les informations de L’Essor.

     Le millier de grenades restantes sont des grenades lacrymogènes instantanées GLI F4, qui possèdent trois caractéristiques : effet de souffle, assourdissantes et lacrymogènes.

     Interrogé par L’Essor, le général Bertrand Cavallier (2S), ancien patron du CNEFGN de Saint-Astier, le centre national d’entraînement de la Gendarmerie au maintien de l’ordre, a qualifié ce chiffre de 11.000 grenades de “considérable” pour ces vingt dernières années.
    Pour autant, ce spécialiste explique ce chiffre par la durée de l’engagement (onze jours ce jeudi 19 avril) des 25 escadrons de gendarmes mobiles (75 par escadron), soit 1.900 gendarmes. Le général Cavallier ajoute la superficie “à tenir” (24 km2, près du quart de la superficie de Paris) et l’exigence de “ne pas aller au contact” en tenant à distance les manifestants.
    Les gendarmes, assure le général Cavallier, font face à des “adversaires très dangereux” qui lancent des billes d’acier avec des frondes, des cocktails molotov ou disposent des pièges contenant des IED (engins explosifs rudimentaires)

     Début août 2017, le Service de l’achat, des équipements et de la logistique de la sécurité intérieure (Saelsi) a lancé un appel d’offres pour l’acquisition de grenades et de leurs lanceurs pour les gendarmes et les policiers. Un marché, estimé à 22 millions d’euros, vise à remplacer les GLI F4 actuelles. Concrètement, les nouvelles grenades de calibre 56 mm ne contiendront plus d’explosif (ici de la tolite), mais un dispositif pyrotechnique sans explosif brisant permettant le déclenchement de la munition.

     UN CADRE JURIDIQUE STRICT ET REGLEMENTE:      

     L'emploi de la force au maintien de l’ordre obéit à un cadre juridique précis régi par le code pénal et le code de la sécurité intérieure.

     Dans ce cadre, la Gendarmerie a une doctrine qui permet d’avoir une réponse adaptée à chaque situation. La règle est celle de la gradation de l’emploi de la force et l’usage de grenades se situe à un niveau de violence assez voire très important. L’emploi de la force doit respecter les principes d’absolue nécessité, de proportionnalité au trouble à faire cesser et de simultanéité (art R.211-14 du code de la sécurité intérieure/CSI). Il est caractérisé par une progressivité, une gradation des moyens et des matériels mis en œuvre, qui permet de passer de la dissuasion à, s’il en est besoin, l’emploi de la force avec usage des armes.

    11000 grenades

         https://lessor.org/11-000-grenades-utilisees-par-les-gendarmes-a-notre-dame-des-landes/?utm_source=email&utm_campaign=La_lettre_de_LESSOR_N82&utm_medium=email


    1 commentaire
  • SURTOUT LES COUACS....IL A DU FAIRE UN CACA NERVEUX NOTRE JUPITER!!!

    Moins d’une semaine après les frappes occidentales contre des centres de production d'armes chimiques en Syrie, franceinfo a appris jeudi 19 avril que des "ratés" ont empêché deux des trois frégates françaises au large de la Syrie de tirer leurs missiles. Le navire de réserve a finalement fait feu à leur place.
    Il n’y a pas d'explication encore à ces aléas. Viennent-ils du navire et de son système d'armes, ou du missile lui-même et par exemple de son GPS ? Mais le constat est là : les deux frégates qui devaient faire feu n'ont pas pu et n'ont pas eu le temps de relancer une nouvelle procédure de lancement dans la fenêtre de temps impartie. Le navire de réserve a dû agir.

    Certes, la Marine utilisait ses missiles de croisière pour la première fois mais les essais étaient concluants. Selon Jean-Marc Tanguy, journaliste spécialisé au magazine Raid Aviation, il ne s’agit pas d’un problème classique lors du déploiement de nouveau matériel. "Il ne faut pas banaliser ce qu’il s’est passé samedi, explique-t-il. C’est ce qui est choquant dans cette affaire. Les autorités ont évité d’évoquer ce problème jusqu’à maintenant. Quand le président ordonne, les opérationnels doivent appuyer sur un bouton et normalement les armes doivent partir."

    "Là, à au moins une reprise, sinon deux, les armes ne sont pas parties. C’est quand même un énorme problème."
    Jean-Marc Tanguy, journaliste spécialisé
    à france info

    Un avion de combat Rafale a également connu un problème de mise à feu pour lancer un des deux missiles Scalp qu’il embarquait. Pourtant le scalp est une arme éprouvée, en Libye, en Syrie ou en Irak. Il s’agit d’un incident inédit, selon Jean-Marc Tanguy qui précise que ce missile a été largué manuellement, ce qui correspond à la procédure en pleine mer en eaux profondes.

    HEUREUSEMENT QU'ON N'AVAIT PAS LES RUSSES EN FACE!!!

    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/syrie-des-ratés-ont-empêché-la-marine-française-de-tirer-des-missiles/ar-AAw5OJR?ocid=spartandhp

     


    1 commentaire
  • Je ne suis pas croyant, mais bon, une fois de temps à autre, çà ne fait pas de mal et puis ce sont nos origines chrétiennes.

    Bon carême

     

    Il EST VENU CE MATIN, NOUS AVONS PRIÉ, BAVARDÉ JUSTE QUELQUES INSTANTS, ET ALORS IL EST PARTI POUR ALLER TE VISITER.
     
    Le message qu'Il apporte est très important et a besoin d'être répandu partout sur la terre.  
    Notre vocation est de l'aimer et de le faire connaître au monde entier. 
     Que ta journée soit bénie et que tes proches soient touchés par sa grâce !  
     




    1 commentaire
  • Je vous offre le voyage...


    votre commentaire
  • Au début vous allez les prendre pour des tarés, mais patientez 1mn30... Cette version de musique de film est superbe!

     


    1 commentaire
  • On te donne 30 mots de la langue française et 3 choix sont proposés. Si tu obtiens de bonnes notes, ils vont te féliciter et de dire que tu es un dictionnaire ambulant. Un tel compliment fait toujours plaisir. Bonne chance...

     

    http://fr.what-character-are-you.com/d/fr/1579/index/9535.html

     

     


    1 commentaire

  • 1 commentaire
  • Faute d'être entendue, la colère des éleveurs passe par une vidéo choc rassemblant des images de bêtes mutilées par des attaques de loups. 

    Bruno Lecomte, éleveur et réalisateur, a publié une vidéo choc pour dénoncer les attaques de loups à répétition contre des troupeaux de moutons. Le réalisateur, qui a intitulé sa vidéo L113, détourne volontairement les codes de l'association qui milite contre la souffrance animale L214 pour obtenir un plus grand retentissement médiatique. "Selon le 8e alinéa de l'article L113.1 du code rural, le gouvernement s'engage à assurer la pérennité des exploitations agricoles et le maintien du pastoralisme, en particulier en protégeant les troupeaux des attaques du loup et de l'ours dans les territoires exposés à ce risque", justifie Bruno Lecomte auprès de nos confrères de La Provence.

    Ce collectif d'éleveurs dénonce le futur Plan loup et accuse le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, de participer à cette souffrance : "La campagne est en feu à cause du loup", confie l'éleveur à La Provence. La vidéo, interdite une première fois par la plateforme Youtube, montre des images de bêtes dévorées mortes ou agonisantes et des scènes d'attaques de prédateurs tournées par des éleveurs. Une voix off rappelle que 11 000 bêtes en France ont été victimes du loup cette année.

    L'association L214 ne partage pas le fond du discours des éleveurs - les moutons sont destinés de toute façon à l'abattoir - mais les laisse utiliser leur codes pour médiatiser leur cause.

     


    1 commentaire
  • Lafarge en Syrie: de l'eau de javel sur les ordinateurs pour "empêcher la justice de travailler"?

    Le détail est totalement secondaire dans cette affaire gravissime, mais suffisamment cocasse : certains journalistes ont vraiment cru que Lafarge pouvait avoir utilisé de l'eau de javel pour détruire les preuves informatiques de sa présumée collaboration avec Daech. Pourquoi de l'eau de javel en particulier ? Le produit fait disparaître les tâches d'une manière plutôt « radicalisée », mais il n'a aucune efficacité particulière dans le formatage de disques durs. C'était une formule à comprendre au sens figuré, mais que certains journalistes ont pris au premier degré, ce qui nous a bien fait rire.

    La confusion vient des récentes déclarations de Maître Marie Dosé à la presse : « les ordinateurs ont été passés à l’eau de javel pour empêcher la justice de travailler ». De quoi lire certains titres hilarants chez nos confrères de la presse généraliste. Contactée par nos soins, l'associée de l'avocate de l'ONG Sherpa nous a bien confirmé que c'était juste une expression.

    Quitte à faire preuve d'originalité pour détruire ses disques durs, on conseille au cimentier Lafarge la méthode à l'ancienne, avec les moyens du bord : les couler dans du béton !

    http://www.tomshardware.fr/articles/lafarge-daech-hdd-javel,1-66219.html


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique