• Absolument étonnant  ..  Longtemps avant Jésus Christ, en Grèce, ils utilisaient une technologie astrale complexe, de type horlogère, insoupçonnée jusqu'à la découverte de cet instrument extraordinaire de complexité.


    1 commentaire
  •  1} D’un commun accord, tous les villageois ont décidé de prier pour avoir de la pluie.

    Le jour de la prière, tous les gens se sont réunis …

    Peu de temps après il tombait des cordes, mais ... seul un petit garçon avait un parapluie.

    C'est ça la FOI.

    {2} Quand vous lancez un bébé en l'air, il rit parce qu'il sait que vous l’attraperez.
    > > C'est ça la CONFIANCE.

     {3} Tous les soirs nous allons au lit, sans aucune assurance d'être en vie le lendemain matin, mais nous réglons les réveils pour nous réveiller.
    > > C'est ça L'ESPÉRANCE.

      {4} Nous prévoyons de grandes choses pour l'avenir sans vraiment connaître ce que sera cet avenir.
    > > C'est ça L'ESPOIR.

     {5} Nous voyons le monde divorçant, souffrant, injuste, un peu partout, mais nous nous marions .
    > > C'est ça L’AMOUR.

      {6} Sur une vieille chemise de retraité une phrase est écrite :

    "Je ne suis pas un ancien de 70 ans ...

    Je suis un jeune de 16 ans, avec 54 années d'expérience "

    C'est  ça le POSITIVISME.

     
    > > Je vous souhaite des jours heureux.

    Vivez votre  vie comme l’exprime

    les six petits textes !


    1 commentaire
  • Tout ce beau (et très cher) matériel dans une voiture modeste pour enfler un peu plus les usagers.

     

     L e bilan 2016 du contrôle des radars automatiques est sorti. La palme de "celui qui a flashé le plus" revient à un radar autonome près de Montpellier (411 352 flashs en un an) et un radar fixe entre Nîmes et Béziers (159 520 flashs).

    Plus de 25 millions de flashs : en 2016, les radars automatiques ont crépité 26 % plus souvent qu'en 2015, une hausse qui a généré 16 millions d'avis de contraventions mais qui n'a pas endigué la hausse de la mortalité routière. Publié la veille du traditionnel chassé-croisé des juilletistes et des aoûtiens, le bilan annuel du contrôle des radars automatiques dénote une augmentation de la transformation du flash en avis de contravention, une "preuve d'une meilleure efficacité du système", salue la Sécurité routière.

     

    Pourtant, le nombre des morts sur les routes continue d'augmenter sur les trois dernières années, avec encore 15,4 % de hausse en juin par rapport au même mois l'année dernière. Six radars ont flashé plus de 100 000 fois en 2016. Tous situés sur des "axes à très fort trafic", précise la Sécurité routière.

    Double sens : 2,50 millions de flashs

    La palme revient à un radar autonome (qui n'existe plus aujourd'hui) "déplacé 5 fois aux abords du chantier du doublement de l'autoroute A9, aux abords de Montpellier" avec 411 352 flashs en un an (près de 47 en une heure). Pour ce qui concerne les radars fixes, l'appareil le plus efficace est installé sur l'A9, dans le sens Nîmes - Béziers et comptabilise 159 520 flashs (plus de 18 flashs en une heure). Particulièrement efficaces, les radars installés à proximité des chantiers ont flashé 3,5 millions de fois en 2016 et 181 appareils supplémentaires ont été installés. Quant aux radars "double-sens" - qui peuvent contrôler dans les deux sens d'une voie -, ils ont enregistré 2,5 millions de flashs. Les voitures-radars connaissent une augmentation des flashs de 26,8 %.

    À l'automne, un rapport du ministre de l'Intérieur, annexé au projet de loi de finances pour 2018, détaillera, pour la première fois, l'affectation précise de ces fonds. Le nombre de contraventions envoyées aux propriétaires des véhicules immatriculés à l'étranger flashés en France atteint 2,86 millions (+ 40,5 %, notamment en raison de l'augmentation du nombre d'accords de partenariat avec des pays européens).

    Pour votre sécurité qu'ils disent


    1 commentaire
  •  Bonne nouvelle pour le saucisson d'âne corse! 3 députés indépendantistes fraîchement élus à l'assemblée nationale seront sans doute les ambassadeurs de cette spécialité corse dont se régalent les touristes chaque été...

    On nous prens pour des ânes

     

                                                                                                Une curiosité qui, rappelons-le une bonne fois pour toutes, est une invention totale. Ce sont Goscinny et Uderzo qui ont eu l’idée pour leur album « Astérix en Corse ». Lorsqu’un client questionne, par exemple, le service qualité desSalaisons Sampiero Pittilloni, fabricant de charcuteries corses installé pas loin d’Ajaccio, la réponse sur l’origine du bourricot est pour le moins décomplexée : « Suite à votre demande concernant le saucisson d’âne, nous fabriquons bien ce produit, mais l’âne est importé d’autres pays. Il n’est ni corse ni français. » Le saucisson d’âne est un vrai filon pour les industriels de la charcutaille, mais impossible de compter sur l’âne insulaire. Si, dans les années 30, on recensait en Corse plus de 20 000 bourricots, ils ne sont plus qu’un millier. D’où le recours à de l’âne américain. Importée congelée le plus souvent du Brésil, d’Argentine ou des États-Unis, la viande des pauvres bêtes est mélangée avec les morceaux de porc, rarement corses eux-mêmes.

    Le saucisson d’âne, c’est l’arbre qui cache la forêt. À peine 10 % des 11 000 tonnes de lonzu et autres ficatellu sont fabriqués sur place avec le cochon du cru, le porcu nustrale. Un rustique, élevé en liberté pendant dix à douze mois dans la montagne. Tout le reste est confectionné avec des porcs industriels bretons, belges, néerlandais ou carrément chinois, souvent gavés de granulés énergétiques. Au mieux, les cochons allogènes débarquent à 6 mois pour être « finis » sur l’île en quarante-cinq jours. Au pire, ils arrivent sous forme de viande prédécoupée. Ne reste qu’à transformer sur place et à coller l’étiquette « corse », avec la tête de Maure qui va bien. Pour être dans les clous de la réglementation, il suffit en effet d’une seule étape de transformation locale, un simple salage, par exemple, et le tour est joué. Comme le précisent les Salaisons Sampiero, « des produits authentiques dont les recettes ancestrales sont pieusement appliquées ».

    Il y a six ans, les 150 petits producteurs qui se battent pour continuer d’élever du porcu nustrale ont bien réussi à décrocher une appellation d’origine protégée. Mais elle ne s’applique qu’à ces charcuteries : coppa, jambon sec corse, lonzu et prisuttu. Les vendeurs de saucissons d’âne peuvent continuer de voir la vie en rose. Et le touriste de braire de plaisir ?


    1 commentaire
  • Q uelques heures après le décès du torero, une fausse photo et un faux article ont été partagés en masse sur les réseaux sociaux. 

    La mort du torero Ivan Fandiño ce samedi 17 juin après avoir été blessé dans l'arène lors d'une corrida à Aire-sur-l'Adour, dans les Landes, a relancé le débat ancestral qui oppose, souvent avec virulence, les pro et les anti corrida. Quelques heures après l'accident et l'annonce du décès, une photo a circulé sur les réseaux sociaux, principalement sur Facebook.

    On y voit une vache, pendue à un arbre devant plusieurs personnes. L'image est accompagnée de la légende suivante : "comme le veut la tradition, le taureau a été pendu en place publique dans une commune de Irun au nord de l'Espagne". Rapidement, les commentaires se sont multipliés, dénonçant une pratique d'un autre âge. "Les barbares feraient le même genre de chose", pouvait-on par exemple lire.

    Non, le taureau n'a pas été pendu

          Sauf qu'une nouvelle fois, c'est bien une fausse information que les internautes ont partagé en masse, sans jamais se soucier de la source. Car alors, ils se seraient rendus compte que l'auteur de la "Fake News" n'en est pas à son coup d'essai. C'est sur le site parodique belge Nord Presse, l'équivalent du Gorafi, que l'image est apparue pour la première fois. L'auteur ne s'est même pas donné la peine de vérifier la localisation de la corrida, puisque l'article la localise à Béziers plutôt que dans les Landes.

    Elle a en réalité été prise à des milliers de kilomètres de l'Espagne, en Chine, lors d'un festival dans le sud du pays. Là-bas, sacrifier une vache est une tradition de la communauté Dong, qui espère ainsi avoir une météo clémente pour les récoltes. 

    Qu'est (vraiment) devenu le toro d'Aire-sur-l'Adour ?

    Comme le veut (vraiment) la tradition, un autre torero a pris la place d'Ivan Fandiño dans l'arène et a terminé le duel, après que le premier a été évacué. Une fois tué, l'animal a été évacué pour que sa viande soit vendue. 

     


    1 commentaire
  • C'est nouveau, çà vient de sortir (normal pour un pet), mais c'est surprenant...

    Bon pour la santé, paraît-il

     

        Ce n’est pas une blague : des scientifiques britanniques ont découvert que l’odeur des pets, c’est-à-dire le sulfure d’hydrogène, pourrait conjurer le cancer, les AVC et les crises cardiaques.

     Utiliser l’odeur des flatulences comme arme anti-cancer, voilà qui a de quoi faire sourire. Pourtant, les chercheurs de la très sérieuse Université de biosciences d’Exeter (Grande-Bretagne)  n’ont pas hésité et ont étudié les effets du sulfure d’hydrogène, ce gaz nauséabond produit naturellement par le corps, sur la santé. Ils ont ainsi constaté que ce gaz peut aider à protéger les cellules et lutter contre la maladie en aidant à préserver les mitochondries, la source principale d'énergie dans les cellules des vaisseaux sanguins qui permettent de réguler l'inflammation.

    Prévenir ou réparer les dommages mitochondriaux est l’une stratégie clé dans le traitement de  l'accident vasculaire cérébral, l’insuffisance cardiaque, le diabète, l'arthrite, ou encore dans la démence due au vieillissement.

    "Nous avons découvert que lorsque les cellules deviennent stressées par la maladie, elles activent des enzymes afin de produire d'infimes quantités de sulfure d'hydrogène. Cela permet de maintenir l’activité des mitochondries et donc, permet  aux cellules de vivre en contrôlant l’inflammation" explique le Dr Matt Whittman, de l’Université d’Exeter.

    Les chercheurs se sont donc inspirés de ce processus naturel pour mettre au point un composé, appelé AP39, qui délivre lentement de très petites quantités de ce gaz,  spécifiquement pour les mitochondries. Les premiers résultats de leurs recherches indiquent que si les cellules stressées sont traités avec ce composé AP39, les mitochondries sont protégées et les cellules restent en vie.

    Cette étude leur ouvre la voie à des recherches futures sur le contrôle de l’inflammation des cellules en cas de cancer, d’AVC ou de la maladie d’Alzheimer.

     

     


    1 commentaire
  • Ingouvernable, retour des magouilles de la 3° et 4° ripouxblique.

     

    Le vote proportionnel


    1 commentaire
  • Comprendre les législatives


    1 commentaire
  • Construction du château de Versailles, et sa visite virtuelle en 3D, qui se rapproche du réel.

    D'autres vidéos sont visibles  sur la page d'accueil.


    2 commentaires
  • Pour vous situer politiquement et savoir pour qui allez vous voter. On n'arrête pas le progrès.

    Politest, le test pour se positionner politiquement.

     http://www.politest.fr/questionnaire/page1.php

     Pour les indécis

        

    Pour les indécis

      

    Pour les indécis

     

    Pour les indécis

      Pour les indécis

     Pour les indécis

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique