• Après avoir confié être toujours locataire en raison de la cherté des logements parisiens, Benjamin Griveaux va-t-il devenir propriétaire dans la capitale ? C’est ce que souhaitent, avec ironie, des internautes qui ont décidé de se mobiliser.

    «Pour que Benjamin Griveaux soit enfin propriétaire», «Un toit pour Grivaux» : les cagnottes pour permettre au porte-parole du gouvernement de devenir propriétaire se multiplient ces derniers jours sur Leetchi, la plateforme de collecte de dons. Ces initiatives, un brin sarcastiques, ont vu le jour après que l’intéressé a fait état de son impossibilité d’acquérir un appartement dans la capitale en raison du prix élevé du mètre carré.

    «Je suis locataire. Je ne suis pas propriétaire à Paris parce que le prix du mètre carré est trop cher. Moi je n’ai pas hérité, je n’ai pas d’argent caché. Donc je suis locataire à Paris», avait-il expliqué dans une interview accordée au média Brut, le 16 janvier. «Je n’ai pas de voiture, je ne m’habille pas dans des costumes très chers – je peux vous donner de super adresses pas loin d’ici –, voilà, c’est comme ça», avait-il par ailleurs insisté dans ce qui se voulait une réponse aux critiques des Gilets jaunes, certains ayant lancé une pétition qui demande, entre autres, la baisse du salaire des élus. Pour l’heure, le montant de la cagnotte ayant récolté le plus de dons culmine ce jour à… 20 euros.

    Face aux critiques suscitées par ses propos, le ministre s’est défendu le 18 janvier sur France Bleu Paris de verser dans le misérabilisme : «Je gagne très bien ma vie et je ne me plaindrai jamais», a-t-il affirmé avant de poursuivre : «Reprenez l'interview en entier, on prend à chaque fois une phrase et puis on cloue quelqu'un au pilori.»

    Selon sa déclaration de patrimoine transmise à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique en décembre 2017, Benjamin Griveaux dispose de 375 000 euros de biens immobiliers. Selon BFMTV, il détient en nue-propriété des parts dans cinq biens pour une valeur totale de 135 000 euros ainsi que 50% d'une maison de 220 mètres carrés en Saône-et-Loire, des parts équivalent à 245 000 euros.

    https://francais.rt.com/france/58172-toit-pour-griveaux-cagnottes-emergent-pour-aider-benjamin-griveaux-acheter-paris


    votre commentaire
  • Quelques jours après avoir annoncé son ralliement au Rassemblement national pour les élections européennes, Thierry Mariani a prononcé son premier discours devant les soutiens du parti, dimanche, sur la scène de la Mutualité, à Paris.
    L’ancien ministre Les Républicains s’en est pris à Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, le traitant d'« ivrogne notoire ».
    « Jean-Claude Juncker, un ivrogne notoire, incarne à la perfection le bateau ivre qu’est devenue l’Union européenne », a déclaré l’ancien député lors du meeting de lancement de la campagne du Rassemblement national​ pour les élections européennes de mai 2019.

    « Il faudra arracher la barre du navire pour l’obliger à se mettre au service des peuples », a poursuivi Thierry Mariani. Fervent défenseur de la Russie, l’ancien Sarkozyste a estimé que « la principale menace ne (venait) plus de l’Est » mais de « l’islamisation » et de « l’immigration ».

    Et le nouveau candidat du RN pour les européennes n’est pas le premier à accuser Jean-Claude Juncker d’alcoolisme.
     Je ne parle qu’avec des gens sobres (…). Il devrait boire deux verres d’eau avant d’ouvrir la bouche », avait déclaré Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur italien, en octobre dernier, à propos du président de la Commission européenne.
    Cet été, lors du sommet de l’Otan, Jean-Claude Juncker était apparu chancelant.
    Un député eurosceptique allemand avait dénoncé « une performance honteuse », l’accusant d’être « ivre ». 
    « J’ai une sciatique, je préférerais encore être saoul », avait déclaré, de son côté, Jean-Claude Juncker.

    http://by-jipp.blogspot.com/2019/01/rassemblement-national-thierry-mariani.html#more


    votre commentaire
  • En pleine cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de Charlie Hebdo, le ministre de l'Intérieur a été fermement interpellé par une journaliste, se présentant comme voisine de Wolinski et estimant qu'il lui était impossible de faire son travail.

    Ce 7 janvier marque les quatre ans de l'attentat de Charlie Hebdo, qui a coûté la vie à 12 personnes dont huit membres de la rédaction. Pour rendre hommage à leur mémoire, plusieurs membres du gouvernement, accompagnés du maire de Paris, Anne Hidalgo, ont chanté la Marseillaise et observé une minute de silence. Mais à peine les dernières notes de l'hymne national avaient-elles retenti qu'une femme présente dans l'assistance a apostrophé nommément le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. «Wolinski c'était mon voisin rue Bonaparte !», commence-t-elle en référence au dessinateur disparu et à son lieu de domicile.

    «Hier je me suis fait traiter de sale p*te par un baqueux [policier de la BAC] parce que je le lui demandais juste de ne pas viser la tête», poursuit la femme, dans une possible référence à la mobilisation des femmes Gilets jaunes le 6 janvier.

    A l'attention du premier flic de France, elle interroge encore à haute voix : «Est-ce-que c'est normal, monsieur Castaner ? Est-ce-que c'est normal qu'on puisse plus faire notre métier de journaliste depuis des mois ?»

    Les responsables politiques restent de marbre alors que la femme explique que Wolinski «aurait été content» qu'elle les apostrophe. «J'espère que je ne vais pas être placée en garde à vue parce que j'ai dit ça», continue-t-elle. «Vous ne m’emmenez pas ! Non, vous ne m’emmenez pas ! J'ai une carte de presse, je ne m'en vais pas», s'écrie-t-elle enfin, restant dans l'assistance.


    votre commentaire
  • PEOPLE - Entrecôte dorée de plusieurs centaines d'euros VS. lunettes en écailles de tortue à 3300. Entre Franck Ribéry et Audrey Pulvar, le torchon brûle depuis que l'ancienne journaliste a critiqué l'entrecôte recouverte d'or que le footballeur s'est offerte pour les fêtes de fin d'année chez le boucher turc Salt Bae.

    Alors que la vidéo de Franck Ribéry attablé devant son entrecôte a été vue des millions de fois sur les réseaux sociaux, Audrey Pulvar n'a pas caché sa désapprobation sur Twitter. "Monsieur Franck Ribéry, si vous ne savez pas quoi faire de votre argent, il reste plein de causes à financer et soutenir dans le monde", a posté vendredi 4 janvier la présidente de la Fondation Nicolas Hulot, alors que le prix de l'entrecôte avoisinerait les 300 euros.

    Son message, retweeté plus de 2000 fois, lui a attiré de très nombreuses critiques. Parmi les quelques 4000 réponses des internautes, nombreux sont ceux qui ont pris la défense de Franck Ribéry, rappelant les différents engagements caritatifs du joueur du Bayern Munich. L'ONG d'aide internationale aux plus démunis Ummah Charity elle-même est intervenue, affirmant que Franck Ribéry faisait partie de "ses plus généreux donateurs".


    votre commentaire
  • Avignon : une avocate empêche des gendarmes de démanteler un chapiteau de Gilets jaunes.

    Supervisé par des gendarmes, le démantèlement du matériel installé par des Gilets jaunes avignonnais sur le terrain privé d'une zone commerciale, a dû être interrompu en raison de l'intervention d'une avocate qui s'est livrée à une leçon de droit.

    «Ils sont en train de tout démonter» : c'est par une diffusion en direct sur son compte Facebook qu'un internaute a témoigné, le 31 décembre, du démantèlement de «la cabane», un chapiteau installé par des Gilets jaunes sur un terrain privé, dans la zone commerciale d'Avignon Nord. Le démantèlement se déroulait sous supervision des gendarmes.

    Au terme d'une série d'échanges, parfois houleux, entre Gilets jaunes déterminés à rester là et gendarmes, une femme, se présentant comme avocate, interpelle les gendarmes sur l'aspect juridique de la situation. «Sur un terrain privé, tant que vous n'avez pas une plainte du propriétaire, vous ne pouvez pas expulser ces gens-là. Si un arrêté est pris, je peux faire appel, il est suspensif» lance-t-elle devant la caméra des téléphones portables. Ses propos encouragent alors plusieurs Gilets jaunes à remettre en place le matériel déjà démantelé, sous les yeux des gendarmes visiblement embarrassés.

    Alors que certains reprennent possession des palettes et pneus précédemment confisqués, l'homme qui diffuse le direct en profite pour relativiser la présence des gendarmes auprès de ses camarades : «Eux, ils sont avec nous tous les jours, c'est pas eux le problème, il faut juste que le préfet assume ce qu'il a à dire, et peut-être que le mouvement va pouvoir rester calme.»

    çà devient intéressant à 20.48

    https://www.facebook.com/abdel.zahiri.75/videos/10218602405753987/

     


    votre commentaire
  • Payer des impôts pour financer les médiamenteurs OU faire un don déductible à Civitas pour financer vos idées, à vous de choisir !
    Il est difficile de connaître le montant total des subventions et autres cadeaux fiscaux accordés aux médiamenteurs. Nous avons néanmoins trouvé trois informations significatives.

    1) Le rapport annuel de la Cour des comptes, publié en mars 2018, signalait qu’en 2017, le montant total des aides de l’Etat attribuées à la presse écrite s’élevait entre 580 millions d’euros et 1,8 milliard d’euros – une fourchette importante justifiée par une “définition large” des aides à la presse.

    2) Le 27 novembre, entre deux grandes mobilisations des Gilets Jaunes, les parlementaires ont voté la suppression de trois taxes payées par les stations de radio et les chaînes de télévision.

    . Chaque spot publicitaire diffusé à la télé dans la tranche facturée entre 1.520 euros et 9.150 euros était frappé d’une taxe de 20,60 euros. Taxe supprimée.

    . Les radios qui réalisaient 10 M€ de chiffre d’affaires publicitaire par trimestre (Europe 1, NRJ, RTL) payaient une taxe de 54.435 euros. Taxe supprimée.

    . Les chaînes de télévision qui réalisaient 100 millions de recettes publicitaires tous les trois mois (c’est le cas de TF1 et de M6) payaient une taxe de 894.500 euros. Taxe supprimée.

    Ces trois taxes sur les grands médias audiovisuels rapportaient 50 millions d’euros à l’Etat.

    Comment la Macronie justifie-t-elle ce cadeau fait à des grands médias audiovisuels appartenant à quelques milliardaires ?

    « On est dans une logique de simplification et de rationalisation des petites taxes qui pèsent sur les télés. C’est le fruit d’une discussion avec Bercy et le ministère de la Culture, dans les projets de simplification de la vie des entreprises ».

    3) Et ce n’est pas tout ! Dans la nuit du 18 au 19 décembre, l’Assemblée Nationale a voté, sans débat, une hausse de 4 millions d’euros de la dotation allouée à l’Agence France-Presse au titre de ses missions d’intérêt général.

    Ce vote nocturne s’est déroulé dans le cadre de l’examen du projet de budget 2019 en nouvelle lecture, sur base d’un amendement du gouvernement destiné à augmenter de 4 millions d’euros la dotation allouée à l’AFP qui était déjà de « 111,8 millions d’euros », rappelle l’exposé des motifs de l’amendement.

    Et qui paye ? Les contribuables, dindons de cette mauvaise farce.

    2 milliards aux médias

     

    https://www.medias-presse.info/letat-offre-plus-de-deux-milliards-aux-medias-menteurs-quen-pensent-les-gilets-jaunes/102924/


    votre commentaire
  • Vous allez adorer! Vieux, grands, puissants et imprévisibles! Pas d'électricité ici!


    votre commentaire
  • Quand la République tremble, qui reste-t-il pour la protéger? Poser la question, c’est déjà y répondre: deux associations de gendarmes mettent les pieds dans le plat, quelques jours après la mobilisation exceptionnelle des forces de l’ordre du samedi 8 décembre. L’Union nationale des personnels et retraités de la Gendarmerie (UNPRG) et l’association professionnelle Gendarmes et citoyens déplorent la faible participation policière à l’opération.

    Lorsque le ministère de l’Intérieur annonce la mobilisation de 89.000 personnels pour l’acte IV des Gilets jaunes, les deux associations retranchent à ce chiffre les 65.000 gendarmes qui y ont participé. 

    “Vous aurez vite fait le compte des policiers engagés: 24.000 sur les 150.000 que compte cette administration”, regrette Henri Martinez, président de l’UNPRG. 

    De son côté, Gendarmes et citoyens rapporte le nombre de policiers et gendarmes mobilisés à leur nombre total. “Quand la gendarmerie mobilise 65% de ses effectifs, la police engage moins de 20% des siens”, calcule l’association dans un communiqué publié lundi 10 décembre sur son site.

    Cette forte mobilisation de l’Arme a été rendue possible par le statut militaire des gendarmes, qui leur impose des sujétions exceptionnelles. Le rôle majeur de la Gendarmerie dans cette situation qualifiée d’insurectionnelle ne va pas passer inaperçue. Il y a deux ans, en pleine guerre des polices, l’intersyndicale Unsa-Police/SCPN raillait un “acteur mineur du champ de la sécurité : la Gendarmerie nationale”. Elle interroge également les choix stratégiques du quinquennat: sur les 10.000 recrutements prévus dans les forces de sécurité, 7.500 ont été attribués à la Police et  2.500 aux gendarmes.

    Trois quarts des policiers n’ont pas souhaité se porter volontaires

    Pour revenir à l’Acte IV des Gilets jaunes, Gendarmes et citoyens estime que, “a minima, on pouvait s’attendre à ce (que la Police) suspende également les indisponibilités de ses personnels dans une situation aussi grave. Ce ne fut pas le cas”. Pire, constate l’association, “en province, des policiers, sur ordre, ont fermé les grilles de leur commissariat, abandonnant le soin de gérer les manifestations aux gendarmes, dépêchés en urgence pour assurer le maintien de l’ordre sur un territoire dont ils sont exclus habituellement”.

    Côté Police, explique Gendarmes et citoyens, “les repos de la sûreté urbaine (n’ont) en aucun cas été suspendus, mais reportés sur la base du volontariat”. “Trois quart environ des fonctionnaires de police ont donc fait ce choix” de ne pas se porter volontaires, regrette l’association qui ajoute que “les maires des communes qui ont connu des débordements gravissimes seront ravis de l’apprendre”.

    Un boulet est passé. Il n’est pas dit qu’il n’y en aura pas d’autres

    La Police reste un “rempart de la République”, mais elle est “malade de sa cogestion” assure Henri Martinez qui demande que l’on “cesse de nous montrer ces syndicalistes avec une posture et un discours hors du cadre, comme par exemple celui qui annonce qu’après les Gilets jaunes ce seront les gilets bleus de la Police nationale”. 

    Regrettant l’obsolescence du parc de véhicules blindés à roues de la Gendarmerie (VBRG) le président de l’UNPRG avertit :“Un boulet est passé. Il n’est pas dit qu’il n’y en aura pas d’autres. Là il faudra peut être que tout le monde, policier ou gendarme, fasse le sacrifice de ses repos et mette un gilet pare balles, faute de blindés pour les protéger !”

    Matthieu Guyot

    Acte IV: gendarmes davantage mobilisés

    https://lessor.org/a-la-une/acte-iv-gendarmes-davantage-mobilises-que-policiers/?utm_source=email&utm_campaign=La_Lettre_de_LEssor_n98&utm_medium=email


    1 commentaire
  • https://twitter.com/localteamtv/status/1073897151485353984/video/1

    VIDEO INEDITO: un uomo si aggira tra gli agenti di polizia con un martello in mano durante dei fermi. Immagini catturate durante gli scontri di sabato 8 dicembre

    En clair: VIDÉO INNOVANTE: un homme erre parmi les policiers avec un marteau à la main lors d'arrêts. Images prises lors des affrontements du samedi 8 décembre.

    https://www.medias-presse.info/video-dun-casseur-avec-marteau-qui-nest-autre-quun-membre-des-forces-de-lordre/102460/

     


    votre commentaire
  • Ces petits rongeurs d’Afrique sont de vrais héros – ils aident à se débarrasser des mines. Grâce à leur intelligence, leur sens de l'odorat et leur sociabilité ce sont des aides précieuses.    

                Une organisation non gouvernementale basée en Tanzanie, APOPO (en flamand : Développement de l’équipement de détection des mines terrestres), élève des rats géants et les entraîne à détecter les explosifs. Ces rongeurs sont ensuite envoyés pour trouver des mines dans des pays comme le Vietnam, le Laos, l’Angola ou le Cambodge.

    Les rats ont un sens de l’odorat extraordinaire, ils sont très intelligents et apprennent vite, ce qui fait d’eux de parfaits candidats pour cette mission. Ce sont d'indispensables assistants pour les experts en déminage. Leur but est de sauver des vies et de nettoyer des terres qui peuvent ensuite être exploitées.

    L’un de ces petits héros s’appelle Isaac. L’équipe de tournage de RT l’a rencontré alors qu'il était encore tout petit. Avec ses frères et sœurs, il reçoit une formation chez APOPO. Lorsqu’il est enfin prêt pour sa mission, il est envoyé au Cambodge, pays où il y a plus d’accidents liés aux mines que dans tout autre pays. Des millions de mines terrestres non explosées menacent citoyens et touristes, et ont un effet néfaste sur le développement et la croissance économique du pays. Isaac est là pour régler le problème !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique